Le Parminou parmi les Belges, premier volet

Chronique
Le Parminou parmi les Belges, premier volet
(Photo : Claire Vienne)

Le centre de création du Parminou, qui a pignon sur rue à Victoriaville depuis plus de 40 ans, est un lieu effervescent, plein de vie. Si les corridors étaient un peu plus calmes que de coutume au début de ce mois, c’est qu’une partie de l’équipe était de l’autre côté de l’Atlantique, chez les Belges, pour prendre part au Festival international de Théâtre Action (FITA), qui se tient cette année du 5 au 26 octobre.

Le Théâtre Parminou, qui n’en est pas à sa première participation au FITA, a accepté une fois de plus l’invitation venue du Centre du Théâtre Action, une organisation belge qui œuvre dans le théâtre d’intervention depuis 1985. Dans le cadre de ce festival réunissant des compagnies de théâtre provenant des quatre coins du globe, Hélène Desperrier, notre codirectrice artistique, a assuré la transmission de la méthode de création du Parminou à travers un atelier donné au Théâtre de la Communauté, à Seraing.

C’est en six jours, à raison de six heures par jour, que neuf personnes venues de tous horizons, ont pu vivre une expérience de création basée sur les méthodes développées au fil du temps par le Parminou. Au terme de ce blitz créatif, les participants ont présenté le fruit de leur travail devant un public attentif et, au final, ravi.

Hélène revient au Québec enchantée par son expérience puisque, selon elle, l’atelier était une réussite sur toute la ligne. Si elle peut se targuer d’avoir réussi à condenser en six jours un processus qui s’échelonne sur des mois, habituellement, c’est parce qu’elle le maitrise complètement. Hélène me confiait que c’était la première fois qu’elle donnait un atelier du genre, qui faisait passer les participants par toutes les étapes du processus de création du Parminou : la rencontre de contenu avec l’organisme communautaire ayant fait la commande, l’atelier de documentation vivante, l’écriture, la lecture, la générale et la présentation. L’horaire était donc réglé au quart de tour pour ne pas perdre ne serait-ce qu’une précieuse minute.

À la question «Mais comment avez-vous fait pour simuler la présence d’organismes communautaires?», Hélène, l’œil bleu, pétillant et vif, me répond qu’elle a usé d’ingéniosité et de créativité. En effet, le groupe était divisé en trois pour jouer à tour de rôle l’organisme communautaire et l’équipe de création, sous l’œil de la troisième équipe, qui faisait office d’observateurs. Les participants ont donc non seulement créé une courte pièce de théâtre d’intervention à la manière Parminou, mais ils ont aussi pu chausser les souliers des organismes communautaires, qui sont la plupart du temps ceux qui commandent de nouvelles créations théâtrales.

Cet atelier, qui a pu faire rayonner l’expertise du Parminou en matière de théâtre de création et de théâtre social, a aussi fait germer quelques graines dans les esprits des participants qui y ont pris part. Certains d’entre eux mettront en pratique ce qu’ils ont appris dans leur propre compagnie de théâtre, alors que d’autres auront pu découvrir une fibre créatrice qui sommeillait en eux. Une chose est certaine, le Théâtre Parminou a pu toucher sa cible à travers sa participation au FITA 2019 : faire du théâtre un art vivant, à la rencontre des gens.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des