«Nous devons apprendre à détester perdre» – Jérôme Gravel

Par Matthew Vachon
«Nous devons apprendre à détester perdre» – Jérôme Gravel
Jérôme Gravel (Photo : Denis Morin)

Avec plus de 230 parties disputées dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), le défenseur de 20 ans Jérôme Gravel n’en est pas à son premier rodéo.

Connaissant un début de saison décevant, les Félins pointent à l’avant-dernière position de l’Association de l’Ouest avec une fiche de deux victoires, sept défaites et deux revers en fusillade. Gravel et sa bande sont bien au fait que cette situation n’est pas celle souhaitée, mais cela ne les empêche pas de garder le moral. «En ce moment, ce qu’il faut, c’est de demeurer positif. C’est important de ne pas regarder uniquement le résultat, mais plutôt la façon dont nous travaillons. Il y a certaines rencontres où nous n’avons pas été satisfaits de notre éthique de travail, mais je me dis que si nous nous présentons au match en étant prêts, avec la bonne éthique et de la confiance, de belles choses vont nous arriver. Nous sommes prêts à accepter le fait qu’une équipe joue mieux que nous, mais ce n’est pas vrai que nous allons perdre parce que nous travaillons mal.»

Les Tigres ayant une formation relativement jeune, des moments difficiles viennent évidemment fragiliser la confiance de certains joueurs avec une expérience moindre étant donné qu’ils n’ont jamais vraiment été confrontés à de telles situations à ce niveau. En tant que vétéran, c’est donc à Gravel et le groupe de meneurs de faire ce qu’il faut pour calmer le jeu. «C’est difficile pour une recrue de rentrer comme ça. Je pense notamment à Nicolas Daigle qui a vécu une année incroyable avec les Chevaliers de Lévis l’an dernier dans le midget AAA. L’adversité, ce n’est pas la première ni la dernière fois qu’ils vont être confrontés à ça à ce niveau. En tant que vétérans, nous devons montrer l’exemple aux plus jeunes et les encourager à demeurer positifs. Si nous n’avons rien à nous reprocher concernant notre éthique de travail, les jeunes devront emboiter le pas», a fait valoir le volubile défenseur.

Une pression qui vient d’eux

Les athlètes sont des personnes fières avec le goût de vaincre. Ne pas réussir n’est pas dans leurs options habituelles, ce qui fait en sorte qu’ils se mettent eux-mêmes une pression additionnelle afin de se sortir de leur position contrariante. «Nous avons tous le désir de vaincre. Nous devons apprendre à détester perdre. Nous voulons tous gagner, mais il faut voir à quel point nous le voulons. Il y a de la pression lors de chaque match, car nous voulons toujours gagner. Nous devons cependant penser à ce qu’il faut faire présence après présence et non au résultat final.»

Du positif sur le plan individuel

Si la situation globale est décevante, le jeu de Jérôme Gravel en revanche, lui, est positif. Le défenseur engrange les minutes à un rythme effréné cette saison, passant bien souvent la moitié du match sur la patinoire. En 11 parties cette saison, le natif de Chambord compte deux buts et deux passes. «Je suis conscient que j’ai fait un pas en avant dans mon jeu. Je dois demeurer constant match après match. Si je peux faire ça pendant 68 rencontres, ce sera bien pour l’équipe. Je fais ça pour le bien du club. Si ça peut aider en fin de compte, je vais être heureux», a relaté l’étudiant modèle.

En compagnie de Vincent Sévigny et de Sean Larochelle, Gravel constitue l’une des options de choix de l’entraîneur-chef Louis Robitaille. Les défenseurs derrière ce trio de tête doivent cependant progresser afin de mieux leur prêter main-forte. Ainsi, Alex DeGagné, Zackary Riel, Massimo Siciliano et Olivier Tremblay, sans oublier le joueur affilié Jérémy Michaud, luttent pour s’emparer du dernier poste au sein du premier quatuor défensif de l’équipe. «Un peu tout le monde chez les défenseurs est en train de tomber dans la bonne chaise. Nous sommes encore en rodage en quelque sorte, car c’est encore le début de la saison. Les gars sont venus ici pour s’amuser, mais aussi pour batailler. Nous avons une belle petite lutte à l’interne. Tout le monde veut être dans l’alignement chaque soir et avoir le plus de responsabilités possible. Il faudra conserver ça tout au long de l’année.»

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des