Cédric Desruisseaux commence à prendre son rythme

Par Matthew Vachon
Cédric Desruisseaux commence à prendre son rythme
Cédric Desruisseaux (Photo : Denis Morin)

Après avoir passé les deux dernières campagnes avec les Voltigeurs de Drummondville, l’ancien choix de premier tour des Tigres de Victoriaville Cédric Desruisseaux a eu droit à un tout nouveau départ lorsqu’il a été échangé aux Islanders de Charlottetown il y a quelques mois.

Rencontré au terme de la victoire de 5 à 4 des Islanders face aux Tigres, partie où il a obtenu trois passes, le Warwickois était tout sourire, heureux d’avoir remporté son seul match de l’année à la maison. Avec maintenant près d’une demi-saison derrière la cravate sous ses nouvelles couleurs, Desruisseaux commence à se sentir un peu plus à son aise dans son nouvel environnement situé à une dizaine d’heures de Warwick. «J’ai eu tout l’été pour me préparer à l’éloignement de la maison. J’ai appris la transaction au repêchage, donc ça m’a permis de bien me préparer à ça. De plus, je suis rendu à 19 ans, donc je connais la ligue. En étant plus expérimenté, je me sentais prêt à aborder ce nouveau défi. J’ai également un plus gros rôle avec les Islanders, donc c’est encourageant», a-t-il expliqué.

Avant sa performance de trois points face aux Tigres, Desruisseaux ne comptait que 14 points en 28 parties. Pour un vétéran de 19 ans qui doit produire offensivement pour bien remplir son rôle, ce n’est pas le rendement idéal. L’adaptation à son nouvel environnement étant maintenant derrière lui, il semble désormais pleinement concentré afin de connaître du succès. «Charlottetown, c’est plutôt différent du Québec, mais c’est une très belle place. Les partisans sont géniaux. Là, je commence à m’adapter. Je reviens d’une petite blessure (absence de quatre parties) et je trouve que je suis en train de reprendre mon erre d’aller. Je suis content.»

Des Islanders qui surprennent

Alors que Desruisseaux continue de construire sa constance, les Islanders connaissent leur part de succès au sein de la puissante association de l’Est. Au moment d’écrire ces lignes, la formation de l’Île-du-Prince-Édouard présentait une fiche de 18 victoires, 11 défaites et quatre revers en prolongation. Sa récolte de 40 points lui permettait de se maintenir en 4e position de sa conférence, à quatre points du sommet de la division des Maritimes détenu par les Wildcats de Moncton. Ces derniers ont cependant trois matchs en main.

Lorsqu’on prend le temps de s’attarder à la composition de l’équipe formée par le grand manitou Jim Hulton, on se rend compte assez rapidement que c’est grâce à un effort collectif que ce club se maintient parmi les meilleurs au sein du circuit Courteau. Certes, il y a quelques joueurs talentueux comme le Russe Nikita Alexandrov (espoir des Blues de Saint-Louis), qui compte 23 points, dont 14 buts, en 19 rencontres cette saison, ou le défenseur de 17 ans Lukas Cormier. Ces deux joueurs ont cependant raté respectivement 14 et 18 parties en raison de blessures. Alexandrov devrait également en rater d’autres étant donné qu’il devrait prendre part au Championnat mondial junior des moins de 20 ans.

Des joueurs comme Thomas Casey, Kevin Gursoy, Brett Budgell, Noah Laouann et Cédric Desruisseaux doivent donc prendre plus de responsabilités. Le succès de l’équipe repose cependant sur plus que quelques joueurs. «Notre identité, c’est de jouer de façon structurée et d’accomplir les petits détails. Nous faisons les jeux simples avec de bons pourcentages de réussite. À la fin des parties, nous n’avons pas fait beaucoup d’erreurs, ce qui nous aide à empocher les victoires. Jim est l’une des raisons qui expliquent notre succès. Il est dur avec ses joueurs, mais c’est pour une bonne raison. Il sait ce qu’il fait.»

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des