Festival de l’érable : 61 ans et en bonne santé!

Festival de l’érable : 61 ans et en bonne santé!
Le directeur général du Festival de l'érable, Jean-François Côté, et la présidente du conseil d'administration, Nathalie Bouffard, aux côtés de Jocelyn Boilard de la firme Fecteau Boilard inc. lors de la présentation du rapport financier. (Photo : www.lanouvelle.net)

Le Festival de l’érable a réussi à dégager un surplus financier de l’ordre de 31 332 $ à l’issue de son dernier exercice qui s’est terminé le 31 mai 2019. Les revenus se sont établis à 390 501 $ et les dépenses à 359 169 $ pour sa 61e édition.

C’est la deuxième année de suite que l’organisation enregistre un excédent après celui de 2018 avec 13 664 $. En 2017, le festival avait essuyé une perte de 5256 $.

«Nous sommes satisfaits et surpris à la fois parce que la température n’a vraiment pas été de notre bord, mis à part le dimanche. Les gens ont été, malgré tout, au rendez-vous», a mentionné la présidente du Festival de l’érable, Nathalie Bouffard, lors de l’assemblée générale tenue à l’hôtel de ville de Plessisville.

Au chapitre des revenus, l’organisation note une baisse de 20 000 $ qui s’explique notamment par une subvention de Patrimoine Canada qu’elle n’a pas reçue cette année. Les admissions au site ont rapporté 4000 $ de plus que l’année précédente, une différence qui s’explique entre autres par une hausse du coût d’entrée. Les commandites ont subi une baisse d’environ 6000 $.

L’organisation a par ailleurs réussi à diminuer ses dépenses d’environ 40 000 $ par rapport à l’année précédente en épargnant quelque 20 000 $ au niveau spectacle et animation et 15 000 $ en publicité et promotion.

Le surplus non affecté du Festival de l’érable se situe maintenant à quelque 260 000 $. La présidente a convenu qu’il s’agissait de beaucoup d’argent, mais qu’il ne fallait pas le dépenser n’importe comment tout en se maintenant un coussin en cas d’une mauvaise année.

«Nous sommes toujours en pourparlers pour acquérir le terrain voisin que nous louons pour nos courses. Nous avons fait des offres», de mentionner Mme Bouffard. D’autre part, le festival continue d’acquérir de l’équipement pour devenir de plus en plus autonome et diminuer les frais de location.

62e édition

Pour ce qui est de la 62e édition, celle-ci se tiendra du 29 avril au 3 mai 2020. «Nous ajoutons une soirée de plus le mercredi soir sous notre grand chapiteau qui devrait nous permettre d’attirer une clientèle différente», de souligner le directeur général, Jean-François Côté. «C’est quelque chose qui n’a jamais été réalisé au festival.»

Pour le reste, M. Côté a mentionné que tous les spectacles sont ficelés et seront annoncés en mars prochain. Toutes les activités majeures seront par ailleurs de retour, qu’il s’agisse de la parade, de la partie de sucre, du concours de sciage, des courses de bazous et de vtt, du méchoui, du 5 à 7 des entreprises, de même que les kiosques agroalimentaires et artisanaux. Quelques nouveautés pourraient aussi s’additionner à la programmation.

Pour ce qui est du conseil d’administration, les administrateurs sortants de charge ont été réélus pour un autre mandat de deux ans. Il s’agit de Nathalie Bouffard, Marie-Michèle Côté et Billy Dubois.

En terminant, Mme Bouffard a tenu à remercier les festivaliers de leur participation de même que les membres de son équipe, les bénévoles entourant l’événement et tous les précieux partenaires qui ont contribué à la réussite de la 61e édition.

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des