Anne Beaumier insiste sur l’importance d’un système immunitaire fort

Par Manon Toupin
Anne Beaumier insiste sur l’importance d’un système immunitaire fort
(Photo : gracieuseté)

Même si on a refusé de la tester pour la COVID-19, il n’en demeure pas moins que la Victoriavilloise Anne Beaumier (qu’on connait notamment à titre de présidente du Festival de la paix de Victoriaville) croit bien avoir contracté la maladie et s’en être sortie rapidement grâce à un traitement naturel.

D’entrée de jeu, elle précise qu’elle se traite naturellement depuis 23 ans et qu’elle est toujours à l’écoute des signes que peut lui donner son corps. Aussi, elle insiste sur l’importance de consulter en cas de besoin et de respecter les exigences médicales en ces temps de pandémie. Mais elle souhaite également partager son expérience et peut-être aider certaines personnes à mieux passer à travers cette épreuve si jamais elle survient. De plus, un appel à une épidémiologiste l’a finalement rassurée à donner son témoignage.

Les événements

Puisqu’elle travaille à Danville depuis trois mois et qu’elle a des quarts de travail collés, Anne a résidé pendant deux semaines, au mois de mars, à la Chaumière enchantée qui accueille des personnes qui vivent avec une déficience intellectuelle et un trouble du spectre de l’autisme. À cet endroit, comme le rapporte Radio-Canada, il y a eu six cas. «Mais lorsque j’y étais, je ne savais pas qu’il y avait des gens infectés», explique-t-elle au téléphone.

Quelques jours après cela, un mardi, elle a ressenti un étrange point à la poitrine (ce qu’elle n’avait jamais eu auparavant) et elle a eu un mal de gorge. Et puisqu’elle est toujours à l’écoute de son corps, elle a rapidement enclenché un protocole pour tenter de guérir de ce qu’elle sentait monter en elle.

C’est toute son expérience dans le domaine, ses essais-erreurs et intuitions, qu’elle a mis à profit pour contrer le virus. «Puisque je ne fais plus de fièvre depuis des années, je me suis plongée dans un bain très chaud pour augmenter la chaleur de mon corps», explique-t-elle. On sait que la fièvre est un mécanisme de défense qui justement augmente la température corporelle, une façon naturelle de combattre une infection.

À cela, elle a ajouté différents ingrédients naturels, sa recette anticourbatures comme elle l’appelle et qui est constituée de : ½ tasse de sel Epsom, ½ tasse de bicarbonate de soude, 1 cuillère à soupe de moutarde sèche, deux gouttes de cannelle et la même quantité de clou de girofle (huiles essentielles). Elle a ensuite pris trois comprimés d’échinacée (solubles sous la langue). Pour compléter, aux deux ou trois heures, un petit «shooter» d’huile d’origan (cinq gouttes dissoutes dans un peu d’eau) et de l’huile de thym sous les pieds avant de se coucher.

«Le lendemain, je me sentais mieux, mais je suis quand même restée à la maison puisque je travaille avec le public», a-t-elle mentionné. Elle croit bien être parvenue à se défaire rapidement de la maladie, avec des produits naturels. «Après tout, les médicaments ne viennent pas de mars, ils s’inspirent de la nature», rappelle-t-elle.

Un mode de vie

Il faut bien insister sur le fait qu’Anne se soigne ainsi (et les membres de sa famille) depuis de nombreuses années. «Plus tu es sensible à ce que tu ressens, plus tu agis rapidement», souligne-t-elle.

Pas testée

Dès l’apparition des symptômes, Anne Beaumier a pris rendez-vous afin d’être testée pour la COVID-19. Le jeudi, elle s’est rendue à la clinique de dépistage installée dans la cour de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska, où elle était attendue. À ce moment, puisqu’on ne testait que ceux qui avaient côtoyé des gens provenant de l’étranger, on n’a pas voulu lui faire passer le test, à sa grande déception. «J’avais côtoyé des gens, mais je ne pouvais dire s’ils venaient de l’étranger et je ne savais pas à ce moment ce qui était arrivé à la Chaumière enchantée», a-t-elle raconté.

Cela fait en sorte qu’elle ne peut affirmer avec certitude que c’est bien la COVID-19 qui l’a frappée. Toutefois, elle serait bien curieuse de passer le test sérologique qui lui permettrait de savoir si elle a bel et bien eu la maladie et a désormais les anticorps. Mais ce test n’est pas encore disponible dans le système public.

Un bon système immunitaire

En ces temps de COVID-19, Anne ne peut qu’insister sur l’importance d’avoir un bon système immunitaire. D’ailleurs, avec l’épidémiologiste consultée, elles se sont dites d’accord sur le fait que la question du renforcement du système immunitaire n’était pas assez abordée dans le débat public.

«Il est déplorable qu’on ne nous apprenne pas à prendre soin de nous», indique-t-elle prenant pour exemple l’Allemagne où les gens sont éduqués à ce niveau et où les médecines complémentaires (acupuncture, chiropractie, naturopathie) sont intégrées au système de santé.

Pour le système immunitaire, Anne rappelle l’importance du soleil, de la vitamine C, de la teinture mère d’ail et d’échinacée, mais également les bonnes habitudes de vie comme l’alimentation, l’eau et le sommeil.

Elle rappelle également qu’un facteur de santé se détermine par un pH corporel équilibré. «Quand il est trop acide, cela favorise les maladies. Pour obtenir un système plus alcalin, il faut réduire sa consommation de sucre, de produits laitiers, de viande rouge et boire de l’eau.»

Anne veut tout simplement raconter ce qu’elle a vécu et expliquer comment elle s’est guérie du virus qui l’a infectée. «Je sais bien que des gens sont beaucoup plus touchés que moi et c’est ce qui m’a fait hésiter à témoigner. Mais si ça peut aider, je m’en serais voulu de ne pas l’avoir fait», indique-t-elle.

Festival de la paix

On ne pouvait parler à Anne Beaumier sans lui demander ce qu’il advient du 10e Festival de la paix, prévu pour l’automne. «J’ai une programmation en tête, mais je crains de m’investir là-dedans et me faire tirer le tapis sous les pieds», explique-t-elle.

Le festival est prévu pour septembre, mais devra, comme elle l’indique, se réinventer. «Il y a des pourparlers, mais rien n’est décidé», termine-t-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
15 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Michel
Michel
5 mois

Un témoignage anecdotique qui peut facilement influencer les gens crédules. Ce genre de texte ne devrait pas être publié. Ça a peut-être sa place sur une page Facebook personnelle, mais pas dans un journal. Le journal devrait retirer ce texte, publier des excuses et élaborer une méthode de révision afin que des stupidités du genre ne se reproduisent plus.

francois
francois
5 mois
Répondre à  Michel

En accord a 100 pour cent

Lea
Lea
5 mois

Attention à ce genre d’article. Elle n’a pas été testé, on ne sait pas si elle a vraiment eu la maladie, c’est très facile de voir à de la désinformation.

Jacqueline Boivin
Jacqueline Boivin
5 mois

Le journal est-il si en manque de contenu qu’on doit publier des « anecdotes » de cette nature ! Un texte rempli de suppositions, supporté par aucun fait crédible, bref complètement inutile si ce n’est de vouloir faire parler d’elle.

F. Tremblay
F. Tremblay
5 mois

Plus de 14900 personnes sont guéries de la covid-19 au Québec. Est-ce qu’ils ont tous pris un bain au sel d’epspom avec de la moutarde sèche ?

Michel Gobeil
Michel Gobeil
5 mois

Tout le monde peut y croire, ou pas. N’en reste pas moins que sa méthode est bien documentée. En supposant que ce ne serait qu’une grippe qu’elle ait eue; force d’admettre qu’elle l’a rapidement cassée. Et depuis quand un journal doit-il présenter des excuses à quelqu’un qui veut priver une citoyenne de son droit d’expression?

La liberté des uns s’arrête là où celle des autres commence. Vous êtes aussi libre d’être en désaccord que cette dame est libre de s’exprimer.

Manon
Manon
5 mois

Merci pour ce beau témoignage.

Pierre
Pierre
5 mois

J’ai déjà eu une gripe et je l’ai guérie sans rien faire. Donc…..

France Martin
France Martin
5 mois

Je ne comprends pas qu’un journal supposément sérieux et rigoureux donne dans ses pages une recette « magique » contre cette maladie potentiellement mortelle qu’est la covid19. Cette personne pense avoir eu la covid. Des centaines, voire des milliers de Québécois ont dû se penser atteints. Bien sûr, qui n’a pas déjà eu un petit mal de gorge en hiver? Encore plus en temps de pandémie. Je demande le retrait de cet article loufoque en même temps que dangereux.

Anne Beaumier
Anne Beaumier
5 mois
Répondre à  France Martin

Vous avez complètement droit à votre opinion mais ce n’est pas absolument pas proposé comme une recette  » magique » car j’ai un esprit bien scientifique qui se base sur un système d’essai erreur depuis plus de 20 ans. Ce qui fonctionne à répétition, je le garde. Pourquoi rejeter ce qui marche vite et bien? ( http://www.wikiphyto.org/wiki/Carvacrol) De plus, ce protocole de soin naturel n’est suggéré que comme complément aux soins prescrits. Ce serait peut-être important de vraiment bien lire l’article…j’ai habité dans un lieu où tout le monde a été infecté tout de même, détail important non?

Coquine
Coquine
4 mois

100 pour cent d’accord! Je me soigne de cette façon! Hâte au test sérologique!,

Marie-France Swaenepoel
Marie-France Swaenepoel
4 mois

Bravo Anne, vive la vie naturelle que l’on connaissait il y a bien des années. Je n’en dirais pas plus.

Nanette
Nanette
4 mois

Aïe aïe aïe! C’est vraiment gênant comme article. Une anecdote peu intéressante et un traitement naturel sans référence… rien pour conscientiser les gens. La prochaine fois, prenez donc un vrai professionnel pour expliquer vos points, ça vous apportera de la crédibilité… et ça sera inévitablement plus intéressant!

David
David
3 mois

Je mettrais ma main au feu que la journaliste est une amie de Anne Beaumier. Faut vraiment manquer de rigueur pour publier ça.

Anne Beaumier
Anne Beaumier
1 mois
Répondre à  David

Écris moi sur Messenger svp, j’aimerais vraiment échanger avec toi