Les présumés fraudeurs de Victo ont comparu

Les présumés fraudeurs de Victo ont comparu
Les policiers ont multiplié les recherches, jeudi après-midi, au centre-ville. (Photo : www.lanouvelle.net)

Les deux individus, épinglés en rapport avec des cas de fraude à Victoriaville, ont comparu, vendredi avant-midi, devant le juge Jacques Trudel de la Cour du Québec qui présidait l’audience depuis Trois-Rivières par visioconférence.

L’adulte de 21 ans a été identifié comme étant Federico Jaramillo Alvarez de Montréal.

L’autre suspect, âgé de 17 ans, un résident de Sainte-Julie en Montérégie, ne pouvant être identifié en raison de son âge, a aussi comparu.

Ils font tous deux face à un chef d’accusation de fraude de plus de 5000 $ en vertu de l’article 380 (1) (a) du Code criminel en lien avec des faits survenus, jeudi, à Victoriaville. Une telle infraction est passible d’une peine maximale de 14 ans d’emprisonnement.

Le ministère public s’est opposé à leur remise en liberté. Federico Jaramillo Alvarez reviendra devant la justice, lundi, pour son enquête sur remise en liberté, tandis que l’accusé d’âge mineur se retrouvera, mardi, en chambre de la jeunesse de la Cour du Québec pour tenter de recouvrer sa liberté.

Ces deux individus ont tenté de fuir la police au pas de course, jeudi après-midi. L’un a été arrêté vers 14 h, l’autre 75 minutes plus tard.

Un troisième suspect demeure introuvable, pour le moment.

Les malfaiteurs, a avancé la Sûreté du Québec, pourraient être reliés à plusieurs fraudes commises récemment à Drummondville et à Victoriaville.

Avant que ne débute la chasse à l’homme, jeudi, la SQ avait publié en matinée un communiqué pour prévenir la population d’un stratagème frauduleux.

Des citoyennes, précisait-on, avaient reçu un appel téléphonique d’une personne disant travailler pour Desjardins, mentionnant qu’elles avaient été victimes de fraude.

Le suspect a réussi à obtenir leur NIP  ainsi que d’autres informations en prétextant qu’elles avaient l’obligation de les fournir par téléphone étant donné la procédure établie en raison de la pandémie.

Un homme, portant des vêtements l’identifiant comme un employé de Postes Canada, se présentait ensuite à la résidence pour récupérer les cartes et effectuer des retraits par la suite.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Fremich Fréchette
Fremich Fréchette
28 jours

Décidément les fraudeurs trouvent toujours un nouveau moyen, une nouvelle façon d’agir et/ou un nouveau stratagème pour en arriver à leurs fins. Soyez prudent.