La rétro à Thibo : septembre 2019

Par Claude Thibodeau
La rétro à Thibo : septembre 2019
Victoriaville fait partie de la Communauté bleue. (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Le neuvième mois de l’année a aussi été fertile en matière d’information. Entre autres, Victoriaville est devenue une Communauté bleue, obtenant ainsi sa certification des mains d’Alice-Anne Simard, directrice générale de l’organisme Eau Secours. Victoriaville devient ainsi la 13e Communauté bleue au Québec, et la deuxième au Centre-du-Québec.

Pour en faire partie, une ville, une organisation ou une communauté doit remplir trois engagements, notamment reconnaître le droit humain à l’eau potable et aux services d’assainissement et s’assurer que la population ait accès à l’eau potable puisque le droit à l’eau est un droit reconnu depuis 2010 par l’ONU.

Une Communauté bleue favorise aussi le bannissement des bouteilles d’eau de plastique dans les édifices municipaux et les événements.

Fin de l’incertitude concernant le Terminus

On apprend que le Terminus de Victoriaville déménage en sortie de ville pour s’implanter dans les locaux du dépanneur Beau-soir/Pétro-Canada au 1475, boulevard Jutras.

Cette bonne nouvelle, le copropriétaire du dépanneur, Yan Chabot, l’a confirmée aux côtés notamment de l’opératrice du Terminus, Valérie Lapointe, et du maire André Bellavance. Une bonne nouvelle parce qu’il s’en est fallu de peu pour que disparaisse le terminus.

Avec l’aide de la Ville, différentes options ont été analysées. Mais physiquement parlant, il n’y avait pas grand choix. En moyenne, le Terminus de Victoriaville accueille, chaque mois, de 1500 à 1600 passagers.

En plus du transport des personnes, le Terminus maintient le service de messagerie.

Délit de fuite mortel

Une résidente de Saint-Samuel, Caroline Martel, 24 ans, a tragiquement perdu la vie en fin de soirée, le 2 septembre, dans une violente embardée.

La sortie de route est survenue vers 23 h 30 sur le 4e rang à Saint-Samuel. Le véhicule a effectué des tonneaux et la victime a été éjectée.

Son décès a été constaté sur lieux.

Quant au conducteur, il s’est enfui à pied. Les policiers de la Sûreté du Québec ont procédé à son arrestation quelques heures plus tard, vers 4 h 30, dans le secteur de Sainte-Eulalie.

Un motocycliste perd la vie

Un homme de 40 ans de Victoriaville, Éric Martel, a perdu la vie à la suite d’un accident survenu à l’intersection des rues Arcand et de l’Aqueduc. Le motocycliste, qui venait d’effectuer un dépassement par la droite, a heurté de plein fouet une voiture qui s’engageait sur la rue de l’Aqueduc en provenance de la rue Arcand.

L’impact a été violent. Des manœuvres de réanimation ont été effectuées sur le motocycliste avant que celui-ci ne soit conduit au centre hospitalier, où son décès a été constaté.

Machinex investit des millions $

Machinex a entrepris la construction d’un centre des technologies sur la rue Méthot dans le parc industriel de Plessisville, un projet de plus de 7,5 millions de dollars permettant, outre le nouveau bâtiment, l’acquisition d’équipements spécialisés et la mise en place d’une vitrine technologique. Une trentaine de nouveaux emplois ont été créés et d’autres s’ajouteront.

Pour le réaliser, l’entreprise a pu compter sur un coup de pouce financier. D’ailleurs, le député d’Arthabaska et whip en chef du gouvernement, Eric Lefebvre, et le directeur régional adjoint d’Investissement Québec pour le Centre-du-Québec, Martin Bellerive, ont annoncé des aides financières totalisant 4 891 000 $, dont une contribution non remboursable de 350 000 $ et un prêt sans intérêt de 2,4 millions de dollars.

Une adolescente échappe à un mariage forcé

À Victoriaville, une adolescente d’origine étrangère, arrivée au pays avec sa famille en 2016, a évité un mariage forcé grâce à l’intervention de la Sûreté du Québec de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

Une histoire d’abord mise au jour, à l’émission de Paul Arcand, au 98,5 FM, puis reprise par La Presse, qui a reçu les témoignages des gens (des voisins) où l’adolescente s’était réfugiée en avril dernier après avoir fui ses parents.

Dans son analyse, le juge Bruno Langelier retient que la jeune fille «était forcée de se marier contre sa volonté, contre le respect de la loi et contre son droit à la liberté».

L’ensemble de la preuve, selon lui, démontre que «la sécurité et le développement de l’adolescente sont compromis en raison des mauvais traitements psychologiques».

