Perquisitions à Victo : les deux hommes ont comparu

Perquisitions à Victo : les deux hommes ont comparu
Les policiers ont frappé en matinée, mercredi. (Photo : www.lanouvelle.net)

Arrêtés en matinée, mercredi, lors d’une opération antidrogue à Victoriaville, deux hommes ont comparu devant la justice : il s’agit de Gaétan Ramsay, 56 ans, et de Rémi Bédard-Bolduc, âgé de 38 ans. Tous deux possèdent des antécédents judiciaires.

Ils n’ont pu reprendre leur liberté, le ministère public s’étant opposé à leur libération. Leur enquête sur remise en liberté a été fixée à lundi (17 août). Une femme de 25 ans a aussi été arrêtée. De toute évidence, elle devrait comparaître ultérieurement.

Gaétan Ramsay fait face à des accusations de possession de méthamphétamine en vue de trafic, possession de cannabis, possession d’une somme d’argent sachant qu’elle provenait de la perpétration d’infraction criminelle et de bris de probation.

(Photo www.lanouvelle.net)

Quant à Rémi Bédard-Bolduc, il est accusé de trafic de stupéfiants, d’avoir vendu du cannabis à un individu âgé de 18 ans et plus, de possession de cannabis, possession de cocaïne, possession d’une arbalète et de bris de probation.

Les policiers de la Sûreté du Québec de la MRC d’Arthabaska ont procédé à des perquisitions simultanées dans des appartements de la rue Tourigny.

La première perquisition a permis, la saisie d’une quarantaine de grammes de cannabis illicite, quelque 200 comprimés divers, du haschisch, un autre produit dérivé du cannabis et de l’argent pour plus de 1000 $.

La seconde opération des policiers a mené à la découverte de cannabis illicite, de cocaïne et de méthamphétamine.

L’opération s’inscrivait dans le cadre du programme ACCÈS Cannabi pour lequel une équipe de la SQ veille quotidiennement à lutter contre la contrebande de cannabis à toutes les étapes, de l’approvisionnement jusqu’à la production illégale jusqu’à la contrebande de quartier.

Les citoyens peuvent transmettre toute information relative à la production ou au trafic de marijuana de manière confidentielle en communiquant avec la Centrale de l’information criminelle au 1 800 659-4264.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des