Amélie Poiré-Lehoux au camp d’Équipe Canada U22

Par Matthew Vachon
Amélie Poiré-Lehoux au camp d’Équipe Canada U22
Amélie Poiré-Lehoux (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Il n’y pas que Mavrik Bourque qui attire les regards de Hockey Canada à Plessisville. L’attaquante de 19 ans, Amélie Poiré-Lehoux, a reçu une invitation afin de participer au camp virtuel d’Équipe Canada U22.

Nécessairement, la pandémie de la COVID-19 amène un peu de flou quant à la tenue de ce camp, qui devait initialement avoir lieu du 6 au 16 août en Alberta. Cependant, l’invitation en soi se veut une jolie réussite pour celle qui sera l’une des plus jeunes hockeyeuses à prendre part à ce camp. «Être avec Équipe Canada et tout ce qui l’entoure, c’est un honneur et un privilège. Il n’y a pas beaucoup d’autres filles qui peuvent faire ça. Je vais donc aborder ça comme quelque chose qui va me donner de l’expérience en tant que personne et joueuse. C’est un but que je m’étais fixé depuis longtemps. C’est encourageant. C’est stressant également, surtout qu’on ne sait pas trop comment ça va se passer avec la situation actuelle», a-t-elle mentionné.

En étant l’une des plus jeunes invitées à ce camp virtuel, Poiré-Lehoux voit d’un bon œil le fait que Hockey Canada l’aperçoive déjà sur ses écrans radars. «C’est positif. C’est pour ça que je veux prendre de l’expérience. À ma première année, je veux voir comment ça se passe tout en faisant mon nom.»

Pour le moment, le camp se veut une suite de rencontres virtuelles hebdomadaires sur différents sujets pour aider les hockeyeuses à se développer. En temps normal, une fois les dix jours du camp écoulés, Hockey Canada aurait procédé à une vague de coupures afin de constituer la formation qui aurait pris part à la série U22 face aux Américaines. La série pourrait être reportée à plus tard.

Une invitation inattendue

Poiré-Lehoux, qui évolue avec les Lynx du Cégep Édouard-Montpetit au niveau collégial, confie avoir été particulièrement surprise par cette invitation. Aucun signe avant-coureur ne laissait présager cette bonne nouvelle. «C’était vraiment inattendu. Je n’avais eu aucun contact avec les dirigeants canadiens. J’avais connu une bonne saison. C’était ma deuxième année et j’ai eu beaucoup plus de responsabilités. J’ai pu prendre de l’expérience et apporter quelque chose de spécial à l’équipe.»

Au cours de la dernière saison, celle qui arborait le titre de capitaine a terminé la campagne avec 28 points en 26 parties. En plus de la pandémie, une commotion cérébrale avait contrecarré ses plans pour la fin de la campagne. Elle sera de retour pour une troisième saison avec les Lynx. La patineuse de L’Érable prendra ensuite la route de l’Université de Montréal afin d’y évoluer avec les Carabins à compter de la campagne 2021-2022.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des