Un premier but qui fait du bien

Par Matthew Vachon
Un premier but qui fait du bien
Conor Frenette (Photo : Denis Morin)

Avant la rencontre de dimanche face aux Sea Dogs de Saint John, le Gatinois Conor Frenette connaissait la plus longue sécheresse offensive de sa carrière. Il a cependant mis fin à cette vilaine séquence de 21 parties sans marquer en trouvant le fond du filet pour la première fois de la saison.

Identifié comme l’un des joueurs qui devaient trouver le moyen d’en donner plus offensivement, Frenette s’est enlevé une tonne de pression lorsqu’il a vu la rondelle atterrir au fond du filet défendu par le gardien Tomme Da Silva. Ce but a d’ailleurs forcé la tenue de la prolongation entre les deux équipes. «Je suis vraiment soulagé en ce moment, surtout que ça arrive après un grand nombre de parties. C’est l’une des premières fois que ça m’arrive. Ça a été difficile pour le caractère, le mental. J’ai finalement trouvé le moyen d’enrayer ça au cours d’une partie émotive. C’était le bon moment pour marquer.»

Dans une période léthargique, une panoplie de pensées envahissent la tête des joueurs qui tentent par tous les moyens de se sortir de leur bourbier. Il va sans dire qu’un joueur qui réfléchit trop se complique la vie, ce qui amène parfois une spirale négative. «Chaque chance que tu as et que tu rates fait en sorte que tu te mets à penser énormément. Tu te dis que tu aurais pu faire telle ou telle chose. Dans ces moments, il ne faut surtout pas que tu changes ta façon de jouer. C’est ce que les entraîneurs me disaient. Il me faisait voir que je devais continuer de faire les choses que j’accomplissais de la bonne façon. C’est ce qui me permettrait de débloquer. Ils me disaient que tout le monde serait heureux pour moi quand ça arriverait et ça a été le cas.»

Un rôle différent à apprivoiser

Se voyant confier un rôle quelque peu différent cette année au sein de l’attaque des Tigres, le produit de l’Intrépide de Gatineau est notamment confronté à une meilleure opposition adverse lorsqu’il saute sur la patinoire. Ce calibre rehaussé auquel il est confronté fait donc en sorte qu’il doit se préoccuper davantage de son jeu défensif tout en générant des occasions de marquer. «Je patrouille pas mal tous les trios dans l’équipe depuis le début de l’année. Louis me fait jouer partout et je dois dire que ça me convient. Je dois donc adapter ma façon de penser à chaque présence. Quand je suis confronté à une grosse ligne adverse, je priorise la défensive. Sinon, quand je me retrouve avec Mikhail Abramov ou Egor Serdyuk et que nous sommes opposés à une troisième ligne adverse, je tente d’en profiter en attaque pour ajouter quelques points.»

Depuis le début de la campagne, Frenette, choix de 3e tour en 2018, compte huit points et un différentiel de -10. Il a obtenu 27 points, dont 13 buts, et un différentiel de -10 à sa saison recrue l’an dernier.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des