Quel avenir pour les églises à Plessisville?

Quel avenir pour les églises à Plessisville?
L'église Saint-Calixte (Photo : www.lanouvelle.net)

La Paroisse Notre-Dame-des-Érables mène ces jours-ci une consultation publique auprès des résidents du «grand» Plessisville concernant l’avenir de l’église Saint-Calixte et de son presbytère ainsi que de l’église Notre-Dame-de-Fatima.

La baisse de clientèle et du financement des églises combiné au manque de prêtres sont responsables de la fermeture ou de la vente de nombreux lieux de cultes au Québec par les fabriques.

La Paroisse Notre-Dame-des-Érables réfléchit depuis un certain temps sur la meilleure utilisation possible de ses actifs à Plessisville et aussi dans les autres communautés sous sa juridiction. Elle tient d’ailleurs des pourparlers avec des institutions publiques et certains promoteurs concernant un partenariat pour l’utilisation possible ou la transformation de ses lieux de culte. Elle a même reçu une offre ferme pour la vente de l’église Saint-Calixte et du presbytère, deux bâtiments qui figurent sur l’inventaire du patrimoine bâti de la Ville de Plessisville.

Dans une missive envoyée à quelque 5000 portes du grand Plessisville dans le cadre de sa CVA (Contribution volontaire annuelle) annuelle, la Paroisse Notre-Dame-des Érables pose directement la question à ses paroissiens s’ils sont d’accord ou pas à ce qu’elle dispose de l’église Saint-Calixte et du presbytère.

Elle leur demande aussi s’ils sont prêts à participer financièrement, de quelque manière que ce soit, afin de conserver et d’entretenir l’église Saint-Calixte à des fins d’édifice public. Dans la mesure où les paroissiens se positionneraient en faveur de la conservation de l’église, la Paroisse Notre-Dame-des-Érables considérerait qu’elle serait mandatée pour s’adresser aux municipalités de la Ville et de la Paroisse de Plessisville afin de trouver les mécanismes de financement qui pourraient lui permettre de sauver l’église, comme la mise en place, par exemple, d’une taxe spéciale imposée aux contribuables.

«Personnellement, je souhaiterais qu’on puisse garder notre église en concluant une entente avec la Ville et la Paroisse qui pourraient en prendre charge. Nous pourrions faire un partenariat et continuer à y tenir nos offices religieux à l’image de ce qui a été fait pour les églises de Sainte-Sophie-d’Halifax et de Villeroy», explique le marguillier pour la communauté de Plessisville, Laury Harvey. «Par contre, si les deux Municipalités ne désirent pas s’impliquer dans les opérations de l’église Saint-Calixte, il ne nous restera guère de solution mise à part la fermer ou la mettre en vente.»

Selon le carnet de santé de la Paroisse Notre-Dame-des-Érables, des investissements majeurs sont à prévoir sur ses trois bâtiments de Plessisville pour y maintenir ses activités religieuses.

Le coût des travaux prévus pour l’église Saint-Calixte est de 1,5 million $ sur une période de dix ans, dont près de 500 000 $ à court terme. Pour le presbytère, le coût des travaux prévu sur une période de dix ans est d’un peu plus de 300 000 $, dont près de 150 000 $ à court terme. Pour ce qui est de l’église Notre-Dame-de-Fatima, la Paroisse Notre-Dame-des-Érables prévoit y injecter un peu plus de 500 000 $ sur une période de dix ans, dont plus de 10 000 $ à court terme.

Dans les meilleures années, la CVA permettait d’aller chercher plus de 300 000 $ en revenus à Plessisville. L’an dernier, un montant d’à peine 165 000 $ a été amassé.

Dans tout le processus, précisons que la Paroisse Notre-Dame-des-Érables veut être la plus transparente possible et qu’aucune décision ne sera prise sans une acceptabilité sociale. Une rencontre des autorités municipales, pour connaître leur position, est prévue.

CVA annuelle

Pour ce qui est de la CVA 2020 de la Fabrique de Notre-Dame-des Érables, qui se tient dans les neuf paroisses regroupées (Inverness, Laurierville, Lyster, Notre-Dame-de-Lourdes, Plessisville, Saint-Pierre-Baptiste, Sainte-Sophie-d’Halifax, Val-Alain et Villeroy), les paroissiens n’ont qu’à retourner le formulaire qu’ils ont reçu par la poste accompagné d’un chèque ou par voie électronique en consultant le lien nd.deserables.org/cva, et ce, avant le 10 octobre.

Le montant suggéré est de 175 $ pour une personne seule et de 300 $ pour une famille. La Paroisse rappelle que tout don, quel que soit le montant, est évidemment le bienvenu et qu’il peut être échelonné tout au long de l’année.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires