Place aux jeunes : pour les 18-35 ans, mais aussi pour les employeurs

Publireportage
Place aux jeunes : pour les 18-35 ans, mais aussi pour les employeurs
(Photo : gracieuseté)

Place aux jeunes offre plusieurs services. Certains s’adressent aux jeunes qui veulent s’installer ou revenir en région alors que d’autres sont destinés aux employeurs qui auraient tout avantage à communiquer avec l’organisme pour le recrutement.

Dans la MRC, Place aux jeunes Arthabaska poursuit la mission entamée il y a 30 ans maintenant, de favoriser l’attraction, l’intégration ainsi que la rétention de jeunes diplômés ou qualifiés de 18 à 35 ans dans la région. «Si avant, on voulait ramener dans la région des jeunes du coin partis étudier dans les grands centres, maintenant on s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la région tout simplement», indique l’agent de l’organisme, hébergé à Victoriaville par le Carrefour jeunesse-emploi Arthabaska, Eric Pinette.

Désormais, également, on recrute des personnes diplômées ou encore qualifiées dans un domaine de travail significatif. «Cela permet de rejoindre une clientèle plus grande qui, sans être diplômée, pourrait avoir des qualifications se rattachant à des domaines de formation recherchés par les employeurs» ajoute-t-il.

Et en ces temps où il y a pénurie de main-d’œuvre dans plusieurs entreprises, celles-ci devraient contacter Place aux jeunes qui peut leur offrir plusieurs services, à la carte.

En plus de proposer une plate-forme où les employeurs peuvent publier des offres d’emploi, Place aux jeunes est là pour accompagner les candidats de ces entreprises dans leurs démarches d’établissement dans la région ce qui, au final, peut assurer une meilleure rétention. «Des services que les employeurs n’ont pas toujours le temps d’offrir. Nous prenons aussi sous notre aile le conjoint ou la conjointe du candidat afin de l’aider à se trouver un emploi dans la région», ajoute M. Pinette. L’organisation propose également de l’aide à l’intégration des nouveaux arrivants, qu’ils soient immigrants ou non, de même qu’une banque de candidats qui peut être partagée avec des entreprises en recherche de personnel. Un candidat peut même se faire rembourser des frais pour ses déplacements en lien avec des entrevues d’embauche sur le territoire.

Lorsqu’un candidat est trouvé, mais qu’il lui manque un petit quelque chose pour le convaincre à venir s’établir dans la MRC, il est également possible de faire appel aux services de Place aux jeunes afin d’exercer, comme le dit Eric, une «petite séduction». Cela peut se faire, par exemple, avec une visite découverte des alentours (virtuelle ces temps-ci) ou encore d’une description des nombreux avantages et services. «On peut même le faire pour un candidat prêt à venir», ajoute-t-il.

L’organisme se veut aussi un acteur pivot bien implanté dans le milieu socioéconomique, reliant les ressources locales. Cela lui permet d’organiser des séjours exploratoires et de dresser un portrait juste et précis de ce que la région a à offrir aux potentiels employés qui, grâce à ce séjour, sauront plus exactement où ils s’apprêtent à s’établir. «Il faut leur donner l’heure juste sur ce que la région peut leur offrir», insiste l’agent.

Depuis la pandémie, on remarque chez Place aux jeunes un mouvement vers les régions. En effet, depuis le premier confinement, certains jeunes ont eu envie de quitter les grandes villes pour s’établir dans les régions qui proposent souvent davantage d’activités et offrent plus d’espace. Le télétravail est également un avantage qui permet aux gens de s’établir où ils le souhaitent. «Et ici nous sommes en mesure de trouver du logement à l’année à nos candidats alors que ce n’est pas le cas partout ailleurs», fait comprendre Eric Pinette.

La MRC d’Arthabaska gagnerait toutefois à être mieux connue, car on y retrouve tous les services en plus d’être à proximité de la majorité des grandes villes de la province.  Il faut donc faire valoir les avantages du coin, qui peuvent répondre à un grand nombre de jeunes professionnels à la recherche d’une région dynamique pour s’établir. Un défi que l’agent est toujours prêt à relever. «La MRC est facile à vendre. Nous avons un beau centre urbain avec tous les services, dont le transport en commun. Et la nature n’est jamais loin», reconnaît-il. Pour les entrepreneurs en recherche de personnel, il est donc avantageux d’avoir recours aux services de Place aux jeunes. L’organisme, bien qu’un peu méconnu de leur part, a un impact important sur la rétention et l’accueil des jeunes qu’il ne faut pas négliger.

Et pour ceux qui souhaitent se lancer en affaires, la région est aussi un beau milieu à considérer. Place aux jeunes est également là pour accompagner ces futurs entrepreneurs. Au Centre-du-Québec, Place aux jeunes est présent dans les cinq MRC avec autant d’agents. S’ajoutent une agente régionale de mobilisation pour compléter l’équipe, ce qui permet d’avoir toute la force d’un réseau qui est d’ailleurs présent à travers la province.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires