Warwick : plaidoyer pour la sécurité des enfants

Warwick : plaidoyer pour la sécurité des enfants
Au conseil municipal de Warwick, lundi soir (Photo : www.lanouvelle.net)

Une résidente du boulevard Royer à Warwick, Mélanie Boulanger, a interpellé les élus, lundi soir, tout en manifestant son inquiétude face à la sécurité des enfants qui se rendent à pied à l’école l’Eau Vive.

«Plusieurs enfants se déplacent à pied. Il n’y a aucune signalisation, aucun brigadier. Le dos d’âne de la rue Sainte-Jeanne-d’Arc a été enlevé, sans doute pour l’entretien, et les gens roulent vite», a-t-elle exposé, tout en souhaitant la mise en place de mesures pour rendre le secteur plus sécuritaire.

«J’aimerais qu’on étudie le dossier et que des mesures soient mises de l’avant. Il faut plus qu’un brigadier. Un «stop» lumineux, par exemple, pourrait être implanté. J’ai d’autres idées aussi», a avancé la jeune maman.

Le maire Diego Scalzo l’a assuré qu’une rencontre allait avoir lieu avec des représentants de la Commission scolaire des Bois-Francs pour analyser la question.

Problème de castors

Un agriculteur du rang 5, Alexandre Houle, tout en signalant un problème de castors sur un cours d’eau, s’est interrogé à savoir s’il était normal d’appeler à l’UPA (Union des producteurs agricoles) pour faire pression à la MRC et obtenir un retour d’appel de la Ville de Warwick.

«Non, ce n’est pas normal», a répondu le maire Scalzo tout en affirmant que la Ville comptait bien faire le suivi de ce dossier.

Malgré la complexité de la règlementation relativement aux cours d’eau, dans le cas des problèmes avec les castors, la juridiction revient aux municipalités, a-t-on précisé.

Prise d’eau sèche

Une résidente du rang 4, Sonia Hamel, a, pour sa part, questionné le conseil sur le cheminement du dossier concernant le paiement de la somme due en regard des travaux effectués pour la prise d’eau sèche du rang 4 Ouest.

«Nous avons reçu, vendredi, le projet de contrat du notaire. Sitôt qu’on donnera le OK, le notaire est prêt pour la signature», a indiqué la directrice générale de la Ville, Lise Lemieux.

Quant à savoir si la Ville avait songé à considérer le remboursement d’intérêts, la DG a répondu par la négative, invitant la dame à soumettre à ce sujet une proposition par écrit.

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des