Le personnel syndiqué du Cégep en grève le 30 mars

Communiqué
Le personnel syndiqué du Cégep en grève le 30 mars
(Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Devant l’impasse des négociations du secteur public et le cadre financier inflexible décrété unilatéralement par le gouvernement, le Syndicat des enseignantes et des enseignants du cégep de Victoriaville (SEECV-CSQ), le Syndicat du personnel de soutien du cégep de Victoriaville (SPSCV-CSQ) et le Syndicat des professionnels du cégep de Victoriaville (SPPCV-CSQ) annoncent la tenue d’une journée de grève le mardi 30 mars.

Un cri du coeur pour la négociation

Plus qu’un moyen de pression, Audrey Bouchard-Lachance du SEECV-CSQ réitère que cette annonce de grève est un cri du coeur en faveur d’une négociation qui permettrait d’octroyer une «meilleure reconnaissance de notre travail enseignant et, en bout de piste, d’offrir de meilleurs services aux étudiants».

«Les solutions que nous proposons face à la surcharge et au manque de ressources vécus au quotidien dans nos cégeps se butent depuis un an aux fins de non-recevoir du Conseil du trésor aux tables de négociation. Ce n’est pas de gaieté de coeur que nos membres font le choix de la grève. Il est de notre devoir de dénoncer le refus du gouvernement Legault d’octroyer des ressources supplémentaires afin de soutenir le personnel à bout de souffle et d’éviter que les services à la population ne s’engouffrent dans un cul-de-sac», dénonce Steeve Marcotte, vice-président du Syndicat du personnel de soutien du cégep de Victoriaville.

«À l’aube du budget du 25 mars, nous lançons un appel à une relance économique qui saura enfin reconnaître à leur juste valeur nos emplois. La balle est maintenant dans le camp du gouvernement. Ses promesses électorales d’améliorer les services à la population doivent se concrétiser aux tables de négociation. Les conditions de travail au cégep de Victoriaville, ça nous concerne tous, et il faut que ça change maintenant!», a insisté Véronique Noël, vice-présidente du Syndicat des professionnels du cégep de Victoriaville.

Cet exercice de la grève s’inscrit dans la foulée du mandat voté en février dernier par les membres de la CSQ. Ce mandat peut aller jusqu’à l’équivalent de cinq jours de grève s’il n’y a pas de déblocage des offres gouvernementales dans le cadre de la négociation.

Profil du SEECV-CSQ

Le Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Victoriaville, fondé en 1970 et affilié à la FEC et à la CSQ, compte plus de 200 membres qui enseignent au secteur régulier, à la formation continue ou sur mesure, tant au Cégep de Victoriaville qu’à son École nationale du meuble et de l’ébénisterie de Victoriaville et de Montréal.

Profil du SPSCV-CSQ

Le Syndicat du personnel de soutien du Cégep de Victoriaville, fondé en 1970 et affilié à la FPSES et à la CSQ, compte près de 140 membres qui travaillent tant au Cégep de Victoriaville qu’à son École nationale du meuble et de l’ébénisterie de Victoriaville et de Montréal.

Profil du SPPCV-CSQ

Le Syndicat des professionnels du cégep de Victoriaville, affilié à la FPPC et à la CSQ, compte près de 80 membres qui travaillent au Cégep de Victoriaville, au CISA, au CETAB+ et à l’École nationale du meuble et de l’ébénisterie de Victoriaville et de Montréal.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Fremich
Fremich
1 mois

C’est très ambigu.
D’une part je sais que la CAQ avait promis de meilleures conditions tant aux enseignants qu’aux personnels hospitaliers. Il semble que non seulement rien n’a été fait mais, qu’en plus, le gouvernement ne négocie pas. Cela ne laisse pas une belle image dans la société. Je peux bien croire que M. Legault et son ministre de l’éducation ainsi que Mme Mc Swain soient bien occupés(es) mais ce n’est quand même pas eux, personnellement qui devraient négocier.

D’autre part, lorsque je lis que de meilleures conditions permettraient d’offrir un meilleur service à la clientèle, les étudiants, je me pose la question suivante. «Est-ce à dire que présentement vous ne donnez pas le plein rendement?» Cela est inquiétant.