La Providence sensible aux critiques sur les réseaux sociaux

La Providence sensible aux critiques sur les réseaux sociaux
Le directeur de la résidence La Providence, Jean-Marc Provencher (Photo : www.lanouvelle.net)

Invitée à réagir sur les propos diffusés par l’un de ses locataires sur les réseaux sociaux qui ont suscité de nombreuses réactions concernant la qualité de la nourriture et sur l’augmentation du coût du loyer, la direction de la résidence La Providence à Plessisville trouve malheureux l’ampleur prise par cette histoire.

Le directeur de l’établissement, Jean-Marc Provencher, ne partage évidemment pas les avis exprimés par la très grande majorité des intervenants, mais reste sensible à tout commentaire qui pourrait permettre à la résidence privée pour personnes âgées de s’améliorer.

En ce qui regarde la qualité de nourriture, M. Provencher a mentionné que la résidence sert 400 repas en moyenne par jour à ses 190 résidents qui ont le choix entre deux menus et qu’elle s’approvisionne auprès du fournisseur en alimentation Gespra qui fournit environ 70% des résidences pour personnes aînées au Québec.

«Nous avons de la qualité. D’ailleurs, un sondage mené par notre comité des résidents en octobre dernier (10% des résidents ont été sondés) sur la qualité de notre offre alimentaire a démontré un taux de satisfaction de 95%. Je mange aussi à tous les midis à la résidence et si ce n’était pas bon, je passerais moi-même à la cuisine», de s’exprimer le directeur de l’établissement.

«Nous comprenons qu’on ne pourra jamais satisfaire tout le monde. Les habitudes alimentaires ne sont pas toutes les mêmes et nous avons aussi à peu près 150 cheffes cuisinières dans la résidence. Ça se peut que le pâté chinois ne soit pas nécessairement apprêté de la façon dont elles le faisaient. Il se peut aussi qu’en temps de pandémie, quand les repas sont distribués aux appartements, que le sirop d’érable soit offert dans une portion moyenne.»

«Nous avons une résidence de 170 appartements pour une population de 6000 à 7000 personnes. Elle ne serait pas pleine si la nourriture n’était pas adéquate. Est-ce que c’est parfait ? Non. Est-ce qu’on veut s’améliorer ? Oui», de poursuivre M. Provencher.

Le porc, le poulet et le bœuf servent d’alimentation de base. «Nous suivons aussi les tendances comme pour le tofu que nous pouvons offrir en deuxième menu. Au début, il peut y avoir une vingtaine de personnes qui en prennent et ça augmente par la suite. Quand on a ouvert l’établissement en 2008, environ 25% de nos résidents mangeaient du poisson. Aujourd’hui, c’est 75%.»

«Nous respectons le code alimentaire, nous affichons nos menus cinq semaines à l’avance et on tient également compte des habitudes alimentaires du coin. C’est clair que nous avons conscience de l’importance des repas», d’ajouter M. Provencher.

Justification de la hausse du prix du loyer

Pour ce qui est de l’augmentation du prix du loyer, le directeur a précisé que tous les locataires en ont reçu une de l’ordre de 1,5% cette année ce qui est en deçà de la hausse des coûts d’opération de la résidence estimés à 2% pour l’année 2020.

«Les administrateurs ont accepté d’absorber une réduction de 0.5% en raison de la pandémie», a noté M. Provencher. «Juste pour le salaire de nos employés, nous avons connu une augmentation de 4,8% pour réagir à la hausse du salaire minimum. Il y a aussi le coût pour la sous-traitance qui est en hausse sans oublier tous les autres services comme l’électricité, le chauffage, le câble, le téléphone et l’alimentation par exemple ou le renouvellement d’équipements de loisirs.»

M. Provencher a tenu à rappeler que la résidence est accréditée par le gouvernement et qu’elle respecte toutes les normes de sécurité et que chaque résident a son propre bracelet pour alerter le personnel en cas de besoin d’aide.

«L’une des raisons pour laquelle on offre aussi le dîner dans le coût du bail, c’est qu’on veut voir les gens au moins une fois par jour. Malgré tous les systèmes de sécurité que nous avons mis en place, on ne voudrait pas que les gens demeurent dans le besoin et qu’ils soient trop longtemps laissés à eux-mêmes sans aide.»

En terminant, M. Provencher invite les résidents à venir le rencontrer pour toutes questions ou commentaires. «Si les personnes ne sont pas à l’aise de jaser avec moi, elles peuvent toujours s’adresser directement à notre comité des résidents pour des choses qui pourraient être améliorées. Les gens peuvent aussi utiliser la boîte aux suggestions.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
7 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mpar
Mpar
15 jours

Bravo à la personne qui a osé dire tout fort ce que les gens de la résidence pense tout bas, ce qui se passe dans nos RPA, supportons nos personnes âgées.

Jaqueline
Jaqueline
15 jours
Répondre à  Mpar

Bravo d’avoir brisé le silence envers l’insatisfaction de plusieurs.

marcel m
marcel m
15 jours

faut croire que c’est vrai si tu te justifie sur les réseaux sociaux

Fremich
Fremich
14 jours

Plus il y a de locataires, plus ill serra difficile de faire l’unanumité. De plus, ne dit-on pas que tous les goûts sont dans la naature?

Paul B.
Paul B.
14 jours

qui est menteur la dedans, est-ce qu’il y en a qui se plaignent pour rien mais je suis sûr que le cout du loyer ne satisfait pas tout le monde, côté nourriture, voyez le direction ou votre comité de résident pour expliquer vos réticences , et je vous souhaite tout le bonheur possible.

Louise
Louise
14 jours

Les aînés sont pris en otage d’une certaine manière. Ils n’osent pas parlé car ils n’ont pas l’énergie de se mobiliser pour revendiquer et la capacité de déménager.
Le comité qui représente les résidents devraient être formé de résidents et de représentants externes . Ces derniers pourraient être un apport important et un porte parole neutre auprès de la direction.
Ces représentants externes ne devraient avoir aucun intérêt personnel quant à l’administration de la résidence.
Ils devraient n’avoir qu’une seule préoccupation, le bien-être des résidents qui passe d’abord par la satisfaction du besoin primaire, bien manger.
Depuis la mise en place de la Providence, le maillon faible , la nourriture.
Dommage car la Providence offre de beaux appartements et la propreté des lieux est remarquable.
La case budgétaire nourriture est peut-être à réviser.
Peut-être s’inspirer de ce qui se fait de mieux ailleurs.
La bonne volonté de tous est certainement présente mais des ajustements sont nécessaires.

Jocelyn Gingras
Jocelyn Gingras
10 jours

Comment se fait il que seulement 10 % des residents qui ont ete sondes en ce qui concerne la nourriture? Pourquoi pas 100% de vos residents. Ils sont tous payeurs…oui le comite des residents avec des des gens a l externe, une tres bonne idee de madame Louise