Guiby se lance dans de nouvelles aventures

Guiby se lance dans de nouvelles aventures
Sampar et son plus récent Guiby et les deux petits livres qu'il a écrits et illustrés. (Photo : www.lanouvelle.net)

L’auteur de Saint-Christophe-d’Arthabaska, Sampar (Samuel Parent), fait vivre à son personnage Guiby de nouvelles aventures. «Le mystère des gadelles» est le titre de ce nouvel album (le septième), disponible depuis peu.

Nouvelle histoire, nouveau format, nouveaux personnages pour le petit Guiby qui vit toujours de grandes aventures la nuit venue dans cette BD. Et les admirateurs vont être heureux de le retrouver puisque l’album devait, initialement, paraître l’automne dernier. «Nous avons préféré retarder pour bien le faire, même si Guiby risquait de tomber dans les oubliettes après une si longue attente», explique Sampar. Mais l’éditeur Michel Quintin a profité de ce délai pour lancer la première série des aventures de Guiby, en format presque poche, toujours en couleurs et à coût réduit.

Quant à l’album nouvellement disponible, il est plus grand, mais est passé de 116 à 64 pages. Sans vouloir être plus expéditif, Sampar a dû trouver un nouvel équilibre. Il a souhaité y inclure de nouveaux personnages et faire de chaque album un livre avec une histoire du début à la fin.

Dans le premier, on rencontre Mady, qui s’inspire de la véritable petite-fille de l’auteur. Cela permet de donner une dynamique différente à l’histoire.

Aussi, les habitués remarqueront, dès la première page, qu’on parle davantage des parents de Guiby et de sa vie diurne (même si c’est la nuit qu’il vit ses grandes aventures). «C’est une nouvelle approche», précise Sampar qui a l’intention de proposer des personnages nouveaux dans chaque livre en changeant un peu l’ambiance, tout en gardant l’essence.

L’écriture est devenue plus facile pour celui qui était, à l’origine, illustrateur seulement. Et son Guiby, il le connaît sous toutes ses coutures, tout comme ses fidèles compagnons d’aventure. L’écriture est plus rapide, tout comme la mise en scène.

Cybelle

L’expérience lui vient également de deux autres livres qu’il a écrits en début d’année. En effet, il a accepté de créer, pour la nouvelle maison d’édition de Buropro Citation (BC), deux petits livres destinés aux plus petits. Il s’agit de livres illustrés, et non de BD, ce qui demande un peu moins de dessins. «Ça m’a sorti de ma zone de confort et on me donnait carte blanche», a-t-il apprécié.

C’est ainsi que sont nés «Sur les traces du petit Yéti» et «Une surprise de taille», deux petits livres qui mettent en vedette Cybelle, une passionnée de lecture qui possède des gants magiques. «J’étais frileux d’aller en dehors de l’édition, mais on m’offrait une belle liberté de création», souligne-t-il. Sampar estime également qu’il s’agissait d’un excellent exercice «pour l’auteur que je me suis imposé être». En fait, ce projet lui a permis de confirmer qu’il était en mesure d’écrire autre chose que sa BD de Guiby.

«Il y avait davantage d’écriture et des dessins plus légers pour assurer une lecture fluide. J’ai travaillé dans l’architecture des choses plutôt que dans la fioriture», explique-t-il encore. Ces deux petits livres seront lancés cette semaine et il est peut-être question d’en faire une série.

Quelques sorties

Même s’il a beaucoup de dessins sur la planche (notamment avec les Savais-tu et les minis Billy Stuart qu’il crée avec Alain M. Bergeron), Sampar trouve tout de même du temps pour participer à quelques événements, dont le Salon du livre de Sherbrooke, celui de Montréal et la Foire du livre de Saint-Hyacinthe.

Il travaille également sur le 8e Guiby qui devrait être publié à l’automne 2020 et espère trouver du temps pour proposer à son éditeur deux idées qu’il voudrait bien réaliser.

Sampar est toujours très heureux d’écrire pour la jeunesse. Il est content de les encourager à la créativité et voir l’impact qu’il peut avoir sur ces jeunes. «Mes BD s’adressent aux 7 à 77 ans. C’est un créneau dans lequel je suis confortable», a-t-il découvert. Les projets arrivent à lui et il les accueille avec gratitude. «Il faut laisser les choses se faire d’elles-mêmes et travailler dans le plaisir et de la bonne façon, en prenant le temps qu’il faut», a-t-il appris.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des