Décès de Jacques Doyon : perte d’un grand leader dévoué à sa région

Décès de Jacques Doyon : perte d’un grand leader dévoué à sa région
Jacques Doyon aura marqué le paysage régional à sa façon. (Photo : tirée de Facebook)

En la personne de Jacques Doyon, la communauté plessisvilloise vient de perdre un homme qui a été un grand leader pour le développement de sa ville et pour la région de L’Érable. Celui-ci est décédé subitement le 16 février à l’âge de 78 ans.

Généreux, apprécié de ses pairs, dévoué à son travail et doué pour les relations publiques, M. Doyon a été un mentor et conseiller pour de nombreux entrepreneurs du milieu qui ne se sont jamais cachés pour lui exprimer leur reconnaissance.

Il a occupé plusieurs postes-clés durant sa carrière, notamment comme directeur de la Caisse populaire de Plessisville et commissaire industriel à la Corporation de développement économique de L’Érable. Il a de plus œuvré dans le domaine de l’assurance-vie et comme directeur général de l’ancienne usine Meubles St-Ferdinand.

Avec son épouse (feu Odette Jacob), il a aussi parrainé une famille de sino-Cambodgiens afin de leur donner la chance d’immigrer au Québec. Il a également soutenu sa femme Odette qui a été la fondatrice de la Marche du Pain à la polyvalente La Samare de Plessisville.

Passionné de hockey, il a sillonné les arénas de nombreuses ligues régionales au cours des dernières années. Semi-retraité, il a travaillé comme chauffeur pour l’entreprise Fondations provinciales de Bernard Vigneault jusqu’en décembre dernier.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mario Fortin
Mario Fortin
9 jours

Un grand homme …salut mon Jacques !Plessisville ne t’oubliera pas

Linda Genry
Linda Genry
9 jours

Tout Le Royaume de la Patate vous salut bien bas …. vous avez fait la différence, bien entouré d’une super équipe ! Je garderai de vous, que de bons souvenirs ….

Marc Morin, conseiller municipal
Marc Morin, conseiller municipal
9 jours

Jacques fut un modèle d’implication dans la communauté qu’on habite. J’ai eu la chance de travailler avec lui dans les années 1980. Je suis heureux de l’avoir connu, mais triste de ne pas l’avoir revu avant la fin de cette maudite pandémie.