Aînés : le Centre-du-Québec, région très avant-gardiste

Aînés : le Centre-du-Québec, région très avant-gardiste
La ministre Marguerite Blais, entourée des députés Sébastien Schneeberger (Drummond-Bois-Francs) et Eric Lefebvre (Arthabaska). (Photo : www.lanouvelle.net)

La région du Centre-du-Québec se démarque en matière de vieillissement actif. «Le Centre-du-Québec est la région la plus avant-gardiste dans l’élaboration des politiques amies des aînés à la fois pour les municipalités et pour les MRC», a confié, vendredi matin, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.

La ministre s’exprimait ainsi lors de son passage au Centre des congrès de Victoriaville à l’occasion de la toute première rencontre régionale Municipalité amie des aînés.

L’événement regroupait plusieurs acteurs municipaux centricois, des maires, des élus responsables des questions des aînés, afin d’échanger sur les défis du vieillissement de la population et pour faire état d’initiatives innovantes et de projets inspirants.

La ministre Blais en a profité pour faire des annonces. (Photo www.lanouvelle.net)

La ministre Blais a fait valoir que l’Organisation mondiale de la santé a reconnu le Québec comme étant la société la plus avant-gardiste dans l’élaboration des politiques amies des aînés. «Pas moins de 967 des 1100 municipalités sont reconnues amies des aînés. Cela signifie que le programme fonctionne, a-t-elle fait valoir. Et au Centre-du-Québec, 69 des 79 municipalités sont accréditées, tout comme les 5 MRC, dont celle de L’Érable qui a entrepris les démarches.»

En sol centricois, les 65 et plus représentent 20% de la population, comparativement à 18% au Québec. «Les gens souhaitent garder les aînés chez eux, dans leur village, le plus longtemps possible. On travaille ensemble pour trouver des mécanismes et faire en sorte que les aînés puissent vivre à domicile le plus longtemps possible», a exposé la ministre responsable des aînés.

Des annonces

Marguerite Blais, accompagnés notamment du député d’Arthabaska et whip en chef du gouvernement, Eric Lefebvre, et du député de Drummond-Bois-Francs, Sébastien Schneeberger, a profité du début de la rencontre pour y aller de certaines annonces.

«Je suis revenue en politique, a-t-elle rappelé, pour faire en sorte qu’on ait de meilleurs milieux de vie pour les personnes les plus vulnérables en perte d’autonomie.»
Elle a ainsi annoncé la création, au Centre-du-Québec, de 152 nouvelles places, dont 128 en maisons des aînés et 24 places dans les maisons alternatives, celles-ci réservées aux personnes de 65 ans et moins qui actuellement sont hébergées avec des gens en pertes cognitives.

Au Québec, la ministre a la responsabilité de développer 2600 places d’ici 2020. «Cela prend forme plus rapidement qu’on le pensait. Ce n’est pas évident de lever 45 maisons en même temps. Mais c’est ce qu’on va faire», a assuré la ministre.

À savoir si la Maison du Sacré-Cœur de Saint-Ferdinand fait partie des plans, le député Eric Lefebvre a fait savoir que toutes les possibilités sont sur la table. «On a commencé à recevoir une partie des études. On a des questions supplémentaires. On attend la suite. Des annonces surviendront plus tard», a-t-il confié.

Près de 200 acteurs régionaux ont pris part à la rencontre. (Photo www.lanouvelle.net)

La ministre a également évoqué la possibilité d’aménagement de mini-maisons avec cuisine collective et centre de gériatrie sociale dans le but de maintenir les aînés en santé le plus longtemps possible dans leur milieu de vie. «À ce chapitre, je pense que vous êtes plus avancés que moi», a-t-elle lancé aux participants.

Marguerite Blais a confirmé, par ailleurs, que la MRC d’Arthabaska deviendra la première au Québec à prendre part au démarrage d’un nouveau réseau de coordonnateurs MADA (Municipalités amies des aînés). «Ce n’est pas tout d’avoir des politiques. Celles-ci doivent s’accompagner d’un suivi. Ainsi, nous annonçons une nouvelle aide financière destinée aux MRC pour l’embauche de coordonnateurs responsables de la mise en œuvre  des plans d’action. Avec un tel réseau, nous contribuerons à l’instauration d’un véritable partenariat avec les MRC pour la mobilisation, la concertation territoriale et le soutien à la mise en œuvre de vos plans d’action en faveur des aînés», a expliqué la ministre.

