Baisse marquée des collisions en décembre et janvier

Baisse marquée des collisions en décembre et janvier
La SQ a dénombré moins d'accidents en décembre et janvier. (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Le bilan bimestriel pour les mois de décembre et janvier sur le territoire de la Sûreté du Québec du poste de la MRC d’Arthabaska révèle une diminution importante du nombre de collisions.

«Sur les routes, on ne signale aucune collision mortelle ou avec blessés graves. Au total, le nombre total d’accidents a été coupé de près de 50%», a fait remarquer Marc Trottier, responsable par intérim du poste de la MRC d’Arthabaska, mardi après-midi, aux membres du Comité de la sécurité publique réunis virtuellement.

En fait, un seul accident, impliquant une motoneige dans un sentier à Warwick, a causé des blessures graves au motoneigiste, mais sa vie n’est pas menacée.

En décembre et janvier, on dénombre donc 169 collisions, comparativement à 338 pour la même période en 2019-2020. «On constate que les collisions avec blessés légers ont chuté de 66%. Quant aux collisions matérielles, elles ont subi une diminution de 37%», a précisé le sergent Trottier.

En matière de sécurité routière, les policiers n’ont pas chômé ces deux derniers mois en menant 1662 opérations au cours desquelles ils ont distribué 1175 constats d’infraction et 2102 avertissements.

Le CSP réuni en mode virtuel, mardi après-midi. (Capture d’écran)

Le couvre-feu, par ailleurs, a produit son effet sur la conduite avec les capacités affaiblies. Les policiers ont épinglé cinq conducteurs comparativement à 34 pour les mois de décembre 2019 et janvier 2020.

Au chapitre des règlements municipaux, les agents n’ont pas ralenti, sévissant à 224 occasions, par rapport à 189 pour la même période l’an passé. «Les constats concernent surtout la paix et le bon ordre. C’est le règlement que les policiers appliquent le plus», a fait valoir le sergent Marc Trottier.

La criminalité

Les statistiques du bimestre montrent une certaine stabilité quant aux crimes contre la personne, 130 dossiers comparativement aux 125 pour le bimestre précédent. Des hausses s’observent en matière de voies de fait et de menaces.

«Par contre, on remarque une bonne différence au niveau des crimes contre la propriété. Les introductions par effraction ont diminué de moitié. Les méfaits aussi sont en baisse», a indiqué le responsable des enquêtes, le lieutenant Stéphane Beaudoin.

Le couvre-feu, certes, a joué dans ces statistiques.

Au total, en décembre et janvier, 132 dossiers ont été ouverts, 17 de moins que pour la même période en 2019-2020.

Le lieutenant Beaudoin a relevé deux principaux faits saillants, le premier concernant un événement du 11 décembre. Les policiers ont effectué une perquisition dans une résidence de Victoriaville pour y saisir du cannabis illicite. Les suspects possédaient un permis de Santé Canada pour la culture. «Mais très souvent, le permis n’est pas respecté. On constate une plus grande quantité que prévu», a-t-il confié.

Et puis, on se souviendra, à la mi-décembre, de l’arrestation de ces deux individus reliés à des fraudes envers plusieurs femmes de Victoriaville et Drummondville. Un troisième malfrat a réussi à fuir. «Deux individus ont pu être arrêtés grâce au beau travail des policiers. Il s’agit d’une fraude d’envergure provinciale», a fait savoir le responsable des enquêtes.

Autres domaines

Du 1er décembre au 31 janvier, les policiers ont traité 11 demandes des élus et des citoyens concernant des plaintes de la circulation. Quatre d’entre elles demeurent en traitement.

«En prévention, 18 activités ont été réalisées, dont 13 dans les écoles avec différents programmes», a signalé Marc Trottier.

Les policiers ont également poursuivi leur travail en police de proximité en participant à 27 rencontres avec les élus. «Au niveau communautaire, par ailleurs, différentes activités ont été menées, dont la collecte de denrées alimentaires en décembre», a mentionné le responsable du poste.

Enfin, des policiers continuent leurs interventions en milieu scolaire, «des interventions différentes», en raison du contexte actuel, a observé Patrick Côté, directeur par intérim du Centre de services MRC Arthabaska et Érable.

Parmi les interventions, quatre sont reliées aux crimes contre la personne (intimidation, voies de fait, menaces) et deux autres en matière de stupéfiants.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires