Résidence ravagée par les flammes

Résidence ravagée par les flammes
L'incendie était intense à l'intérieur. (Photo : www.lanouvelle.net)

Une résidence, située au 145, rang Lainesse à Saint-Norbert-d’Arthabaska, a été dévastée par un incendie en milieu de matinée, mardi.

Il était 9 h 20 lorsque l’alarme a retenti au poste de pompiers Fernand-Giguère de Victoriaville. «Le résident était seul à la maison. Sa conjointe travaillait, tandis que les deux enfants se trouvaient à la garderie. L’homme a constaté l’incendie alors qu’il s’était rendu à sa remise. Il a donné l’alerte», a relaté le chef de division aux opérations, Serge Carignan.

Les pompiers victoriavillois ont rapidement sonné une deuxième alarme, suivie d’une troisième, puis d’une quatrième. Ainsi, plus d’une vingtaine de sapeurs ont été mobilisés sur place.

Pour les soutenir dans l’alimentation en eau, deux pompiers de Princeville se sont amenés avec leur camion-citerne.

À l’arrivée des premiers combattants, une abondante fumée grise s’échappait de la maison. «Le feu, pense-t-on, aurait pris naissance au sous-sol vers l’arrière de la résidence. C’était très intense à cet endroit. De l’extérieur, on pouvait apercevoir des flammes», a fait remarquer le chef Carignan.

Les pompiers ont opté pour une attaque transitoire. «En raison de l’intensité, on a d’abord arrosé de l’extérieur avant de pouvoir entrer et de mener une attaque intérieure», a expliqué l’officier.

Environ une heure de dur labeur aura été nécessaire aux sapeurs pour maîtriser l’incendie.

L’intervention a nécessité la fermeture dans le secteur du rang Lainesse. Ainsi, des bénévoles du SIUCQ MRC d’Arthabaska se sont postés, pour dévier la circulation, aux intersections du rang Lainesse et du chemin Laurier et au coin des rangs Nault et Lainesse.

(Photo www.lanouvelle.net)

L’autobus a permis aussi d’héberger le résident et sa femme arrivée sur place peu de temps après, en plus de permettre la réhabilitation des pompiers.

On a aussi fait appel à la Croix-Rouge, davantage pour fournir des vêtements aux résidents.

Malgré le travail de recherche effectué par le lieutenant Pascal Rouleau de Victoriaville et du directeur du Service de sécurité incendie de Princeville, Christian Chartier, la cause du sinistre demeure indéterminée pour le moment. Ce qui explique que le dossier a été transmis à la Sûreté du Québec.

Les dommages à la propriété sont considérables. Il pourrait s’agir d’une perte totale. «En incluant le bâtiment et le contenu, la valeur peut sans doute s’élever à au moins 200 000 $», a précisé Serge Carignan.

Pour les pompiers de Victoriaville, il s’agit du deuxième incendie majeur en quatre jours, après celui de la rue des Marronniers, vendredi.

 

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des