Frank N Tea fait des petits

Par Manon Toupin
Frank N Tea fait des petits
L'intérieur du nouveau Frank N Tea de Drummondville (Photo : gracieuseté)

Les deux entrepreneurs de Victoriaville, Kathy Daigle et Patrick Brisson, n’ont pas eu peur d’ouvrir un troisième Frank N Tea. Après Victoriaville et Trois-Rivières, c’est Drummondville qui s’ajoute à la liste de ce commerce dédié au thé de bulles.

Et il pourrait y en avoir d’autres, comme a expliqué Kathy en entrevue téléphonique. En effet, le duo n’en a pas fini et pourrait bien devenir franchiseur d’ici peu afin de former d’autres personnes qui voudraient se lancer dans ce domaine qui connaît de plus en plus d’engouement de la part des consommateurs.

Kathy le confirme, l’actuelle génération ne consomme pas vraiment de café. C’est plutôt le Bubble Tea qu’elle utilise comme source de caféine. «Avec les bulles, c’est du pur bonheur», ajoute-t-elle. Ces petites bulles, faites à partir d’agar-agar, qui s’inspirent de la cuisine moléculaire, peuvent être intégrées dans différents plats, en plus du breuvage que beaucoup apprécient.

Le commerce, comme les autres, a dû fermer ses portes au printemps, mais dès la réouverture, la réponse des clients à Victoriaville et Trois-Rivières a encouragé les propriétaires à aller de l’avant avec la mise en place de la troisième succursale (malgré l’incertitude économique et que plusieurs commerces bien établis peinaient à reprendre vie) pour laquelle ils se sont associés à Pascal Bouffard qui s’occupe, là-bas, de la gestion. «Les plans étaient là, alors pourquoi attendre?», souligne Kathy.

Côté approvisionnement, pas de problème pour l’instant à obtenir les produits qui viennent de Taïwan. D’ailleurs, dans ce pays, comme elle l’explique les bulles ont la cote depuis plusieurs années, tout comme Vancouver. «Mais en cas de pépin, on peut toujours acheter en Colombie-Britannique», note la propriétaire.

La pandémie aura quand même changé les façons de faire chez Frank N Tea. Avant le mois de mars, l’entreprise prenait un virage écologique en encourageant les clients à prendre les verres réutilisables par exemple. Cela est maintenant impossible en raison des normes sanitaires. «Le service à la clientèle est différent aussi. Avant on faisait goûter les différentes bulles régulièrement, mais maintenant, beaucoup moins souvent», fait-elle remarquer. Bien sûr, le port du masque est obligatoire, ce qui rend un peu plus difficiles les conversations.

S’ils ont choisi Drummondville (tout comme Trois-Rivières), c’est pour la proximité, eux qui habitent Victoriaville (Kathy est originaire de Tingwick et Patrick de Plessisville). Mais il n’est pas exclu d’aller plus loin dans la province dans un avenir pas trop lointain, on pourrait penser à une dizaine en tout.

Mais la succursale de Victoriaville reste le chouchou de Kathy et Patrick qui ont fait leurs débuts dans ce domaine à cet endroit. Depuis, plusieurs autres commerces de la municipalité ont emboîté le pas et copié la formule, ce qui fait dire à Kathy qu’il y a plus d’endroits où le Bubble Tea se vend à Victoriaville, qu’à Montréal.

Partager cet article

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Marjolaine Gagnon Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Marjolaine Gagnon
Invité
Marjolaine Gagnon

Si vous pouvez acheter des produits du Canada ( Colombie Britanique ) pourquoi l’acheter en Taiwan ?