Au président de l’Association libérale du comté de Richmond-Arthabaska

Tribune libre
Au président de l’Association libérale du comté de Richmond-Arthabaska
(Photo : Archives)

Je suis citoyen de la circonscription de Richmond-Arthabaska et je tiens par la présente à déplorer l’absence de visibilité du candidat libéral aux élections fédérales.

Je suis citoyen de la circonscription de Richmond-Arthabaska et je tiens par la présente à déplorer l’absence de visibilité du candidat libéral aux élections fédérales.

Si le candidat conservateur Alain Rayes est archiconnu et, surtout, que sa photo est placardée partout, souvent à deux affiches par coin de rue, le vôtre est invisible.

Qui est votre candidat? Oui, bien sûr, une recherche sur Internet nous donne son nom. Mais il reste un inconnu. On ne sait rien de lui et son silence, son absence donnent à penser qu’il ne tient pas vraiment à être élu. Ce monsieur est-il un pion? Un simple «poteau»? Pourquoi voterais-je pour lui, alors? Pourquoi donnerais-je ma «confiance» à un parfait inconnu? Et ce, en lui accordant un salaire de plus de 100 000 $ par année, je suppose. Comme pour votre précédent candidat, il y a quatre ans, votre candidat actuel donne l’impression qu’il n’est pas vraiment intéressé.

Votre absence de la place publique donne l’impression que vous avez déjà concédé la victoire au candidat conservateur et qu’au fond, ça ne vaut pas la peine de présenter un candidat pour votre parti. Alors, pourquoi aller voter, si le comté est déjà «donné» aux conservateurs?

Je suis vraiment désolé de votre défaitisme. Que signifie la démocratie si vous laissez toute la place au député sortant? On ne sera que des statistiques?  Et combien nous coûte cette élection bidon, où le gagnant est déjà, par votre silence, acquis au parti conservateur?

Votre absence / silence est irresponsable. Et cela nourrit le cynisme des gens. Tiens, pour votre information, je vous dirai que je connais un voisin à Richmond, anglophone, qui votera pour le Bloc québécois, juste dans l’effort de sortir les conservateurs du comté. Un anglophone. On aura tout vu!

Cordialement,

Robert Howe,

Canton de Melbourne

 

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des