Le Barreau d’Arthabaska honore Équijustice Arthabaska-Érable

Le Barreau d’Arthabaska honore Équijustice Arthabaska-Érable
Dans l'ordre, Me Marie-Pierre Laplante-Moreau qui a soumis la candidature, Michèle Gariépy, directrice d'Équijustice Arthabaska-Érable et Me André Y. Komlosy, bâtonnier du Barreau d'Arthabaska (Photo : www.lanouvelle.net)

L’équipe d’Équijustice Arthabaska-Érable a reçu, en fin de journée, mardi, le tout premier Prix Reconnaissance du Barreau d’Arthabaska.

L’organisme a profité du cocktail clôturant sa journée annuelle de formation, tenue à l’Hôtel Le Victorin de Victoriaville, pour procéder à la remise de cette nouvelle distinction.

Le bâtonnier Me André Y. Komlosy (Photo www.lanouvelle.net)

«Parmi nos objectifs issus de notre planification stratégique figure celui de se rapprocher de la société civile, a indiqué le bâtonnier Me André Y. Komlosy. Ainsi, le conseil de section, dans la dernière année, a décidé de créer un prix pour reconnaître un intervenant de la société civile, soit un individu ou un organisme présent sur le territoire que nous desservons, les districts judiciaires de Drummond (Drummondville), d’Arthabaska (Victoriaville) et de Frontenac (Thetford Mines).»

En vue de l’attribution du prix, différents critères ont été établis. Ainsi, le récipiendaire doit notamment se distinguer par des actions significatives en lien avec le domaine juridique en plus de contribuer au développement de méthodes alternatives de règlement de conflits, à la protection juridique des intérêts du public et de favoriser le déploiement ou l’accessibilité aux services juridiques.

Le Barreau d’Arthabaska a mis sur pied un comité chargé de recevoir des candidatures soumises par des avocats et de les analyser. «C’était toutes des bonnes candidatures. Mais, comme dans la vie, il fallait faire un choix», a exprimé le bâtonnier avec philosophie.

La candidature d’Équijustice Arthabaska-Érable, anciennement Pacte Bois-Francs, a été proposée par Me Marie-Pierre Laplante-Moreau du bureau de l’Aide juridique de Victoriaville.

Me Marie-Pierre Laplante-Moreau du bureau de l’Aide juridique de Victoriaville (Photo www.lanouvelle.net)

«L’organisme œuvre depuis 40 ans à développer une justice réparatrice et accessible en invitant les gens à s’engager dans la gestion des difficultés qu’ils vivent en collectivité. Par sa volonté indéniable de contribuer aux méthodes alternatives de règlement de conflits et son implication dans le domaine de la justice réparatrice, Équijustice Arthabaska-Érable participe au développement d’une justice porteuse de sens pour la population», a fait valoir l’avocate, ajoutant que l’organisme constitue «un acteur important de la communauté juridique, car il met en œuvre un processus d’écoute empreint d’empathie et d’équité».

Grande fierté

Au nom de son équipe, la directrice d’Équijustice Arthabaska-Érable, Michèle Gariépy, a reçu «avec grande fierté», ce prix du Barreau d’Arthabaska. «Quel honneur pour nous tous de recevoir cette gratification qui reconnaît un travail essentiel dans le domaine juridique. Équijustice tente, jour après jour, de répondre le plus humainement possible aux personnes impliquées dans des situations conflictuelles ou délictuelles», a-t-elle exprimé, tout en remerciant les membres de son équipe, Hélène, Josiane, Mélanie et Stéphanie qui participent activement au développement de la mission. «Grâce à elles, on peut offrir des services de qualité et professionnels», a précisé la directrice ajoutant aussi cette «essentielle collaboration» avec les partenaires judiciaires.

Un cocktail pour terminer la journée de formation. (Photo www.lanouvelle.net)

«Cette reconnaissance prestigieuse, a conclu Mme Gariépy, nous motive à continuer dans le développement de la justice réparatrice et la médiation citoyenne.»

Journée de formation

Pour le Barreau d’Arthabaska, il s’agissait de sa troisième journée annuelle de formation.

«D’année en année, il s’agit d’un succès, a commenté le bâtonnier André Y. Komlosy. Près de 115 participants y étaient inscrits.»

Une excellente participation pour, a-t-il dit, un petit barreau qui regroupe quelque 260 avocats et avocates.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des