Un rapport confirme la dégradation de nos cours d’eau et du lac à la Truite d’Irlande

Communiqué
Un rapport confirme la dégradation de nos cours d’eau et du lac à la Truite d’Irlande
(Photo : gracieuseté Laurie Nadeau)

Après que les craintes des citoyens sur la qualité des eaux de leur lac se soient retrouvées dans les médias au mois d’août dernier, le dernier rapport de rappel sur le «Suivi de la qualité de l’eau du lac à la Truite d’Irlande-2019» confirme la dégradation de nos cours d’eau. Une situation qui perdure depuis un demi-siècle.

Des résultats inquiétants de la rivière Bagot et du ruisseau McLean qui laissent croire en  l’absence de bandes riveraines adéquates (une des cinq problématiques jugées prioritaires en septembre dernier parmi les 37 problématiques figurant à l’intérieur du Plan Directeur de l’eau de la zone Bécancour) sur le territoire d’Irlande et de Saint-Adrien-d’Irlande.

L’étang Stater sert, quant à lui, de bassin de sédimentation au lac à la Truite. On pourrait même dire de marais filtrant, grâce à ses nombreux herbiers. Du point de vue de la qualité d’eau du lac à la Truite, c’est très positif. Cependant, du point de vue de l’étang en soi, qui est un habitat faunique exceptionnel, les données obtenues sont plutôt inquiétantes.

Le lac à la Truite est alimenté par un grand nombre de ruisseaux et de rivières, et ces derniers apportent des quantités considérables de phosphore et de matières en suspension, en plus des coliformes fécaux dont on mesure des niveaux préoccupants à la fosse. Il est donc clair que les usages récréatifs sont largement compromis sur le lac à l’heure actuelle et qu’il existe un risque réel pour la santé des usagers et la valeur mobilière des propriétés adjacentes.

Le ruisseau Venlo semble à première vue peu problématique et il est probable que le contexte forestier et accidenté environnant ait joué un rôle quant aux dépassements observés, avec une présence accrue de la faune en forêt, et une érosion plus marquée des lits de cours d’eau et des berges lors de grands coups d’eau.

Les citoyens et les riverains ont intérêt à s’impliquer. La population avoisinante doit elle aussi faire des efforts pour protéger la richesse des lacs et leur importance dans le développement touristique de la région. Les élus municipaux et la MRC des Appalaches doivent considérer l’urgence d’agir et être proactifs dans la gestion de leurs cours d’eau.

Peu de temps après la sortie de ce rapport, une nouvelle encourageante a été annoncée par la Ville de Thetford lors de l’adoption de leur budget 2020, soit l’installation d’une filière de désinfection à leur usine de traitement des eaux usées à Black Lake ainsi que la séparation du réseau pluvial et domestique sur un tronçon du réseau actuel pour un total de 5,5 millions $ afin d’améliorer la qualité de l’eau de la rivière Bécancour.

Pour conclure, l’APLTI (l’Association de protection du lac à la Truite d’Irlande ) a pour objectif en 2020 d’effectuer les recommandations de ce rapport avec la collaboration des municipalités et de la MRC des Appalaches ainsi que les autres intervenants en gestion des cours d’eau.

Le rapport peut être consulté au  www.aplti.org ou avec ce lien : https://www.aplti.org/wp-content/uploads/2019/12/SQE_LacALaTruite_2019_final.pdf

Partager cet article

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Douville Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Douville
Invité
Douville

Le lac Noir a été vidé en 1954 donc, l’ idée du demi-siècle est congruent avec un impact sur l’ environnement.
Un bassin de rétention de cette superficie asséché plus les traitements divers aux terrains avoisinants autant aux niveaux des terres agricoles que du développement de lotissements habitables autour des lacs.
Nous sommes face a un constat.
Je suis peut-être dans le champs.
Il faut revoir nos priorités comme utilisateurs de ressources limitées…
Belles recherches et, réflexions en place actuellement.
Nelson Douville