Au retour des Fêtes, la LHJMQ espère 30 parties pour ses équipes

Par Matthew Vachon
Au retour des Fêtes, la LHJMQ espère 30 parties pour ses équipes
Gilles Courteau (Photo : Archives)

La Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) continue de tout mettre en œuvre afin que ses joueurs puissent disputer le plus de matchs possible après la pause du 1er décembre au 3 janvier. Elle espère notamment que chacune de ses équipes pourra disputer 30 parties supplémentaires à sa saison, que ce soit sous une forme plus régulière ou avec le concept de bulles.

C’est ce qu’a révélé le commissaire Gilles Courteau lors d’une conférence de presse avec les journalistes. Selon le scénario de la LHJMQ, les joueurs reviendront dans l’environnement de leur formation respective dès le 3 janvier pour s’isoler. L’objectif est de recommencer à jouer dès le 17 janvier avec des déplacements entre les villes si la situation sanitaire le permet. Si ce n’est pas le cas, des bulles seront mises en place. Dans un tel scénario, il y aurait tout d’abord six bulles dans six villes différentes, dont deux dans les Maritimes, avec trois équipes, ce qui permettrait de disputer deux matchs en trois jours du 22 au 24 janvier. Ensuite, du 30 janvier au 7 février, il y aurait trois autres bulles de quatre équipes au Québec pour un total de six parties. Les équipes des Maritimes seraient, quant à elles, regroupées pour disputer cinq parties en huit jours. «La tenue de ces événements protégés est évidemment conditionnelle à l’approbation de la Santé publique des quatre provinces où nous opérons. À la suite de nos trois premiers week-ends, nous ferons état de la situation avec la Santé publique. Nous avons bâti un cahier de charge qui a été envoyé aux équipes. Les clubs ayant un intérêt pour accueillir un événement protégé devront soumettre leur candidature», a exprimé le commissaire Gilles Courteau

Selon ce que le www.lanouvelle.net a appris, parmi les clubs ayant de l’intérêt pour un tel événement, il est déjà possible de compter les Tigres de Victoriaville. Ceux-ci travaillent sérieusement sur ce dossier. Le Colisée Desjardins comprend six vestiaires et serait disponible pour l’entièreté de l’événement protégé, deux conditions essentielles pour accueillir un tel événement. L’organisation des Cataractes de Shawinigan souhaiterait également accueillir un environnement protégé.

Avec ce plan dessiné, la LHJMQ souhaite permettre à chacune de ses 18 équipes de disputer 30 autres parties pour cette saison 2020-2021. «Dans le moment, si nous avons la possibilité de reprendre notre calendrier régulier, nous communiquerons au retour des Fêtes la nature du calendrier. Si nous ne pouvons pas le reprendre, que nous devons y aller avec les environnements protégés et que nous devons nous rendre au maximum planifié, nous allons prévoir 30 matchs.»

Avec des équipes qui ont déjà joué 15 parties et d’autres qui n’en ont que 5, il ne semble pas possible de voir les équipes disputer un même nombre de rencontres cette année. Le classement général risque donc d’être déterminé avec le pourcentage de victoires. Encore une fois, c’est la Santé publique qui a le gros bout du bâton.

Hors de question d’annuler la saison

Avec 111 matchs disputés sur une possibilité de 165, le commissaire Courteau a fait valoir qu’il était heureux dans les circonstances d’avoir disputé un tel nombre de matchs, surtout en considérant les éclosions qu’il y a eues chez l’Armada de Blainville-Boisbriand, le Phoenix de Sherbrooke et les Voltigeurs de Drummondville. «Je ne suis pas quelqu’un qui aime les solutions faciles. Nous avons la même attitude qu’au mois de juillet quand nous avons décidé de reprendre les activités. Nous voulons faire jouer nos joueurs et les garder à l’intérieur de notre structure afin d’éviter d’avoir à répondre à des demandes pour aller jouer ailleurs. Je ne voulais pas que nous vivions ça dans notre ligue. D’avoir joué 111 matchs, dans les conditions auxquelles nous avons fait face, est extraordinaire.»

Questionné à savoir s’il avait envisagé d’annuler la saison, le grand manitou de la LHJMQ a été catégorique. Ça n’a pas été et ça ne sera pas dans les cartons. «Nous n’avons jamais parlé d’annuler la saison. Notre message était clair dès le début : nous allions nous diriger vers des barrages en cours de route. Nous y avons fait face. Ce qui s’est passé à Québec a amené de la motivation. C’était un événement très positif.»

Notes en rafale

-Aucune décision n’a été prise pour le moment concernant le format des séries éliminatoires. Le comité hockey de la ligue doit se pencher sur ce dossier très prochainement. Même son de cloche en ce qui concerne la période des transactions, prévue cette année du 21 décembre au 6 janvier.

– Le commissaire a refusé d’avancer une somme précise concernant les coûts engendrés par l’environnement protégé de Québec. Il a cependant souligné que ça avait coûté des centaines de milliers de dollars. Les coûts supplémentaires proviennent de la location de l’aréna et des tests de dépistage.

– Si la Santé publique des différentes provinces ne donnait pas son accord, la LHJMQ devrait retourner à la table à dessin.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires