Québec octroie 1 M $ aux Tigres : une aide saluée

Par Matthew Vachon
Québec octroie 1 M $ aux Tigres : une aide saluée
Le président des Tigres de Victoriaville, Charles Pellerin (Photo : Denis Morin - Archives)

Après de longues semaines d’attente, le gouvernement du Québec a finalement annoncé une aide de 12 millions $ pour les 12 équipes québécoises de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), soit 1 million $ par formation. Pour les Tigres de Victoriaville, cette somme sera fort appréciée, même si l’organisation bouclera néanmoins l’actuelle saison avec un déficit.

«Oui, nous sommes soulagés de recevoir cette aide. Sur un budget de 2,3 millions $, c’est une aide qui est très appréciée de la part du gouvernement. Il faut se rappeler que même en temps de pandémie, notre corporatif et la Ville de Victoriaville nous soutiennent beaucoup, ce qui est essentiel. Dans le contexte d’aujourd’hui, le gouvernement amène un apport crucial, mais il ne faut pas oublier que les partenaires démontrent une belle réceptivité», a mentionné le président des Tigres, Charles Pellerin.

Avec cette aide de 1 million $, il reste cependant 1,3 million $ à recueillir pour boucler le budget annuel de l’organisation. Puisque la vente de billets, de loges et les revenus de la restauration dans l’aréna, entre autres, ne sont pas au rendez-vous cette année, il y a encore un important manque à gagner. «Nous allons sur une perte, c’est certain. Nous allons essayer de trouver des solutions créatives pour diminuer le déficit. Ultimement, ce sont les 32 actionnaires de l’équipe qui vont éponger ça. C’est le dernier recours. En tant qu’administrateur, en compagnie du conseil d’administration, avant d’aller leur demander de l’argent, ma mission est de trouver des solutions», a souligné le président des Félins.

À Victoriaville pour y rester

Malgré le contexte difficile qu’amène la pandémie de la COVID-19, Charles Pellerin a assuré que l’avenir de la concession était à Victoriaville. «Les Tigres sont là pour rester. La subvention est excessivement appréciée. Nous comprenons qu’il y a plusieurs secteurs affectés présentement, que ce soit la restauration, l’hôtellerie, l’aviation et plus encore. Cependant, les Tigres représentent une entité régionale avec des athlètes d’excellence. La Ville de Victoriaville peut briller grâce à cette équipe. C’est un fleuron important qui aide à faire rouler l’économie régionale», a-t-il fait valoir.

Dans une entrevue accordée au journal La Tribune, le président du Phoenix de Sherbrooke, Denis Bourque, a déclaré que sans cette aide de 1 million $, son équipe aurait été forcée de mettre la clé dans la porte. Bien que la situation aurait pu être plus problématique, le président victoriavillois affirme que les Tigres ne seraient pas partis si l’aide gouvernementale n’était pas venue. «Est-ce que l’équipe n’aurait plus été là sans cette aide? Je ne pense pas que ça aurait été le cas. Il y aurait eu une réunion importante entre les actionnaires et les partenaires majeurs pour combler le budget, ça, c’est certain. Ça aurait été une décision à prendre. Il y aurait eu des rencontres intéressantes avec les 32 actionnaires.»

En comptant sur 32 actionnaires, l’organisation profite, en quelque sorte, de la force du nombre en ces temps plus difficiles sur le plan financier. En cas de pertes, ce n’est pas un seul homme qui doit mettre la main dans sa poche. «La force du nombre, c’est un avantage dans ce contexte. Les Tigres ont été bâtis sur ça depuis 34 ans. La formule du nombre d’actionnaires, qui représente bien la collectivité, fait en sorte que ça amène un intérêt pour une équipe de hockey. Ça diversifie le risque de tout le monde également.»

Il faut d’ailleurs mentionner que les Tigres constituent un organisme à but non lucratif. De ce fait, les profits sont réinvestis dans l’équipe et, en cas de pertes, ce sont les actionnaires qui déboursent.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires