Une centaine de vaches périssent dans un incendie

Une centaine de vaches périssent dans un incendie
À l'arrivée des pompiers, l'embrasement était généralisé. (Photo : Gracieuseté)

Un violent incendie, vraisemblablement d’origine électrique, a détruit, lundi soir, une ferme laitière du 5e rang à Laurierville, faisant périr une centaine de vaches et causant des pertes évaluées à plus d’un million de dollars.

Il s’agit de la ferme Roland Caron, dont un des propriétaires est pompier à la caserne 72 du Service de sécurité incendie régional de L’Érable (SSIRÉ). «À 19 h 59, il a reçu une alarme de son système PrevTech qui détecte des anomalies électriques. Il s’est tout de suite rendu voir ce qui se passait, relate le directeur du SSIRÉ, Éric Boucher. Il a alors constaté, dans la plus vieille partie de la ferme, le feu qui montait jusqu’au comble (l’entretoit). Il a tenté de circonscrire les flammes en vidant un extincteur, mais en vain.»

C’est alors qu’il a donné l’alerte. La propagation a été fulgurante. «À notre arrivée, l’embrasement était généralisé à ce bâtiment d’environ 120 000 pieds carrés», précise le directeur Boucher.

Une centaine de vaches ont péri dans les flammes. (Photo gracieuseté)

Le pompier propriétaire a réussi à sortir quelque 30 bêtes du bâtiment enflammé, mais une centaine d’autres ont péri.

L’incendie, par ailleurs, menaçait deux autres bâtiments. «Le vent soufflait dans leur direction. Nous avons entrepris de les protéger. On a réussi à les sauver. Ils sont intacts», indique le directeur du SSIRÉ.

Une quarantaine de pompiers des casernes 65, 72, 58, 45 et 85 ont été mobilisés pour combattre l’élément destructeur. Ils ont eu recours à une pelle mécanique pour faciliter leur travail d’extinction.

Il était 5 h du matin lorsqu’ils ont quitté les lieux. Le directeur Éric Boucher doit y retourner, mardi avant-midi, pour tenter d’y voir plus clair, mais il apparaît probable qu’une défaillance électrique d’un appareil soit en cause.

Une intervention émotive pour les sapeurs puisqu’un des leurs est directement touché.

L’officier confiait aussi que les dirigeants avaient travaillé fort pour tout moderniser leur établissement agricole.

 

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des