La représentante du gouvernement a aussi fait part d’autres nouveautés, dont un nouveau programme destiné aux MADA pour le financement de projets favorisant la mobilité des aînés particulièrement en milieu rural.

Québec, a-t-elle révélé aussi, financera deux nouveaux services d’accompagnement.

Le préfet Alain St-Pierre et le maire André Bellavance ont eu l’occasion de s’exprimer. (Photo www.lanouvelle.net)

Et puis, en mars, surviendra un nouvel appel de projets en regard du programme d’infrastructures municipalités amies des aînés. «Cela permettra des projets de réfection, des petites constructions, des agrandissements d’infrastructures, bref, des projets pour améliorer la qualité de vie des aînés», a explicité la ministre Blais.

«Moment unique et historique»

Le député Eric Lefebvre a qualifié cette toute première rencontre au Québec de «moment historique et unique». «Notre milieu est l’un des plus dynamiques. Nos municipalités figurent parmi les premières dans le développement des politiques MADA. Créer des milieux de vie propices à l’épanouissement des aînés, des familles, des enfants, de tous les citoyens, en fait, constitue une priorité», a-t-il dit.

Considérant «l’apport très précieux des aînés», le Québec gagne, selon lui, à ce que ces hommes et ces femmes d’expérience mènent une vie active le plus longtemps possible.

Pour le député et whip en chef, cette rencontre représente «un moment privilégié pour faire le point, pour travailler à rendre nos milieux de vie encore meilleurs afin que tous y trouvent leur place».

Les aînés constituent aussi une priorité pour la MRC d’Arthabaska et son préfet Alain St-Pierre. «Depuis plusieurs mois, nos efforts en ce sens se sont concrétisés. Il fait bon vivre dans notre MRC. Il importe que tous continuent de s’y épanouir dans un environnement stimulant, adapté et sécuritaire», a-t-il exprimé, disant souhaiter la tenue d’échanges, de discussions, de débats, de nature à inspirer et à fournir des moyens pour faire une différence. «Car on peut en faire une», a-t-il terminé.

La ministre a procédé à la remise de certificats de reconnaissance.(Photo www.lanouvelle.net)

Le maire de Victoriaville, André Bellavance, a salué la ministre Blais en plus de la remercier pour ses annonces. «Notre région est très mobilisée et proactive envers les services aux aînés», a-t-il noté, tout en souhaitant que la journée «soit enrichissante et source de partage des meilleures pratiques pour que nos milieux de vie demeurent des lieux attractifs et adaptés permettant de s’épanouir à tous âges».

À l’invitation de la ministre Blais, le député de Drummond-Bois-Francs, Sébastien Schneeberger, a aussi pris la parole, décrivant d’abord sa collègue comme «une personne de cœur désireuse de vraiment faire avancer les choses» avant de plaider pour les petits milieux. «On compte beaucoup de petites municipalités. On doit faire en sorte qu’elles aient les moyens d’avoir des places pour héberger les personnes souhaitant délaisser leur maison, mais qui désirent demeurer dans leur milieu de vie», a-t-il signalé.

Enfin, la ministre Marguerite Blais a tenu à souligner le travail accompli en remettant des certificats de reconnaissance à des représentants de 20 municipalités et d’une MRC (Arthabaska) pour avoir franchi avec succès les étapes menant à la réalisation d’une politique et d’un plan d’action en faveur des aînés.

Partager cet article

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
robidas lyneRené Provencher Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
René Provencher
Invité
René Provencher

Mme La ministre et ses deux députés, Vous prenez de bien belles photos mais ce dont on se vante n’est pas ce que l’on constate. Il devrait y avoir une consultation dans la population pour savoir quel est la direction à prendre. On se fait pas demander ce que l’on veut. J’espère que d’autres ainés vont exiger des programmes pour demeurer le plus longtemps possible dans notre milieu. Merci de me publier.

robidas lyne
Invité
robidas lyne

moi je me pose des question ,pourquoi pas aller visiter des centre ,sans prévenir ,sans que vous l ai appeler pour dire que vous aller passer,verifier la propreter ,la bouffe qui ontg dans les assiette ,les loisir qu il ontet tout ses detail merci

robidas lyne
Invité
robidas lyne

vous faite de la bonne ouvrage faut s occuper de nos ainee