Son calendrier de compétitions se résume à une feuille blanche

Par Carol Isabel
Son calendrier de compétitions se résume à une feuille blanche
Le paralympien Guillaume Ouellet (Photo : Matthew Murnaghan, CPC)

Le calendrier de compétitions de l’année 2020, qui s’annonçait fort chargé pour le paralympien Guillaume Ouellet, se résume à une page blanche en raison de la crise du coronavirus.

Le Canada a d’ailleurs pris la décision de ne pas envoyer d’athlètes aux Jeux olympiques (24 juillet au 9 août) et paralympiques (25 août au 6 septembre) à Tokyo, au Japon. «Je préfère croire que les jeux seront plutôt reportés à 2021 et même à 2022 et que le Canada sera présent à ce moment», laisse entendre le Victoriavillois d’adoption.

Le coureur âgé dans le début de la trentaine s’apprêtait d’ailleurs à amorcer sa nouvelle saison avec une première course sur piste extérieure en Caroline du Nord, une épreuve importante pour lui permettre de réaliser une partie des standards pour se qualifier pour Tokyo.

Il devait ensuite prendre part à son premier camp d’entraînement en altitude de la saison pour une période de quatre semaines aux États-Unis avant de participer au Championnat canadien à Montréal en juin. On l’attendait finalement pour un second camp d’entraînement en altitude avant qu’il ne se rende à Tokyo.

Le paralympien n’a aucune idée de ce qui l’attend pour les prochaines semaines et prochains mois. «Je ne me plains pas, je suis en bonne santé. Il y a des gens qui sont beaucoup plus affectés que moi par la crise. Pour moi, il ne s’agit que de courses alors que pour d’autres c’est leur santé ou leur sécurité financière qui est mise en cause.»

«Des opportunités de compétition, il y en aura d’autres, j’en suis sûr. Ce n’est que partie remise», ajoute-t-il. «Même si je n’ai plus accès aux salles d’entraînement et aux pistes intérieures, je peux toujours courir à l’extérieur pour m’entraîner alors que les nageurs, par exemple, n’ont plus accès à la piscine.»

Il entend toutefois profiter de ce scénario inattendu pour analyser sa situation avec son entraîneur et son équipe. «Je pourrais prendre du temps pour soigner quelques blessures et récupérer complètement avant de reprendre l’entraînement. C’est tout ça qui sera analysé en cette période de grande incertitude», a-t-il confirmé lui qui a été incommodé par une blessure aux ischio jambiers au cours de l’année dernière ce qui ne l’a pas empêché de rafler une médaille d’or au 5000 mètres des Jeux parapanaméricains en plus de ramener une 4e position lors des Championnats du monde de para-athlétisme tenus à Dubaï en novembre.

Guillaume Ouellet doit composer avec un handicap visuel. Il est notamment aux prises avec la rétinite pigmentaire, une maladie qui limite graduellement son champ de vision.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des