Avenue Santé Bois-Francs en péril?

Par Claude Thibodeau
Avenue Santé Bois-Francs en péril?
Le maire de Daveluyville, Ghyslain Noël (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Craignant de se retrouver sans médecin, les six municipalités, propriétaires de la Clinique médicale Avenue Santé Bois-Francs de Daveluyville, entreprennent des démarches pour s’assurer du maintien des services médicaux dans la région.

C’est que les médecins en poste actuellement ont annoncé leur départ vers un nouveau groupe de médecine familiale (GMF) devant s’implanter à Princeville, ce qui signifierait le transfert de plus de 6000 dossiers médicaux. Confrontés à cette réalité,  les élus de Daveluyville, Maddington Falls, Sainte-Clotilde-de-Horton, Saint-Samuel, Saint-Rosaire et Saint-Valère ont adopté une résolution afin d’exercer une pression sur les autorités du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

Dans leur résolution, les municipalités participantes «refusent la perte de notre GMF pour nos populations (de près de 10 000 habitants) qui est en opération depuis plus de 12 ans». Les élus demandent au CIUSSS MCQ de redéployer sur le territoire, le plus tôt possible, les effectifs nécessaires au maintien du service du GMF. Les municipalités font valoir qu’elles ont toujours administré et assuré le maintien du bâtiment abritant la clinique, qu’elles ont toujours répondu aux besoins et aux demandes des médecins afin de leur offrir un environnement de travail conforme à leurs besoins.

D’ailleurs, elles ont investi, rappellent-elles, plus de 300 000 $ depuis la création d’Avenue Santé Bois-Francs, dont 75 000 $ en septembre 2019 pour un agrandissement relié aux besoins des médecins.

«On pensait bien être en selle pour quelques années. Malheureusement, ils ont décidé de s’associer avec le nouveau GMF de Princeville», a confié le maire de Daveluyville, Ghyslain Noël, au cours d’un entretien téléphonique. Considérant que les médecins, au fil des ans, ont échoué à intégrer et à maintenir de nouveaux médecins dans leur équipe afin d’assurer une pérennité des services à la population, les élus en appellent au CIUSSS MCQ pour remédier à la situation.

La fermeture de la clinique médicale, estiment-ils, aurait aussi un impact significatif sur la survie de la pharmacie de Daveluyville. Les résolutions municipales constituent une première action posée par les municipalités. «C’est une première pression politique que nous menons dans le but d’aller chercher de la relève. De jeunes médecins sortent des universités et doivent être répartis dans les régions. Pourquoi ne pourrait-on pas avoir accès à des médecins de cette relève-là pour venir s’installer dans la région?», a lancé le maire de Daveluyville.

«Cette résolution, a-t-il poursuivi, vise à envoyer un signal au CIUSSS pour conserver une clinique médicale dans la région pour desservir nos populations.» Elle signifie, a précisé le maire, la volonté des élus de travailler avec les représentants du CIUSSS pour attirer des médecins.

La région du Grand Daveluyville, précise-t-on, dispose d’un service médical continu depuis plus de 90 ans. Les élus, qui ont déjà rencontré les médecins, prévoient une autre rencontre. «On veut leur demander de nous aider à prolonger l’offre de services, leur demander de nous donner peut-être six mois ou un an de plus, le temps de recruter une relève», a souligné le maire Ghyslain Noël.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des