Grève au CN : intervention urgente des gouvernements réclamée

Communiqué
Grève au CN : intervention urgente des gouvernements réclamée
Geneviève Thibault, présidente de la CCIBFE (Photo : Gracieuseté)

Le conflit de travail touchant les opérations du Canadien National préoccupe grandement la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie Bois-Francs-Érable (CCIBFE), qui souhaitent une résolution rapide du conflit et réclame des gouvernements une intervention rapide pour favoriser la reprise durable des activités ferroviaires.

«Le secteur ferroviaire est un élément essentiel de la chaîne logistique», rappelle Kathy Megyery, vice-présidente Stratégie et Affaires économiques à la FCCQ. «Le transport ferroviaire de marchandises permet de rejoindre efficacement des marchés importants, mais également d’approvisionner les entreprises en matières premières essentielles à leurs opérations.»

L’arrêt des opérations ferroviaires a des conséquences importantes, non seulement pour l’économie québécoise mais aussi directement pour les entreprises et les ménages québécois et canadiens. «L’absence d’approvisionnement en propane met en péril notamment les opérations agricoles, particulièrement celles des producteurs de grains et de volaille», souligne Kathy Megyery.

«Les conséquences de l’arrêt des opérations ferroviaires pour les entreprises de la région des Bois-Francs-Érable sont importantes. Par exemple, pour un de nos membres Hamel Propane qui nous à alerter, la situation est précaire. Déjà, l’approvisionnement est limité auprès des milliers de clients qu’il dessert sur le territoire. Advenant un refroidissement important au cours des prochains jours, plusieurs fermes, commerces, restaurants et domiciles se retrouveront dans une situation critique pouvant amener des pertes extrêmement coûteuses», dit Geneviève Thibault, présidente de la CCIBFE.

«Les producteurs agricoles, qui éprouvaient déjà des difficultés en raison de la neige hâtive cette année, cherchent maintenant des solutions pour remplacer le propane requis pour faire sécher leurs grains et chauffer les bâtiments où se trouve leur bétail», poursuit Kathy Megyery, qui réclame une résolution rapide du conflit pour prévenir d’importantes pertes pour ce secteur.

Intervention politique nécessaire

Pour la FCCQ et la CCIBFE, bien qu’il y ait eu une proposition d’arbitrage exécutoire volontaire, le temps presse et une solution doit être déployée dans les prochaines heures pour limiter les impacts néfastes pour l’économie, quitte à recourir à une loi spéciale.

«Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, reconduit dans ses fonctions hier, connaît bien les enjeux et peut donc faciliter l’adoption d’une solution rapide. Ce conflit ne doit pas se prolonger et tous les acteurs gouvernementaux concernés par le transport ferroviaire doivent collaborer pour résoudre l’impasse qui bloque la reprise des opérations», conclut Kathy Megyery.

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des