Kevin Cloutier et ses recruteurs poursuivent leur travail

Kevin Cloutier et ses recruteurs poursuivent leur travail
Kevin Cloutier, directeur général des Tigres de Victoriaville (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Bien que tout ou presque soit paralysé et que les autorités du circuit Courteau aient annulé de nombreuses activités, dont les séries éliminatoires, le directeur général des Tigres de Victoriaville Kevin Cloutier et ses recruteurs continuent d’épier les jeunes espoirs afin d’être prêts lors de la présentation de la prochaine séance de sélection.

Cette dernière ne se tiendra pas à Sherbrooke comme prévu. Elle se déroulera plutôt en ligne en raison de la pandémie de la COVID-19. Et comme tous les sports ont été mis sur pause, l’équipe hockey des Félins doit poursuivre son travail à l’aide la technologie. Les recruteurs multiplient les séances vidéo pour voir à l’œuvre les patineurs admissibles au prochain repêchage, particulièrement les joueurs évoluant à l’extérieur de la province. Et les espoirs de qualité, jouant ailleurs qu’au Québec, sont nombreux cette saison.

«Nous avions planifié plusieurs voyages pour voir les jeunes à l’œuvre. La situation a évidemment changé les plans. Ça peut certes avoir un certain impact en vue du prochain repêchage, mais nous pouvons désormais bénéficier d’une technologie de qualité. Nous sommes à préparer notre liste», a expliqué le DG des Tigres.

Si on sait que la séance de sélection se tiendra en ligne, on ignore toujours quand elle aura lieu. La date n’a pas été avancée. Peu importe, Cloutier et son groupe seront prêts le moment venu.

Il faut préciser que les places au sein de l’alignement de l’équipe seront plutôt rares au prochain camp d’entraînement. Outre les trois vétérans de 20 ans et l’un des quatre patineurs de 19 ans, tous les autres protégés de Louis Robitaille sont susceptibles d’être de retour.

Déception et compassion

Comme tous les gens gravitant autour de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Kevin Cloutier est déçu de la tournure des événements. Il est cependant bien conscient que le hockey est devenu secondaire, alors que la société combat une pandémie qui fait de nombreuses victimes.

Et, considérant que le hockey junior s’avère cyclique, il exprime de la compassion envers ses homologues qui ont effectué des changements majeurs à la période des transactions dans l’espoir de mettre la main sur les grands honneurs.

En plus de figurer parmi les clubs aspirants, ils étaient en droit de s’attendre à générer des profits significatifs durant le bal printanier. Les pertes anticipées s’avèrent majeures.

«J’ai beaucoup de respect pour ces hommes de hockey. C’est doublement frustrant pour eux», a exprimé Cloutier. Ce dernier, peu actif durant la période des Fêtes, s’en tire de façon plutôt enviable dans les circonstances.

Il reste que financièrement, il estime que ce ne sont pas seulement les équipes de premier plan qui sont affectées, bien au contraire. Les Tigres, lors de la suspension de la saison, luttaient pour l’avantage de la glace. Ils pouvaient espérer, réalistement, franchir le premier tour éliminatoire.

«Nous ne saurons jamais jusqu’où nous aurions pu aller. Nous jouions. à ce moment. notre meilleur hockey de la campagne. C’est en séries que les équipes parviennent à regarnir leurs coffres. Cette fois, c’est comme si les 18 clubs avaient été exclus des éliminatoires», a-t-il dit.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des