Denis Beaudoin emménage à l’Espace collaboratif

Par Carol Isabel
Denis Beaudoin emménage à l’Espace collaboratif
Denis Beaudoin se rapproche des commerçants du centre-ville. (Photo : www.lanouvelle.net)

Le commissaire au développement économique de la Ville de Plessisville, Denis Beaudoin, se rapproche des commerçants du centre-ville. Il quitte en effet les locaux de la MRC de L’Érable pour rejoindre ceux de l’Espace collaboratif, établi dans l’ancienne Banque Nationale à l’intersection des rues Saint-Calixte et Saint-Louis.

«Ça faisait sept ans que je cohabitais sur le même étage que les membres du personnel de Développement économique de L’Érable dans les bureaux de la MRC de L’Érable sur l’avenue Saint-Édouard. La Ville m’y avait installé à l’époque pour que je sois à la fois plus près de nos entrepreneurs en démarrage d’entreprises ou en recherche de financement, et du personnel de Développement économique», explique M. Beaudoin.

L’arrivée de la COVID-19 et la mise en place du télétravail pour le personnel de Développement économique de L’Érable ont changé les plans de la Ville de Plessisville à son égard qui a jugé le moment opportun pour le rapatrier au centre-ville.

«Cela fait également partie de mon mandat d’aider nos commerçants qui en ont bien besoin de ce temps-ci», de dire celui qui chapeaute le Comité de promotion industrielle de la zone Plessisville (CPIZP) et tout le volet développement résidentiel du territoire.

M. Beaudoin souligne que la Ville de Plessisville a injecté plus d’une dizaine de milliers de dollars pour soutenir et encourager ses commerçants durant cette année marquée par la COVID-19.

«Nous avons mis en place toutes sortes d’activités pour inciter les gens à acheter localement. Nous avons fait tirer des chèques-cadeaux et avons aussi beaucoup investi en publicité pour faire la promotion de l’achat local. Mon rôle a aussi été de m’assurer à ce que toute l’information entourant les programmes d’aide disponibles des gouvernements leur soit transmise.»

Mis à part les restaurants et bars, M. Beaudoin estime que les commerces de détail s’en sont quand même assez bien tirés jusqu’à maintenant et qu’il n’y a pas de fermeture à l’horizon. «Les snowbirds n’ont pas quitté leur nid pour le sud, ce qui a permis à plusieurs de nos commerces de se rattraper financièrement», lance-t-il.

Pour ce qui est des restaurateurs, le commissaire au développement économique de la Ville de Plessisville précise que la majorité d’entre eux sont heureusement propriétaires de leur bâtiment au centre-ville. «Ça ne veut pas dire qu’ils sont en bonne position présentement, mais du moins ça les aide à passer au travers. Ils ont aussi été inventifs et développé de nouveaux services.»

M. Beaudoin ajoute que les restaurants situés sur la route 116 s’en sortent mieux grâce à leur service au volant. «Mais tous vivent encore dans l’incertitude. Nous espérons seulement que la situation reviendra à la normale d’ici l’automne avec la vaccination massive qui s’entame.»

Le commissaire au développement économique ne déplore aucune fermeture au centre-ville (sauf les bars qui n’ont pas rouverts) pendant la pandémie, même que quelques nouveaux commerces de services s’y sont installés tout comme certains commerces existants ont choisi de s’y relocaliser. «Nous ferons également bientôt l’annonce de quelques projets.»

Pour 2021, M. Beaudoin explique que la Ville sera à nouveau proactive pour aider ses commerces. «Nous allons poursuivre nos promotions d’achat local et tenir diverses autres activités pour encourager nos commerçants et je resterai connecté avec les deux députés et la Chambre de commerce des Bois-Francs/Érable pour suivre la situation de près.»

Le commissaire au développement économique se réjouit bien sûr de l’acquisition par le CPIZP du bâtiment abritant la Tabagie Bélanger et le restaurant La Bamba, voisins de l’hôtel de ville.

Pour le CPIZP, c’est une première que d’acheter un bâtiment commercial pour le rénover et en faire un bel endroit pour magasiner et éventuellement le revendre à ses locataires ou autres promoteurs à bon prix. «Si ça fonctionne, nous n’hésiterons pas à faire pareil pour en restaurer d’autres qui sont à l’abandon et stimuler notre activité commerciale.»

Développement résidentiel

M. Beaudoin explique qu’il travaille toujours en collaboration avec les élus afin de convertir des sites inutilisés sur le territoire de la Ville de Plessisville en développement résidentiel.

«Notre objectif à ce chapitre consiste à amener des logements de qualité chez nous parce qu’il y a énormément de demandes à ce chapitre. À moyen terme, quelques projets devraient se réaliser», signale-t-il.

Développement industriel

Le fait que le commissaire au développement économique de la Ville de Plessisville se rapproche des commerçants ne signifie pas, bien au contraire, qu’il délaissera les promoteurs industriels.

Le Comité de promotion industrielle de la zone Plessisville (CPIZP) profite d’ailleurs de l’agrandissement du parc industriel réalisé par la Ville de Plessisville pour reprendre au maximum son rôle de facilitateur pour les nouvelles entreprises désireuses de s’installer chez nous ou de s’y relocaliser en leur proposant de leur construire ou de leur louer des bâtiments industriels à faible coût. Le Comité souhaite également réaliser en 2021 la première phase de son projet de condos industriels pour y attirer les entrepreneurs.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires