Trois actions pour contrer le sexisme

Par Manon Toupin
Trois actions pour contrer le sexisme
L'œuvre signée Ève Champagne. (Photo : gracieuseté)

La Table de concertation du mouvement des femmes Centre-du-Québec (TCMFCQ) vient de dévoiler trois actions qui s’inscrivent dans le projet «Sexisme pas ici» : une oeuvre artistique, une lettre d’engagement et une capsule humoristique.

C’est lors d’une rencontre virtuelle que le dévoilement des nouveaux outils a été fait. Francyne Ducharme, directrice de la TCMFCQ, a expliqué qu’ils étaient dévoilés au lendemain de la Journée internationale du droit des femmes dont le thème cette année était «Écoutons les femmes».

Le premier outil est une toile réalisée par l’artiste Ève Champagne.

Celle-ci a expliqué qu’elle avait voulu faire une œuvre collective. En ces temps de COVID-19, il a fallu repenser la façon de faire et c’est ainsi qu’elle a demandé aux gens de lui envoyer des mots, des expressions ou des phrases qui représentent le sexisme.

Une trentaine de personnes ont répondu à l’appel. «J’ai reçu les mots, les ai lus puis réécrits», explique-t-elle. L’artiste a alors découvert qu’ils étaient violents. Les mots ont ensuite été affichés dans son atelier et elle les lisait régulièrement tout en les laissant mijoter.

«J’avais envie de garder une lueur d’espoir et puisque j’étais à ce moment dans une pratique de jardins de fleurs je m’en suis inspirée», a-t-elle mentionné. C’est ainsi que l’œuvre, réalisée sur un panneau de bois sur lequel elle a utilisé différentes techniques, a vu apparaître des fleurs.  Celles qui sont collées près des mots vivent dans l’ombre de ceux-ci et s’épanouissent moins. Les autres, qui sont dans la pleine lumière, grandissent mieux.

Pendant qu’elle a réalisé cette œuvre, l’artiste s’est filmée et la vidéo explique l’œuvre. «Si on dénonce le sexisme, les gens auront plus de chance de développer leur plein potentiel», indique-t-elle.

Il s’agit donc d’un outil supplémentaire afin de contrer le sexisme. La toile sera exposée lors des activités de la Marche mondiale des femmes, reportée en octobre 2021, et il sera possible pour les organisations du Centre-du-Québec de la réserver pour quelques jours afin de l’exposer dans leur milieu. Aussi, un fond d’écran à l’image de la toile, pour Zoom, est aussi disponible.

Une capsule humoristique a également été produite. Elle met en vedette la Victoriavilloise d’origine Silvi Tourigny. Celle-ci, dans un party, se retrouve devant son oncle Guy qui présente avec éloquence les trois formes de commentaires sexistes (hostiles, bienveillants et ambivalents). La capsule est disponible sur les réseaux sociaux de la TCMFCQ.

Finalement, l’organisme a créé une lettre d’engagement antisexisme dans le cadre du projet qu’elle présentera aux entreprises et organismes de la région afin de les encourager à prendre des actions concrètes afin de contrer le sexisme dans leur milieu.

La lettre, présentée sous forme d’affiche, est accompagnée d’un guide qui facilite la mise en place d’actions. «On invite ensuite les personnes autorisées à signer l’affiche, à se photographier avec elle et nous envoyer la photo que nous diffuserons sur les réseaux sociaux et sur le site du projet www.brigadespi.com», note Francyne. Une cinquantaine de copies papier sont disponibles, mais il est possible de télécharger le tout à partir de la page de la Table.

On espère qu’entre 50 et 75 entreprises ou organisations participeront à la mise en place d’actions contre le sexisme grâce à cette lettre d’engagement. Ces trois outils ont été élaborés grâce à l’aide financière du Secrétariat à la condition féminine.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Fremich
Fremich
1 mois

C’est innovant mais très honnêtement, je (un homme) suis plus drastique que cela. Ce ne sont pas des: lettre, peinture ni une capsule humoristique qui vont décourager les violents, les abuseurs, les malfaisants, les violeurs, les contrôleurs, ou autres.

Je sais que c’est impossible mais si nous pouvions revenir au temps passé et émettre une sanction équivalente aux gestes posés. Payer par où tu as pêché, ça vous dit quelque chose?