Un été loin de la maison profitable pour Egor Serdyuk

Par Matthew Vachon
Un été loin de la maison profitable pour Egor Serdyuk
Egor Serdyuk (Photo : Denis Morin)

Lorsque la pandémie de la COVID-19 a éclaté, l’attaquant Egor Serdyuk a pris la décision de demeurer chez sa famille de pension à Victoriaville plutôt que de retourner dans sa Russie natale. À l’aube de sa troisième saison avec les Tigres de Victoriaville, l’espoir des Flyers de Philadelphie se sent plus que prêt à passer à l’étape suivante.

Passant les longues semaines de confinement à s’entraîner, Serdyuk, qui faisait 5’11 » et 165 livres l’an dernier, a depuis recommencé à patiner, mais avec une quinzaine de livres de muscle ajoutée à sa charpente. Serdyuk voit d’ailleurs les effets positifs de tout cet entraînement lorsqu’il saute sur la patinoire. «Je vois une différence quand je suis sur la glace. Je suis plus rapide et je me sens plus en forme, plus puissant», a fait valoir le natif de Novosibirsk.

Par contre, tous ces efforts faits ici dans les Bois-Francs demandaient un sacrifice, soit celui de ne pas retourner voir sa famille et ses amis en Russie. Certes, la pandémie de la COVID-19 a facilité ce choix, mais Serdyuk concède s’ennuyer de ses proches. «C’était un petit peu ennuyant, je dois dire. Ma famille et mes amis me manquent. Par contre, j’ai beaucoup d’amis ici pour m’amuser. Je me suis entraîné tout l’été, ce qui est correct pour moi, car j’ai pu me préparer pour la prochaine saison. Ce n’était pas une décision difficile à prendre, car j’ai un but pour l’an prochain»

De gros objectifs en vue

Réclamé en 6e ronde au repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) en 2019 par les Flyers de Philadelphie, Serdyuk tentera d’impressionner la formation de la Pennsylvanie afin de décrocher un premier contrat professionnel cette année. En temps normal, les Flyers auraient jusqu’au mois de juin pour s’entendre avec le patineur russe, sans quoi, il deviendra libre comme l’air. Sans surprise, Serdyuk aimerait bien convaincre Philadelphie de lui octroyer un contrat. «Présentement, je préfère ne pas trop y penser, car c’est un élément qui me rend nerveux. Tout ce que je veux, c’est faire du mieux que je peux et espérer signer ce contrat dans la LNH.»

Ralenti par une blessure et peinant à trouver son rythme, la dernière saison n’était pas la meilleure de Serdyuk. Il a notamment vu sa production offensive passer de 65 à 40 points. C’est donc pour cette raison qu’il n’a pas hésité à mettre les efforts nécessaires pour progresser. Il espère ainsi pouvoir contribuer encore plus efficacement aux succès des Tigres et profiter de la présence de Carl Mallette comme entraîneur-chef pour atteindre un niveau supérieur. «Mon but premier, c’est de gagner la coupe avec les Tigres. Je crois que nous avons vraiment une bonne équipe cette saison. Tout le monde est prêt pour une grosse année. Je crois aussi que Carl va m’aider à atteindre mon plein potentiel. J’espère que nous allons jouer de façon offensive. Carl était un bon attaquant et un grand joueur de l’équipe. C’est un bon entraîneur qui nous aide toujours.»

En plus de souhaiter une entente avec les Flyers et d’aider les Tigres à gagner des matchs, Serdyuk tentera d’attirer l’attention des dirigeants russes afin de se tailler une place sur l’équipe qui prendra part au Championnat mondial junior des moins de 20 ans. À 19 ans, ce sera sa dernière occasion de participer à ce grand rendez-vous. «J’aimerais évidemment y aller. Je devrai travailler dur et avoir un excellent début de saison si je veux avoir ma chance. On verra bien ce qui va arriver.

Par ailleurs, les deux autres joueurs européens des Tigres, soit le Russe Mikhail Abramov et l’Ukrainien Alexander Peresunko sont, quant à eux, retournés dans leur pays natal. Abramov a d’ailleurs participé au camp estival de la formation russe dans l’optique de prendre part au Championnat mondial junior des moins de 20 ans. Il profitera maintenant de quelques jours de congé avec sa famille avant de revenir en Amérique du Nord. Il devra passer à travers la période d’isolement de 14 jours avant de rejoindre les Tigres. Ce sont les Maple Leafs de Toronto, équipe qui l’a repêché en 2019, qui s’occuperont de son retour au Canada.

Dans le cas de Peresunko, celui-ci a obtenu son visa. Il ne lui reste qu’à recevoir l’appel des Tigres pour revenir à Victoriaville.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des