Une campagne «sereine» pour Alain Rayes

Une campagne «sereine» pour Alain Rayes
Alain Rayes (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Député sortant de Richmond-Arthabaska et lieutenant politique au Québec du Parti conservateur du Canada (PCC), le candidat Alain Rayes affirme, en entrevue, vivre «très sereinement» sa deuxième campagne électorale fédérale.

«J’ai le sentiment qu’il s’agit comme d’une évaluation de la population à mon égard, une évaluation, non seulement de mon travail de député, mais aussi de mon implication comme maire et comme personne impliquée dans sa communauté», exprime-t-il. De voir l’ensemble des gens s’impliquer dans son camp lui donne «beaucoup d’espoir pour la suite des choses».

La campagne se déroule «super bien», assure-t-il, même s’il doit conjuguer ses rôles de candidat et de lieutenant politique. «J’ai passé 60% du temps dans mon comté et 40% ailleurs à supporter les candidats en parcourant le Québec», précise-t-il, tout en ajoutant apprécier son rôle de lieutenant qui lui procure une visibilité dans les médias nationaux, en plus de lui permettre de continuer à réseauter avec l’ensemble du Québec et à mieux comprendre les problématiques. «Personne ne doute que je travaille, dit-il. Et c’est ce que les gens veulent, un député sur le terrain. Cela démontre aussi que je peux travailler pour la circonscription tout en portant des enjeux qui préoccupent les gens de façon plus large et en souhaitant influencer au plus haut niveau à Ottawa.»

Questionné sur l’ascension du Bloc québécois, Alain Rayes ne s’en surprend pas outre mesure. «On a toujours dit, depuis le premier jour, que le Bloc québécois représentait notre adversaire en région, soutient-il. Peut-être que le vent favorable est plus important qu’on pouvait le penser. Yves-François Blanchet fait sa campagne. Quant à notre chef (Andrew Scheer), on est conscient que la langue constitue un défi pour lui.»

Cela dit, le candidat Rayes, dont le parti vise une vingtaine de sièges au Québec, se dit convaincu de réaliser des gains. «On croit clairement pouvoir obtenir entre 15 et 20 sièges.» De plus, le candidat Rayes et son parti estiment avoir ciblé les bons enjeux pour les citoyens : le coût de la vie, le sentiment du non-respect d’Ottawa envers le Québec et la laïcité.

Il y a aussi, bien sûr, la question environnementale. «Plusieurs personnes nous en parlent, souligne-t-il. C’est une occasion d’essayer de détruire le mythe voulant que les conservateurs soient contre l’environnement. C’est faux!» Alain Rayes évoque le projet de pipeline qu’il appelle plutôt le corridor énergétique «pour permettre à l’ensemble des ressources, le pétrole, le gaz naturel, l’hydroélectricité, de voyager à travers le pays».

Entend-on l’imposer? «La réponse est non, assure-t-il. On a dit vouloir collaborer avec les municipalités, les Premières Nations et les provinces concernées.»

Et s’il n’y a pas d’acceptabilité sociale», lui a-t-on demandé. «Nous sommes convaincus qu’avec du leadership, on peut s’asseoir et trouver un terrain d’entente pour tout le monde pour que ce soit gagnant-gagnant», répond-il. Quant à la taxe carbone que le PCC veut abolir, elle ne fonctionne pas, selon les conservateurs. «On n’invente rien, les chiffres sont là. La taxe est en place depuis trois ans et, chaque année, on s’éloigne des cibles de Paris», observe le candidat Rayes militant plutôt pour des incitatifs, des crédits d’impôt, pour encourager les citoyens à changer leurs habitudes et à adopter de meilleures pratiques, qu’il s’agisse de véhicules électriques, du transport en commun, de la rénovation «verte». «Victoriaville en est un bel exemple. On a changé des façons de faire à bien des égards, sans mesures punitives, mais plutôt par l’éducation, la sensibilisation. On a travaillé avec les gens et mis en place le programme Victoriaville habitation durable», rappelle-t-il.

Alain Rayes, par ailleurs, ne voit pas dans les publicités conservatrices un aspect négatif. «De dire que Justin Trudeau est un menteur, est-ce négatif? Non, c’est un fait», rétorque-t-il, en rappelant le fait qu’il avait violé la loi sur l’éthique et les conflits d’intérêts. «Et puis chaque jour, notre chef a présenté une nouvelle mesure positive pour les citoyens», ajoute-t-il.

En vue de l’élection, Alain Rayes invite les citoyens à se poser une question. «Veut-on être à la table des décisions dans un gouvernement conservateur, car les spécialistes parlent d’un gouvernement conservateur minoritaire, ou bien être dans les estrades? À vous de décider. Voulez-vous le Alain Rayes que vous avez connu, travaillant, qui veut travailler pour sa région, la faire rayonner, qui veut aller chercher le maximum pour toutes les personnes, les municipalités, les organismes et les entreprises?»

Peu importe, le politicien se ralliera à la décision des électeurs. «J’ai le goût de continuer pour quatre autres années. J’aime ça, j’ai adoré mes quatre dernières années», conclut-il.

Partager cet article

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
dominique verretjocelyne bergeronMichel TremblayCB Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
CB
Invité
CB

A l’écouter c’est un saint. Il oublie de mentionner que son parti est contre l’avortement et il s’est fait rabrouer par son chef sur ce sujet, ne l’oubliez pas. Son parti va nous foutre un pipeline chez nous au Québec. Le parti conservateur sous le règne de son ancien chef Harper mettait l’âge de la retraite a 67 ans, Rayes s’en fout comme de l’an 40, il va retiré une pension de la CSBF car il a été directeur d’école pendant un certain temps, il va retiré une pension de la ville de Victoriaville en tant que maire, en plus… Read more »

Michel Tremblay
Invité
Michel Tremblay

Cb, ça prend beaucoup de courage pour ne pas s’identifier….. vous ne feriez même pas une semaine à suivre M.Rayes. Tant mieux s’il reçoit une retraite de la CSBF, de la ville et du gouvernement, cela veut dire que nous avons élu une personne de très grande qualité qui a été à l’avant plan dans son parcours professionnel. Vous avez oublié aussi qu’il a également été un professeur très apprécié. Mon garçon n’aimait pas l’école et voulait abandonner, mais M.Rayes l’a encouragé et motivé et il a maintenant un diplôme en main et un travail qu’il adore. M.Rayes c’est un… Read more »

jocelyne bergeron
Invité

il nes pas contre l avortement il l on bien dit il ouvriron pas le dossier sur l avortement il laisse le choix au femme de choisir vous ete mal renseignier sur ce dossier

dominique verret
Invité
dominique verret

Un pm avec citoyenter américaine et canadienne non merci de toute façon il en a pas un mieux que l’autre tous de gros menteur.