2020 : chute drastique des appels, mais des incendies majeurs à Victo

2020 : chute drastique des appels, mais des incendies majeurs à Victo
Un incendie tragique qui a fait une victime en août sur la rue Désiré. Archives (Photo : Archives - gracieuseté)

Des incendies majeurs au niveau résidentiel, dont un mortel, ont marqué l’année 2020 à Victoriaville, une année, cependant, où l’on observe une diminution importante du nombre d’appels.

Le bilan préliminaire du Service de la sécurité publique, dont le www.lanouvelle.net a obtenu copie, fait état d’un total de 541 appels l’an dernier, comparativement à 884 en 2019, une année record à ce jour, et 831 appels en 2018.

L’importante baisse s’explique particulièrement par le service de premiers répondants (PR) mis sur pause en cette année de pandémie.

Pour 2020, les pompiers sont intervenus à 81 occasions en tant que premiers répondants avant que cesse le service. En comparaison, le service de sécurité incendie avait enregistré 328 appels de PR en 2018 et 265 en 2017.

Le bilan montre que 198 des 541 appels étaient fondés. Les appels et alarmes non fondés demeurent importants avec 226.

Les interventions

Les incendies dans les résidences ont particulièrement retenu l’attention en 2020. On en dénombre 33, dont certains incendies majeurs, notamment sur la rue Désiré dans lequel un homme a perdu la vie au mois d’août.

En septembre, un violent incendie a détruit un immeuble à logements de la rue Thomas.

On dénombre, en 2020, 33 feux de résidences, dont cet incendie qui a détruit un immeuble à logements sur la rue Thomas, en septembre. (Photo François Côté – Archives)

L’année avait commencé avec un feu majeur ravageant complètement une maison de la rue des Marronniers.

À eux seuls, les feux de résidences ont causé des pertes (en bâtiments et contenus) d’un peu plus de 1 725 000 $ alors que les pertes de l’ensemble des sinistres totalisent 2 078 110 $.

Pour les feux du secteur résidentiel, 29 des 33 incendies sont survenus à Victoriaville, les autres se situant à Saint-Christophe-d’Arthabaska et Saint-Norbert-d’Arthabaska, notamment.

Une seule intervention au niveau industriel où, heureusement, on ne constate aucune perte au bâtiment

Les sapeurs ont reçu également un seul appel d’intervention pour un bâtiment agricole sans conséquence.

La brigade incendie a enregistré aussi quatre appels pour des feux de commerces qui n’ont entraîné aucune perte importante.

Les statistiques révèlent, par ailleurs, 34 appels pour une entraide à un autre service d’incendie, 20 appels pour des interventions en désincarcération et 17 appels en lien avec des installations électriques.

Les pompiers victoriavillois ont été également confrontés à 17 feux d’herbes ou de forêt, 16 feux de véhicules, 13 sauvetages, 12 feux de rebuts et 11 feux de cheminée.

Les causes

Dans la plupart des cas (37,3%), une erreur humaine constitue la cause probable d’un incendie. C’est ce qu’on a identifié dans 202 cas.

Vient ensuite la défaillance mécanique ou électrique dans 105 situations (19,4%).

Une mauvaise utilisation d’un équipement a été constatée à 22 occasions, chiffre similaire en lien avec l’utilisation inadéquate d’un matériau enflammé.

Dans cinq cas, les pompiers ont transmis le dossier pour enquête à la Sûreté du Québec. Ce fut notamment le cas pour l’incendie mortel de la rue Désiré.

En 2020, les pompiers de Victoriaville ont dû intervenir à sept occasions à Saint-Norbert-d’Arthabaska, comme ici dans le rang Lainesse. (Photo www.lanouvelle.net – Archives)

Répartition des interventions

Sur le territoire de la Ville de Victoriaville, les pompiers ont eu à intervenir à 477 occasions.
Saint-Christophe-d’Arthabaska arrive au second rang avec 20 interventions des sapeurs, suivie de Saint-Valère (12) et de Saint-Albert (5).

Mais les pompiers de Victo se sont aussi rendus à Saint-Norbert-d’Arthabaska à 7 reprises, à Princeville (6), Saint-Louis-de-Blandford (5), Chesterville (4), Saint-Rosaire (2), Warwick (2) et Sainte-Hélène-de-Chester (1).

Enfin, les 541 appels d’intervention reçus en 2020 ont mobilisé 5661 intervenants pour quelque 10 350 heures payées.

Quelque part au printemps, le rapport annuel 2020 du Service de la sécurité publique viendra compléter, détailler et analyser l’ensemble des activités.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires