Immigration : le ministère se déploie en région

Immigration : le ministère se déploie en région
Dans l'ordre, le maire et président de la CDEVR, André Bellavance, le ministre Simon Jolin-Barrette, le député et whip en chef, Eric Lefebvre, le ministre André Lamontagne et le député Sébastien Schneeberger (Photo : www.lanouvelle.net)

Les régions faisant face à l’important défi de pénurie de main-d’œuvre, Québec déploie ses services d’immigration dans 50 villes au Québec, dont Victoriaville, et ajoute 111 nouveaux employés portant leur nombre à 162 afin de bien accompagner les personnes immigrantes.

Le ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Simon Jolin-Barrette, en a fait l’annonce, mardi matin, à Victoriaville, aux côtés du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable du Centre-du-Québec, André Lamontagne, et des députés d’Arthabaska et de Drummond-Bois-Francs, Eric Lefebvre et Sébastien Schneeberger.

Le ministre Simon Jolin-Barrette s’est arrêté dans les locaux de la CDEVR pour son annonce. (Photo www.lanouvelle.net)

«La pénurie de main-d’œuvre constitue un problème majeur, un frein au développement économique de nos régions et des entreprises. Et l’immigration représente une des solutions. Nous devons outiller les immigrants pour leur permettre une belle et bonne intégration, car on souhaite qu’ils demeurent avec nous et qu’ils s’épanouissent dans nos milieux», a souligné le député et whip en chef du gouvernement, Eric Lefebvre, avant de céder la parole au ministre Jolin-Barrette.

Ce dernier a expliqué que le gouvernement souhaite s’assurer que les candidats à l’immigration soient sélectionnés en fonction des besoins du marché du travail. «Nous voulons nous assurer que l’immigration contribue pleinement au développement économique et qu’elle réponde adéquatement à la pénurie de main-d’oeuvre», a-t-il indiqué.

Dans son déploiement, Québec accorde près de 75% des nouvelles ressources à l’extérieur de Montréal. «En raison des besoins importants de main-d’œuvre, on met l’accent sur la régionalisation de l’immigration et faire en sorte que chaque personne soit accompagnée dès que le gouvernement la sélectionne et qu’elle ait une ressource tout au cours de son parcours d’intégration. Une personne lui sera disponible dans toutes les sphères de la vie. Il fallait que le ministère de l’Immigration se retrouve dans les différentes régions du Québec», a fait valoir le ministre Simon Jolin-Barrette.

Dans les bureaux de Services Québec

Au Centre-du-Québec, trois nouveaux points de services ouvriront à Drummondville, Bécancour et à Victoriaville, rue Saint-Jean-Baptiste, là où se trouve aussi Services Québec. Parce qu’il est révolu le temps où on travaillait en silo. «On s’assure, en s’installant près d’Emploi Québec, que nos employés travaillent avec ceux de Services Québec par souci de complémentarité de services. Nos équipes vont travailler ensemble», a précisé le ministre.

Le personnel passera d’un à six employés, à savoir des agents d’aide à l’intégration et des conseillers en immigration régionale (nouveaux postes créés). Victoriaville comptera un agent d’aide à l’intégration et un conseiller en immigration régionale. Des postes qui doivent être comblés d’ici la fin de l’automne.

Le ministre André Lamontagne, responsable du Centre-du-Québec (Photo www.lanouvelle.net)

L’agent d’aide à l’intégration assiste, accompagne la personne immigrante, tandis que le conseiller en immigration régionale aura pour mission d’accompagner les entreprises, les municipalités, les MRC, de les informer, de les aiguiller à travers les différents programmes existants d’immigration permanente et temporaire.

Réactions

Pour le ministre André Lamontagne, la régionalisation de l’immigration constitue une «très bonne nouvelle» pour toutes les régions. «On a compris au gouvernement l’importance d’attirer une main-d’œuvre qualifiée, l’importance d’une adéquation entre les besoins du milieu et les gens qu’on accueille. Ce qu’on met en place, la présence de conseillers et d’agents va certainement aider à la rétention des gens», a-t-il formulé.

Immigrant lui-même, arrivé au Québec il y a 32 ans, le député Sébastien Schneeberger a évoqué l’importance de la francisation dans le processus d’intégration. «Quand on connaît la langue, c’est beaucoup plus facile. La langue aide à créer, à tisser des liens», a-t-il noté.

«On est vraiment sur la bonne voie», estime Patrick Paulin, président de la Table de l’immigration de Victoriaville et sa région. (Photo www.lanouvelle.net)

Le maire de Victoriaville et président de la Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région (CDEVR), André Bellavance, se réjouit de l’annonce du ministre, tout en rappelant l’existence, depuis 2015, de la Table de l’immigration de Victoriaville et sa région, et présidée par le conseiller municipal, Patrick Paulin. «Elle regroupe une vingtaine de représentants d’organismes de tous les milieux. On travaille vraiment ensemble pour s’assurer de bien accueillir les immigrants, de leur trouver un emploi, de faire en sorte qu’ils se sentent chez eux. Alors, pour nous, c’est important de savoir que les gens qui seront sur le terrain travailleront en étroite collaboration avec nos personnes déjà en action concernant la pénurie de main-d’œuvre et l’immigration», a exprimé M. Bellavance.

Enfin, Patrick Paulin reçoit avec beaucoup d’enthousiasme la nouvelle annoncée par le ministre Jolin-Barrette. «La proximité du ministère de l’Immigration va favoriser la mobilisation que nous vivons déjà ici au chapitre de l’attraction et de la rétention de la main-d’œuvre. D’avoir à proximité les agents du ministère, de les faire collaborer à nos tables en immigration constitue une merveilleuse annonce, a souligné M. Paulin. Et les annonces de budget en francisation constituent aussi une opportunité. Donc, je pense qu’on est vraiment sur la bonne voie.»

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des