Pavillon Marchand : tout n’est plus comme avant

Par Manon Toupin
Pavillon Marchand : tout n’est plus comme avant
Le Pavillon Marchand de Victoriaville (Photo : www.lanouvelle.net)

Même s’il n’y a pas beaucoup de cas de COVID-19 à Victoriaville, il n’en reste pas moins qu’un protocole demeure en place dans les ressources intermédiaires, notamment au Pavillon Marchand où on accueille des personnes en perte d’autonomie.

Cela fait en sorte que les familles des résidents ne peuvent entrer à l’intérieur des murs comme ils le veulent. Triste pour certains, mais indispensable pour assurer la protection des résidents, comme l’explique le propriétaire des lieux, Jean-Claude Bujold. Le conjoint d’une résidente s’était plaint à La Nouvelle Union qu’il ne pouvait plus, depuis le 13 mars, sortir son épouse des lieux comme avant. Une situation que la dame trouve très difficile, surtout depuis le retour des beaux jours.

Le propriétaire a indiqué que toutes les mesures mises en place respectaient les normes et avaient été instaurées avec le CIUSSS MCQ. «Cela demande beaucoup de travail et nous ne faisons qu’appliquer la loi afin de protéger nos résidents. Nous sommes encore en période de COVID-19», a-t-il insisté.

Une façon de faire a été élaborée afin de permettre aux proches de voir les résidents en sorties supervisées. «Nous organisons des visites dans la cour à l’extérieur. Mais pour cela, il faut prendre rendez-vous par téléphone avec l’animatrice qui s’occupe maintenant de ces sorties», ajoute M. Bujold. Elle accompagne le résident à l’extérieur afin de s’assurer qu’il n’y aura pas de contacts et donc d’éviter les risques de contagion. Ces rencontres peuvent se tenir du lundi au vendredi entre 8 et 16 h.

Certains croyaient également, avec l’annonce du retour des proches aidants, qu’ils pourraient revenir voir sans contraintes les résidents, ce qui n’est pas le cas. Pour être proche aidant, il faut respecter certains critères déterminés et que la directrice de l’établissement et la travailleuse sociale doivent cautionner, selon ce qu’a indiqué le propriétaire. «Tous émanent du Ministère», précise-t-il.

Encore pour amoindrir les effets de l’absence de visites, au Pavillon Marchand, on s’est équipé pour que les résidents puissent faire des rencontres virtuelles avec la famille. Une façon de garder le contact.

«Nous n’avons pas de cas ici, mais je dois protéger les patients, les employés et la population», soutient le propriétaire en ajoutant qu’il ne s’agit pas de décisions personnelles, mais bien de règles imposées qu’il faut respecter.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mélanie Perroux
Mélanie Perroux
1 année

Je relis la nouvelle directive du ministère, et d’après les informations contenue dans cet article, je ne pense pas que l’établissement respecte cette directive concernant l’accueil des proches aidants. https://www.msss.gouv.qc.ca/professionnels/covid-19/covid-19-directives-au-reseau-de-la-sante-et-des-services-sociaux/proches-aidants/

François Michel
François Michel
1 année

D’abord, Je tiens aussi à remercier Mme Toupin d’avoir donné suite à notre demande. Je suis diacre permanent à la paroisse Ste-Victoire et, depuis plusieurs années, j’accompagne un couple dont l’épouse a été admise à la résidence à la fin de 2019. Étant l’instigateur du contact avec les média pour soutenir le mari, je me dois de réagir au reportage car je doute de la bonne foi de la direction pour l’accueil des proches aidants sachant que le mari a le soutien des intervenants du CLSC et qu’il correspond aux exigences du ministère.

MD
MD
1 année
Répondre à  François Michel

Est ce que vous saviez qu’il n’y a pas de proche aidant à la résidence? Moi j’y travail depuis 2002. Pour quelqu’un qui se dit accompagner la famille,je n’ai pas le souvenir de vous y avoir vu souvent et ce même avant la crise. C’est facile parler et dire que les consignes ne sont pas respecter quand ça n’a marche pas à leur goût. C’etait les mêmes règles pour les 40 familles de la residences,pourquoi faire exception pour le mari de Mme? Au lieu de parler contre la résidence,vous devriez plutôt féliciter tout le personnel de la santé qui se sont démenés pendant la crise afin de protéger les résidents. Je trouve ça vraiment dommage que vous ne regardiez que les travers, je connais le couple d’on vous faites allusion et je peux vous garantir qu’en aucun cas Mme a manqué de quoi que ce soit . Et je peux meme vous dire que le mari venait presqu’a tout les jours parler à sa femme, étant sur une étage inférieure Mme pouvait parler à son mari à travers la fenêtre .