La Fondation Les amis d’Elliot poursuit sa mission

Par Manon Toupin
La Fondation Les amis d’Elliot poursuit sa mission
Le conseil d'administration de la Fondation les Amis d'Elliot rivalise d'imagination en ces temps de pandémie. (Photo : gracieuseté)

Rien n’arrête les bonnes actions, pas même la pandémie. C’est ce qui arrive avec la Fondation Les amis d’Elliot, dont les administrateurs ont été très actifs et imaginatifs depuis six mois.

Le président de la fondation, Jérôme Tardif, a expliqué que la mission demeure inchangée et les dons remis aux organismes (qui viennent en aide aux enfants malades) et aux familles des Bois-Francs et de L’Érable se poursuivent. «Depuis janvier, nous avons remis 61 000 $ en aide et soutien», a-t-il expliqué par l’entremise d’un point de presse virtuel. Ce montant, a-t-il insisté, ne comprend pas l’engagement de 1 M $ pour le projet de pédiatrie du centre naissance famille de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska.

D’ailleurs, en plus du support financier pour l’adaptation de domiciles et le répit aux familles, la fondation offre désormais de l’aide pour l’adaptation des véhicules. «Jusqu’à maintenant, nous avons autorisé une demande en ce sens», a-t-il ajouté.

Ainsi, la Fondation poursuit sa mission et se doit d’être créative pour continuer de recueillir de l’argent qui est ensuite redistribué. En ce sens, les administrateurs ont dû revoir le désormais traditionnel souper de la Fondation Les amis d’Elliot, importante source de financement de l’organisme et tenu à guichet fermé. Impossible de le présenter comme à l’habitude en raison de la COVID-19.

Ne se laissant pas décourager, ils en sont venus à élaborer, depuis plusieurs semaines, une activité renouvelée intitulée «Souper en toute simplicité avec les Amis d’Elliot». Celle-ci, qui devait se tenir le 7 novembre (comme le traditionnel événement), consistait à inviter les gens à se rendre dans un des quatre restaurants participants de la région (le Luxor, le Gavroche, le St-Hubert et le pub L’Ours Noir) et y prendre un repas (en respectant toutes les règles sanitaires, il va sans dire). Les quatre restaurants s’étaient engagés à concocter pour l’occasion un menu spécial.

«Malheureusement, les développements des derniers jours entourant la pandémie font en sorte que nous devons remettre l’événement après les Fêtes et avant le 1er avril 2021», déplore Jérôme Tardif qui ajoute qu’en plus d’amasser de l’argent pour sa fondation, l’activité avait pour but d’encourager les restaurateurs qui vivent aussi une période difficile.

«Bien entendu, la fondation a à cœur la santé de nos enfants et c’est ce qui explique le report», a noté l’administratrice Josée Simoneau.

Ainsi, dès que la situation et la Santé publique le permettront, le conseil d’administration remettra à l’agenda l’importante activité. «Plusieurs partenaires financiers avaient déjà accepté de participer et seront là après les Fêtes. Et si jamais c’est impossible de tenir l’événement, ils transformeront leur partenariat en don. Ce sont des gens généreux qui nous supportent année après année», a insisté M. Tardif.

Si le souper est remis, les gens peuvent toujours encourager la fondation avec les cartes de Noël corporatives. Ce projet, qui revient encore cette année, consiste en la vente de cartes de Noël réalisées par la classe «Les Incomparables» de l’école Le tandem de Victoriaville. «C’est un bon moyen de remercier clients, amis et employés tout en supportant les enfants malades», note encore Jérôme. Encore une fois, les partenaires sont présents, ce qui fait en sorte que 100% des ventes vont à la fondation. On peut déjà les commander à info@lesamisdelliot.com.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires