JYS accentue sa vitesse de croisière

JYS accentue sa vitesse de croisière
Les trois associés, Bobby Lemay, Mathieu et Sébastien Gardner (Photo : Gracieuseté)

Avec de nouveaux propriétaires à sa tête, l’entreprise JYS Marine, fondée à Princeville il y a plus d’une vingtaine d’années, loge maintenant à Victoriaville depuis quelques mois.

Les frères Sébastien et Mathieu Gardner ont acquis, le 1er octobre, l’entreprise spécialisée dans la fabrication de pontons, de pédalos et de quais flottants. Si Mathieu s’avère davantage un investisseur passif, possédant déjà son entreprise Champoux (spécialisée dans les gouttières), Sébastien, lui, dirige JYS dans son poste de président-directeur général.

L’entreprise a maintenant pignon sur rue sur le boulevard Labbé Nord à Victoriaville. (Photo www.lanouvelle.net)

Un troisième actionnaire,  Bobby Lemay, s’est joint à eux. Il agit comme directeur de production de l’usine implantée dans l’ancien bâtiment de l’imprimerie Héon et Nadeau au 375, boulevard Labbé Nord.

L’achat et le déménagement de l’entreprise, au début d’octobre, représentent des investissements de 2,5 M $. «On a tout réaménagé, on a repeint l’intérieur en blanc pour que ce soit agréable pour les employés. Nous avons effectué beaucoup de rénovations à la bâtisse pour l’adapter à la fabrication de pontons», expose Sébastien Gardner.

De nouveaux emplois ont déjà été créés. De neuf travailleurs, le nombre a grimpé à près d’une vingtaine. «Les fondateurs de JYS (pour Jacques, Yvan et Stéphane Lecours, les anciens actionnaires) nous ont suivis», indique le PDG précisant qu’ils apportent une précieuse expertise.

Le parcours

Sébastien Gardner a fait partie, pendant environ 20 ans, de l’entreprise familiale Acier Solider, un fabricant de structures d’acier dans le domaine de la construction. Il a vendu ses actions il y a un an et demi environ.

Il a alors pris tout le temps nécessaire pour réfléchir à ce qu’il voulait faire.

«J’étais blasé de la construction, confie-t-il. Je me disais que si je m’embarquais dans quelque chose, il faudrait que ce soit un domaine qui m’intéresse pour avoir du plaisir à y travailler.»

Le PDG Sébastien Gardner (Photo www.lanouvelle.net)

Comme les deux frères possèdent des chalets au bord de l’eau et qu’ils apprécient les produits nautiques, cette sphère d’activité s’est imposée. «Le domaine nautique m’intéressait. Je voyais un bon potentiel dans les pontons, un secteur qui offre peu de compétition», souligne-t-il

Les frères Gardner ont donc concrétisé l’acquisition de l’entreprise qu’ils ont déménagée dans le bâtiment qu’ils possédaient déjà depuis quatre ou cinq mois.

«Les installations à Princeville n’étaient plus adéquates. L’espace ne suffisait plus», explique Sébastien Gardner. JYS a ainsi doublé sa superficie qui atteint 16 000 pieds carrés. «On envisage même un autre investissement de 500 000 $ pour un agrandissement», avance-t-il.

Les produits

JYS se spécialise dans la fabrication de pontons, de pédalos particuliers reposant sur des quilles de pontons et de quais flottants.

Les pontons constituent son principal produit. «Nous en avons présentement trois modèles, des pontons de 14 à 26 pieds d’une capacité de 6 à 14 personnes. On se veut complémentaire, en fait, aux grands fabricants comme Princecraft, car nous assemblons de plus petits pontons, explique Sébastien Gardner. Il nous arrive d’en produire des gros, mais le marché ciblé, c’est le ponton plus petit.»

«Quelqu’un, par exemple, qui hésite entre une chaloupe de 16 pieds et un ponton, je veux lui vendre un ponton, note le PDG. C’est plus confortable, et avec un plancher plat, tu peux faire d’autres choses que la pêche.»

À l’été, JYS proposera deux nouveaux modèles de ponton : un modèle pour la pêche et un modèle d’expédition pouvant recevoir et transporter, par exemple, un véhicule tout terrain. «On pense qu’ils feront fureur», estime Sébastien Gardner.

Flexible, l’entreprise victoriavilloise s’adapte aux demandes des clients et peut concevoir des pontons sur mesure.

L’entreprise se spécialise dans la fabrication de pontons, de pédalos et de quais flottants. (Photo www.lanouvelle.net)

À l’heure actuelle, JYS produit un ponton par jour. La direction s’attend cette année à augmenter la cadence à deux pontons quotidiennement. «Nous visons, comme objectif, une production annuelle de 500 pontons», indique le dirigeant.

Quant aux pédalos pouvant accueillir quatre personnes, l’entreprise en vend une trentaine par année. «Des pédalos d’une capacité de quatre personnes et qui possèdent une bonne capacité de flottaison», précise-t-il.

Les produits de JYS se retrouvent chez une quinzaine de distributeurs répartis au Québec, en Ontario et en Nouvelle-Écosse. «On misera aussi, à moyen terme, sur le marché américain», confie le copropriétaire.

Pour la première année, Sébastien Gardner entend prendre le pouls de la compagnie, question de voir comment les choses se passent et s’adapter. Reste que les nouveaux dirigeants affichent un grand enthousiasme. «On a des projets. Nous allons refaire notre site Web. On est en train de changer le design des pontons en y mettant de la beauté», dit-il.

JYS souhaite se faire connaître du public et faire en sorte que le recrutement de personnel se fasse plus aisément. D’ailleurs, l’entreprise, en pleine expansion, embauche actuellement en proposant différents postes : soudeur, assembleur, manœuvre et électromécanicien

Le PDG croit bénéficier d’une bonne visibilité avec son emplacement sur le boulevard Labbé Nord. «C’est assez central. Notre terrain nous permet de grandir aussi. Nous pourrons, s’il le faut, doubler une fois de plus notre superficie. On a le terrain nécessaire pour le faire», assure-t-il.

 

Partager cet article

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Sergejacques frechette Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
jacques frechette
Invité
jacques frechette

Good job

Serge
Invité
Serge

Felicitation. A cet entreprise

trackback

[…] : La Nouvelle, […]