Coronavirus : la dette du Québec sous contrôle, malgré le déficit

Communiqué
Coronavirus : la dette du Québec sous contrôle, malgré le déficit
(Photo : depositphotos)

La dette du Québec demeure sous contrôle malgré les dépenses supplémentaires occasionnées jusqu’ici par la pandémie de la COVID-19.

Dans une note publiée aujourd’hui, l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) dresse un portrait des finances publiques québécoises et des pistes à envisager pour la sortie de crise et la relance. L’IRIS fournit des projections de croissance du PIB, de variation de la taille de la dette et de retour à l’équilibre budgétaire les plus prudentes possible.

L’Institut propose principalement de réduire, voire de cesser les versements au Fonds des générations. Le Québec doit actuellement s’endetter afin de pouvoir effectuer son versement annuel au Fonds. «En limitant de 50% à 100% nos versements, le Québec disposerait d’entre 1,2 G $ et 2,8 G $ de plus chaque année pour la relance économique. Le poids de la dette par rapport au PIB demeurerait sous contrôle. Suivant la tendance actuelle, il diminuerait même plus rapidement qu’après la crise de 2008», explique Philippe Hurteau, chercheur à l’IRIS, soulignant «qu’il est illogique de s’endetter pour réaliser des économies».

Différents scénarios

Selon les différents scénarios, le ratio dette/PIB atteindrait entre 42,6% et 49,4% en 2030-2031. Philippe Hurteau soutient qu’«il y a un consensus pour revoir la Loi sur la réduction de la dette ; là-dessus, même le ministre des Finances est d’accord. Sans cela, le Québec sera à nouveau confiné à l’austérité». Le principal problème de la Loi est sa disposition qui veut que la dette n’excède pas 45% du PIB au 31 mars 2026.

Retour à l’équilibre budgétaire et réduction du service de la dette

Même sans versements au Fonds des générations, le Québec se dirigerait vers l’équilibre budgétaire. «En ce moment, la priorité, c’est la relance. Il n’y a pas matière à s’inquiéter d’équilibrer le budget à très court terme», rappelle Philippe Hurteau.

De la même manière, le poids du service de la dette par rapport aux revenus consolidés du gouvernement du Québec décroîtrait dès 2021-2022, jusqu’à 5,5% en 2030-2031, par rapport à 6,5% avant la crise. «Même pour ce qui est du service de la dette, les prévisions sont encourageantes. Et dépenser plus contribuerait également à améliorer ce portrait», précise le chercheur.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires