Cégep de Victo : les étudiants du programme GTEA déposent une pétition

Cégep de Victo : les étudiants du programme GTEA déposent une pétition
(Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Les étudiants du programme en Gestion et technologies d’entreprise agricole (GTEA), profils maraîchers et horticoles biologiques, demandent à la direction du cégep de Victoriaville et au ministre Roberge de créditer les cours de la session d’hiver 2020.

Une pétition en ce sens a été déposée aujourd’hui par l’Association étudiante. La pétition comptait déjà plus de 70 noms depuis mercredi soir et les signatures continuaient à affluer de toutes les cohortes de l’Institut national d’agriculture biologique.

Lors de la déclaration de l’état d’urgence sanitaire et de la fermeture des établissements scolaires, la majorité des élèves finissants de l’INAB étaient en voie de terminer leur parcours scolaire et de recevoir leur diplôme qui leur permettait de démarrer leur entreprise agricole.

«Certains ont absolument besoin de leur diplôme en mai pour avoir droit au financement et subventions agricoles pour leur entreprise qui est déjà en démarrage. D’autres ont des contrats sur des fermes qui commencent en mai et tout le monde sait que la crise aura un impact majeur sur l’agriculture. Ils seront absolument nécessaires à la survie de certaines fermes», est-il écrit dans le document déposé.

«Plusieurs élèves sont complètement dépassés par les évènements et par l’ambiguïté entourant leur futur à court et moyen terme. Cette situation s’avère peu propice à la productivité et ne favorise en rien leur apprentissage ou leurs capacités à poursuivre les travaux scolaires entamés ou à venir. De plus, ce sont des projets agricoles et leur planification financière pour les cinq prochaines années qui s’effondreraient pour certains si la graduation était repoussée en juin ou plus tard.»

«La décision du cégep de Victoriaville, suite aux directives ministérielles, de commencer la formation à distance à partir du 6 avril et d’annoncer le retour en classe pour le 4 mai 2020, est prise de façon hasardeuse», toujours selon le document.

«Suivre l’exemple des universités, qui ont crédité des cours et annulé la session, est la seule solution qui peut permettre à tout le monde une fin de session équitable et qui ne désavantage pas les gens qui ne peuvent pas finir en juin, ceux qui ne peuvent pas faire les cours à distance ni ceux qui ont d’autres contraintes.»

«La cohorte 2017-2020 aura été une des mieux formées depuis 1986, ayant pu utiliser les anciennes installations ainsi que les nouvelles, et ayant pu faire un stage sur la nouvelle ferme-école qui était bien rodée pour sa deuxième saison. S’il vous plaît, ne laissez pas cette crise nuire à notre futur en nous obligeant de faire des cours en ligne, d’être à l’école en juin, de devoir revenir l’année prochaine (pour ceux qui ne pourront y être) ou de devoir rédiger un plan d’affaires durant une crise où il est impossible de prévoir le comportement des marchés et de l’économie. Dans ce contexte économique, faire les soumissions qui serviront à produire des budgets réalistes s’avèrerait impossible.»

«C’est pourquoi nous exigeons du ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, et du directeur des études du cégep de Victoriaville, Christian Héon, l’obtention des crédits pour les cours de la session d’hiver 2020 en GTEA pour la cohorte 2017-2020, l’obtention des diplômes pour tous les finissants et que la possibilité de créditer des cours des autres cohortes soit aussi étudiée.»

«S’il vous plaît, donnez-nous nos crédits et nos diplômes (pour les finissants), annulez la remise du plan d’affaires et libérez-nous! L’agriculture est en crise, comme la société dans son ensemble. Nous sommes nécessaires dans les champs, cet été plus que jamais!», conclut le document.

Partager cet article

5
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
JoValKalil MnasriAlyssePhilippe Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Philippe
Invité
Philippe

Je suis en GTEA Production animale et comme la plupart de mes camarades on veut le finir comme il se doit notre cours! Il faut éviter de tout nous mettre dans le même bateau! On a librement décidé d’aller à l’école apprendre et je souhaite apprendre !

Alysse
Invité
Alysse

Ici, on précise qu’il s’agit des élèves des profils horticoles et maraîchers. Après, l’apprentissage reste toujours important pour tout le monde! Ce n’est pas exclu dans ces revendications. Le diplôme (le papier) est par contre un outil essentiel pour les finissants afin qu’ils puissent avoir accès à leurs subventions et amorcer leurs projets agricoles en ce moment opportun. La fin de session ne sera pas reprise de ci-tôt et des entrepreneurs agricoles formés doivent entamés leur production afin de se joindre aux efforts collectifs pour soutenir l’autonomie alimentaire de la communauté.

Kalil Mnasri
Invité
Kalil Mnasri

Je crois que c’est une très bonne résolution et en tant qu’étudiant et finissant du programme GTEA profil fruitier, je suis totalement en accord avec les revendications, j’ai de la famille qui ont présentement le Covid 19, de la famille à l’étranger, je viens de perdre mon emploi et la situation n ‘est pas fixé dans le temps. Je viens d’acquérir une terre et je suis déjà prêt à me lancer, il ne me manque que mon diplôme pour enfin avoir droit aux subventions qui me permettront d’aider à nourrir le Québec. En tant qu’agriculteur, nous avons des semis, des… Read more »

Val
Invité
Val

Je suis agricultrice. Dans votre futur vie d’entrepreneur, jeunes étudiants en horticulture ou maraîchers, vous devrez apprendre à vous adapter. Si vous ne pouvez vous adapter à la situation actuelle, je vous conseille fortement de changer de métier. Je comprends que vous deviez terminer vos études dans quelques semaines. C’est fâchant mais ça me surprendrait que votre plan d’affaire soit terminé et si il l’est ben modifié le en conséquence.

Jo
Invité
Jo

Merci de nous expliquer la vie comme si on était des enfants