Drogues : un Victoriavillois reconnaît ses torts

Drogues : un Victoriavillois reconnaît ses torts
L'audience a été tenue dans la salle 1.03 du palais de justice de Victoriaville. (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Au palais de justice de Victoriaville, lundi, le Victoriavillois Cyrus Bolduc a reconnu sa culpabilité à sept chefs d’accusation en lien avec les stupéfiants.

L’homme d’une trentaine d’années a été arrêté une première fois le 22 août 2018. «Les policiers effectuaient une surveillance près du Vieux St-Pierre, un endroit connu pour la consommation et la vente. Ils ont interpellé trois individus à bord d’un véhicule. Constatant une forte odeur de cannabis, ils ont tous trois été arrêtés», a relaté le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Michel Verville.

Du nombre, Cyrus Bolduc a été trouvé en possession de 81 comprimés de méthamphétamine.

Le Victoriavillois a aussi été épinglé le 1er février 2019 lors d’une opération antidrogue dans un logement de la rue Notre-Dame Ouest. «À la suite d’informations, les policiers ont obtenu un mandat de perquisition qu’ils ont exécuté ce jour-là. Ils ont alors saisi 181 comprimés de méthamphétamine, 466 g de cannabis, 412 g de GHB et 1,10 g de cocaïne, en plus de saisir un cellulaire, une balance électronique et une liste de comptabilité», a fait savoir le représentant du ministère public.

À la suite de cette perquisition, l’accusé a cessé temporairement ses activités. «Une période d’accalmie a été observée», a souligné son avocat.

Mais une deuxième perquisition a été réalisée le 22 juin 2019. «À ce moment, les policiers ont mis la main sur 2038 comprimés de méthamphétamine et 75 g de cannabis. Sur les lieux, un individu a admis qu’il achetait des stupéfiants auprès de l’accusé qui a corroboré les dires dans une déclaration aux policiers», a précisé Me Verville de la poursuite.

Cyrus Bolduc a reconnu les faits relatés et plaidé coupable à des accusations de possession simple de cocaïne, de méthamphétamine et de GHB, d’avoir vendu du cannabis, d’avoir eu en sa possession une somme de quelque 2600 $ sachant qu’elle provenait directement ou indirectement de la perpétration d’une infraction criminelle.

Il a reconnu aussi d’avoir effectué le trafic de stupéfiants et de ne pas avoir respecté certaines conditions, celles de s’abstenir de posséder ou de faire usage de drogue.

Compte tenu notamment de la thérapie de six mois effectuée par son client en lien avec un problème de consommation, son avocate a demandé au juge Bruno Langelier de la Cour du Québec d’ordonner la préparation d’un rapport présentenciel afin d’apportera au Tribunal un éclairage sur sa situation.

Les observations sur la peine ont été fixées au 25 février 2021.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mario Michaud
Mario Michaud
3 mois

Le vieux saint Pierre est fermé depuis longtemps, pourquoi y faire référence s’il s’agit d’une résidence voisine ?