Ce qui a amené le Tribunal à ordonner que l’adolescente soit hébergée en famille d’accueil jusqu’à sa majorité, que les contacts avec ses parents aient lieu selon une entente établie et en présence d’une tierce personne désignée par le Directeur de la protection de la jeunesse, dans un lieu désigné par lui.

Le juge a, de plus, ordonné qu’une personne travaillant pour un établissement ou un organisme apporte aide, conseil  et assistance à l’adolescente et à sa famille jusqu’à sa majorité.

Victo pose des gestes pour éliminer les graffitis

«On ne fait pas face à un fléau, mais nous souhaitons agir pour éviter que la situation ne prenne une proportion incontrôlable», a lancé, d’emblée, le maire de Victoriaville, André Bellavance, lors de l’annonce des mesures envisagées pour éliminer les graffitis, particulièrement au centre-ville.

La Ville a adopté un règlement obligeant les propriétaires de bâtiments à nettoyer, après un certain temps, les graffitis.

Un nouveau panneau de graffitis, un sixième, a aussi été aménagé cette année à la Vélogare.

Les caméras de surveillance constituent aussi un outil pour lutter contre le vandalisme. La Ville ajoutera une nouvelle caméra dans le secteur du Carré 150. Victoriaville en appelle également à la Sûreté du Québec afin que les patrouilleurs effectuent une surveillance accrue.

Violent incendie de bâtiment agricole

Un incendie violent, certes, mais si l’un des bâtiments a été détruit par les flammes, l’ensemble du troupeau de quelques centaines de vaches laitières a été sauvé. Le feu a éclaté à la ferme Irma, située sur la route Saint-Albert, à Saint-Albert, à la jonction avec le 5e rang.

De nombreux pompiers ont été mobilisés. Les sapeurs de Warwick ont répondu à une alarme générale. En entraide, ils ont pu compter sur les pompiers de Victoriaville, Tingwick et Kingsey Falls. En tout, quelque 35 pompiers ont combattu l’élément destructeur.

Le feu aurait pris naissance dans le salon de traite. Un drame, par ailleurs, a été évité de justesse puisque la structure du bâtiment s’est effondrée peu de temps après que le dernier groupe de vaches ait été évacué par les gens de la ferme, mais aussi des voisins et des passants qui ont mis la main à la pâte.

Quant aux pertes matérielles, elles sont considérables. Elles dépasseraient, selon lui, plus d’un million de dollars en incluant le bâtiment et les équipements.

Saint-Rémi perd sa DG

La directrice générale et secrétaire-trésorière de Saint-Rémi-de-Tingwick, Chantal Cantin, a remis sa démission lors de la séance mensuelle du conseil municipal

Dans sa lettre de démission, dont le www.lanouvelle.net a obtenu copie, la directrice générale motive sa décision par son désir de relever de nouveaux défis.

La directrice générale occupait ses fonctions depuis plus de huit ans, soulignant avoir travaillé avec dévouement et professionnalisme pour les citoyens de Saint-Rémi-de-Tingwick.

Un conseiller municipal devant la justice

Le conseiller municipal Lawrence Hall de Chesterville se retrouve devant la justice, non pas pour une accusation criminelle, mais en vertu de l’article 810 du Code criminel relatif à un engagement de garder la paix, de ne pas troubler l’ordre public.

En fait, le ministère public, représenté par Me Jean-Philippe Garneau, souhaite que Lawrence Hall souscrive à un tel engagement, la poursuite alléguant qu’il aurait eu un comportement ou des propos de nature à faire craindre pour la sécurité de Christine Bibeau, la directrice générale de Chesterville.

Condamnée à la prison pour de multiples infractions

Au palais de justice de Victoriaville, Vanessa Labrecque a été condamnée à 12 mois d’emprisonnement tout en retranchant un mois de détention provisoire.

La résidente de Notre-Dame-de-Lourdes a réglé une dizaine de dossiers, reconnaissant sa culpabilité à des accusations d’introduction par effraction, de vol, de possession d’un poing américain, de recel, de voies de fait armées et de bris de conditions.

Les faits reprochés sont survenus en divers endroits à Victoriaville, Saint-Louis-de-Blandford, Princeville, Plessisville et Thetford Mines.

La jeune femme, dans toute cette affaire, avait été arrêtée il y a près de deux ans, en octobre 2017 lors d’une perquisition de la Sûreté du Québec sur une propriété de la route 218 à Sainte-Sophie-de-Lévrard.

Un homme, André Jr Lemelin, avait aussi été épinglé au même moment. Il a lui aussi reconnu sa culpabilité et a été condamné, en septembre 2018, à une peine de 15 mois d’emprisonnement.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des