Les effets pervers de Facebook

Tribune libre
Les effets pervers de Facebook
(Photo : Archives)

Les réseaux sociaux, particulièrement Facebook, véhiculent les commentaires orduriers de leurs membres. Certes, la liberté d’expression est a priori la reine de toutes les règles. Cependant, la liberté d’expression doit aussi s’accompagner d’une certaine retenue. 

Nous pouvons constater que les réseaux sociaux, un monde considéré virtuel par plusieurs, sont pires que le Far West. Les « commentateux » tirent dans tous les sens, trop souvent sous le couvert de l’anonymat. Ces gens sont des lâches, des trolls et, surtout, des insouciants.

Trop souvent, les « commentateux » se permettent de rire des tragédies humaines. Ils se permettent de critiquer, juger et condamner sans connaître le fond de l’histoire. Commentant sous un simple titre d’article sans lire le texte s’y rattachant.

Tous les sujets y passent : le gouvernement, les entrepreneurs gagnants ou perdants, les médecins, les personnes obèses, les personnes des premières nations, les petits, les grands, les gros… Tout est sujet à commentaires. Négatifs surtout : blessants et dégradants, impolis et grossiers, vulgaires et racistes, misogynes et irréfléchis.

Ce constat, nous le faisons tous. Que pouvons-nous faire à part les signaler à Facebook qui répondra plus tard que ces commentaires ne sont pas inappropriés?

Une solution bien simple se présente : désactiver les commentaires sous les publications. De cette façon, le premier intérêt sera de lire l’article avant de commenter sur la base du titre seulement. Scandale! On doit laisser les gens s’exprimer direz-vous. Je suis bien d’accord avec vous. Mais sur chaque article, il y a la possibilité de commenter, lorsque l’on clique sur celui-ci. On doit ajouter notre adresse courriel et ensuite les commentaires sont accessibles. Ce simple geste permet aux « commentateux  » de réfléchir quelques secondes de plus avant de commenter. Ça permet aussi de remettre en question notre commentaire, puisque celui-ci se fait de façon moins impulsive.

La polémique, c’est payant. Le fait de laisser les gens commenter facilement entretient cette polémique. Doit-on conclure que les différents médias aiment et profitent de ces gens qui s’invectivent sous leurs publications pour faire le plein de clics sur leurs nouvelles et ainsi vendre plus de publicités? La question se pose.

Merci pour l’attention portée à mon opinion.

Martin Houle

Victoriaville

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Gilles St-Cyr
Gilles St-Cyr
8 jours

Ce serait utile dans plusieurs cas !

Michel
Michel
8 jours

La hargne que véhicule les réseau sociaux représente le niveau de frustration que la société accumule depuis tant d’années. Si les journalistes n’étaient pas aussi menteurs et démagogues, si les gens au gouvernements n’étaient pas aussi hypocrites et traites, si les capitalistes n’étaient pas aussi voleurs, si les juges et avocats n’étaient pas aussi véreux il n’y aurait pas de haine qui véhiculerait sur les réseau sociaux.

Commencez par régler le problème à la source.

Denis Grenier
Denis Grenier
6 jours

Excellente réflexion…. Plus de polémique, plus de vues, plus de revenus via les pubs qui suivent…
Mais le constat est là…. Facebook est devenu la poubelle de la société, malheureusement.