Une récolte record pour la Fondation À Notre Santé

Une récolte record pour la Fondation À Notre Santé
Aux extrémités, le président de la Fondation, Claude Charland, et la directrice générale, Jacynthe Vallée, entourent les coprésidents Sylvie Baril, Max Sévégny, Josiane Goudreau et le Dr Lossany Touré. (Photo : www.lanouvelle.net)

La Fondation À Notre Santé vient d’atteindre un nouveau sommet. Sa 39e campagne annuelle de financement a permis de recueillir une somme record, un montant net, de 1 282 842 $ fracassant ainsi l’objectif fixé à 1 000 000 $.

L’argent amassé contribuera notamment à l’agrandissement et au réaménagement du bloc opératoire pour le cancer colorectal.

Au résultat de la campagne s’ajoutent 490 580 $ du programme de dons planifiés, 386 538 $ provenant de la campagne majeure de 2012 et 132 049 $ en surplus des revenus nets de placements. Ce qui signifie, a précisé la directrice générale Jacynthe Vallée, que la Fondation a enregistré, en 2019, un revenu net de 2 292 009 $.

Quatre coprésidents

Max Sévégny et Sylvie Baril de l’équipe Sévégny-Baril de Via Capitale, de même que le Dr Lossany Touré, un chirurgien, et Josiane Goudreau, chef de service endoscopie et URDM à l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska, ont coprésidé la campagne annuelle placée sous le thème «Regardez le problème en face» faisant ainsi référence au cancer colorectal.

Le Dr Lossany Touré, chirurgien (Photo www.lanouvelle.net)

«L’objet de la campagne était un peu tabou, mais vous avez porté un message de qualité. Vous avez rejoint beaucoup de gens. Vous êtes des gens disponibles, ouverts et toujours présents», a fait valoir le président de la Fondation À Notre Santé, Claude Charland, en saluant et remerciant ces coprésidents.

Le Dr Touré a qualifié d’enrichissante sa participation à la campagne qui lui a permis de démystifier sa pratique médicale de même que le cancer colorectal. «J’ai pu vulgariser un sujet tabou en espérant que la population aura compris l’importance du dépistage précoce et qu’elle ait été sensibilisée au fait de ne pas attendre pour passer un test», a-t-il souligné, mardi avant-midi, en conférence de presse.

Ce dépistage précoce, a-t-il insisté, permet de sauver des vies. «On sait que 90% des cancers colorectaux peuvent être guéris s’ils sont dépistés tôt. Pour un chirurgien, le plus beau cadeau est la possibilité d’annoncer à son patient que son cancer est guéri. Vous ne pouvez pas vous imaginer le bonheur que cela me procure. Et je l’ai fait ce matin», a-t-il exprimé.

Avec le soutien de la Fondation, a-t-il poursuivi, l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska, depuis 10 ans, s’est forgé une expertise reconnue à travers le Québec dans le dépistage et le traitement du cancer colorectal. «On peut aujourd’hui établir des diagnostics plus précoces, plus précis et maintenir des délais d’attente très courts», a-t-il observé, tout en ajoutant que le nouveau programme de dépistage systématique pour les 50 ans et plus que le gouvernement mettra en place en 2021 se traduira par une augmentation des besoins d’examen de colonoscopie. Actuellement, l’hôpital ne pourrait faire face à cette hausse. «Mais grâce au succès de la campagne 2019, nous pourrons très bientôt réaliser des travaux pour répondre à la demande des dépistages précoces. Et cela aura un impact majeur sur ma pratique et sur les patients», a soutenu le médecin.

Cette campagne l’ayant sortie de sa zone de confort, Josiane Goudreau se réjouit de voir que les efforts ont porté fruit. «Aujourd’hui, on célèbre le succès. C’est bon de voir une communauté se mobiliser. Les impacts seront nombreux, notamment pour les patients. Plus de gens auront accès au test de dépistage», a-t-elle confié.

Pour leur part, Max Sévégny et Sylvie Baril se disent touchés par la réponse obtenue, une participation au-delà des espérances. «La campagne a su rejoindre les gens. On a atteint des records à tous les événements. C’est formidable de voir l’union des gens de tous les milieux, de les voir ensemble dans la même direction pour atteindre un but commun, celui d’améliorer les soins de santé dans notre région», a commenté M. Sévégny.

Les faits saillants 2019 montrent, entre autres, que le cocktail-bénéfice a généré un montant de 145 000 $, sans compter les quelque 165 000 $ du souper gastronomique et les 124 300 $ de la course des bateaux-dragons. Sans oublier, par ailleurs, le record de la plus grosse poutine permettant une récolte de plus de 77 000 $.

Une contribution de 50 000 $ de Desjardins : aux extrémités, Benoît Bélanger, directeur général de la Caisse des Bois-Francs, Annie-Pascale Côté, DG de la Caisse de L’Érable, en compagnie du président de la Fondation À Notre Santé, Claude Charland (Photo www.lanouvelle.net)

Les Caisses Desjardins des Bois-Francs et de L’Érable, de plus, demeurent un partenaire majeur de la Fondation. Elles doublent les dons de 50 $ et plus du publipostage jusqu’à concurrence de 50 000 $. Et ce plateau a été atteint. «On y contribue depuis 2016. La jeunesse et la santé constituent pour nous deux secteurs qu’on aime supporter. Et il fait dire aussi qu’on obtient une grande reconnaissance de la part de la Fondation», a indiqué Benoît Bélanger, directeur général de la Caisse Desjardins des Bois-Francs.

Des réalisations

Grâce au soutien de la Fondation À Notre Santé, tout près de trois millions de dollars ont été investis en 2019 dans différents projets à l’hôpital.

L’année a marqué la fin de plusieurs projets,  dont le réaménagement de la clinique d’ORL, du centre de soins ambulatoire, l’aménagement d’un nouvel espace de traitement plus sécuritaire au sein de l’unité de santé mentale.

La Fondation a aussi contribué au financement de l’aménagement d’un nouveau salon des proches aidants, de l’achat d’équipements et de la création d’ensembles de vaisselle pour les enfants en pédiatrie.

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des