Les membres du personnel enseignant et de soutien du Cégep s’accordent un mandat de grève

Communiqué
Les membres du personnel enseignant et de soutien du Cégep s’accordent un mandat de grève
(Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Réunis en assemblées générales le 27 janvier dans le contexte du renouvellement de leurs conventions collectives, les membres du Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Victoriaville (SEECV-CSQ) et du Syndicat du personnel de soutien du Cégep de Victoriaville (SPSCV-CSQ) se sont récemment prononcés sur l’obtention d’un mandat de grève allant jusqu’à cinq jours et utilisable au moment opportun.

À 60%, les membres du SEECV-CSQ réunis ont voté en faveur du mandat de grève, précisant vouloir diminuer au maximum les impacts sur leurs élèves. Devant l’impasse aux tables de négociations, ils estiment que, malgré le contexte de la pandémie, il faut néanmoins envoyer un message au gouvernement.

«Lorsque la pandémie a éclaté, nous avons demandé au gouvernement de suspendre les négociations puisqu’il nous semblait illogique de poursuivre dans ce contexte. Le gouvernement a refusé et nous nous retrouvons, près d’un an plus tard, avec une convention collective à négocier et des offres qui ne nous permettent pas d’exercer notre travail convenablement», mentionne Audrey Bouchard-Lachance, présidente du SEECV-CSQ.

De son côté, le personnel de soutien s’est exprimé à 56% en faveur de la grève. Certes, le contexte actuel est très particulier, mais le manque de personnel, le retard salarial et la surcharge de travail sont des éléments qui étaient présents bien avant la pandémie. «Le personnel de soutien sont les employés les moins bien rémunérés du secteur collégial. Le gouvernement doit non seulement consentir à nous octroyer des augmentations dignes de ce nom, mais il doit aussi nous donner les moyens d’améliorer l’ensemble de nos conditions de travail», affirme Steeve Marcotte, vice-président du SPSCV-CSQ.

Rappelons qu’en novembre dernier, l’Institut de la statistique du Québec confirmait que la rémunération globale des employés de l’État québécois accuse un retard de 9,2% par rapport aux autres salariés du Québec.

Les syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) avaient le mandat de tenir des votes de grève jusqu’à la fin du mois de janvier, conformément au mandat adopté dans le cadre de leur conseil général des négociations.

Profil des syndicats

Le Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Victoriaville, fondé en 1970 et affilié à la FEC et à la CSQ, compte près de 200 membres qui enseignent au secteur régulier, à la formation continue ou sur mesure, tant au Cégep de Victoriaville qu’à son École nationale du meuble et de l’ébénisterie de Victoriaville et de Montréal.

Le Syndicat du personnel de soutien du Cégep de Victoriaville, fondé en 1970 et affilié à la FPSES et à la CSQ, compte près de 140 membres qui travaillent tant au Cégep de Victoriaville qu’à son École nationale du meuble et de l’ébénisterie de Victoriaville et de Montréal.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Fremich
Fremich
2 mois

Bonne chance! C’est clair que le gouvernement a et préconise d’autres priorités en ce temps de pandémie. Gérer la santé est gros mandat en soi. Il vous aurait fallu faire vos demandes avant. Si je me place du point de vue du côté patronal, il se dit qu’il est plus important de soigner les malades que de régler des échelles salariales et que vous pouvez vivre assez convenablement jusqu’au qu’au contrôle de la pandémie.
Consolez-vous en regardant du côté des employés de la santé alors que la plupart des métiers n’ont pas reçu d’offres. Même si M. Legault avait pourtant promis en campagne électorale de régler les employés de l’enseignement et de la santé.