Un premier débat pour les candidats de Mégantic-L’Érable

Claudia Fortier
Un premier débat pour les candidats de Mégantic-L’Érable
Les candidats ont débattu au sujet de différents enjeux. (Photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard)

Cinq des huit candidats de la circonscription de Mégantic-L’Érable ont débattu pour la première fois, le mercredi 2 octobre, au Cégep de Thetford Mines.

Pour l’occasion, le Département des sciences sociales avait invité les représentants des partis qui seront présents aux débats nationaux. Ainsi, Luc Berthold du Parti conservateur du Canada (PCC), Nicole Charette du Parti vert du Canada (PVC), Priscilla Corbeil du Bloc québécois (BQ), Isabelle Grégoire du Parti libéral du Canada (PLC) et Marie-Claude Lauzier du Parti populaire du Canada (PPC) ont débattu pendant deux heures sur différents sujets.

Jean Paradis, qui se présente comme indépendant, avait pour sa part été invité à se présenter et à participer au mot de la fin. Il a également pu poser des questions aux représentants des partis.

Les cinq grands thèmes ayant été abordés sont «niveau de vie et fiscalité», «environnement», «droits des femmes et des minorités sexuelles», «immigration et diversité culturelle» et «la place du Canada dans le monde».

Niveau de vie et fiscalité

Marie-Claude Lauzier s’est d’abord positionnée, comme son parti, contre le système de gestion de l’offre.

Nicole Charette a soutenu que le PVC veut aller chercher de l’argent dans les paradis fiscaux et chez les plus riches afin de l’utiliser pour mener à bien différents projets.

Selon Priscilla Corbeil, le BQ souhaite améliorer le soutien fiscal à la recherche, au développement et à l’innovation des entreprises.

Luc Berthold a soutenu que le PCC veut faire en sorte qu’il en reste plus dans les poches des gens puisqu’ils sont mieux placés que le gouvernement pour savoir quoi faire avec leur argent durement gagné.

Isabelle Grégoire a affirmé que le PLC veut aussi que les Canadiens aient plus d’argent dans leurs poches. L’un des chevals de bataille de son parti est d’ailleurs de renforcer la classe moyenne.

Environnement

Priscilla Corbeil est d’accord avec le fait qu’il est urgent d’agir pour l’environnement. Le BQ déposera donc un projet de loi dans le but de fixer des objectifs pour la réduction des gaz à effet de serre (GES).

Selon Isabelle Grégoire, le PLC a plusieurs projets qu’il mettra en action, notamment la plantation de deux milliards d’arbres.

Nicole Charette a soutenu que le PVC veut réduire les GES, qu’il n’y ait plus de pipeline et que, tranquillement, les sables bitumineux ne soient plus exploités pour ainsi passer à une économie verte.

Marie-Claude Lauzier a reconnu que le réchauffement de la planète n’est pas une bonne chose et que l’environnement c’est beau, mais pas au détriment de certains aspects.

Luc Berthold a quant à lui souligné qu’il y avait en effet urgence d’agir, mais que le PCC croit que ce n’est pas en taxant et en culpabilisant les gens que les choses vont changer. Son parti préfère avoir recours aux technologies vertes.

Droits des femmes et des minorités sexuelles

Luc Berthold s’est dit fier des résultats du PCC au niveau du recrutement puisque 40 % des candidats conservateurs au Québec sont des femmes. Il a réitéré qu’il n’était pas question pour sa formation politique de rouvrir le dossier de l’avortement et a indiqué que celle-ci a un plan pour défendre les droits de toutes les minorités.

Marie-Claude Lauzier a amené la position de son chef Maxime Bernier sur l’avortement, c’est-à-dire que cela soit permis seulement jusqu’à 26 semaines de grossesse. Elle a également affirmé que beaucoup de chemin a été fait pour les minorités sexuelles depuis une cinquantaine d’années et qu’il fallait continuer.

Isabelle Grégoire a indiqué qu’avec le PLC, tous peuvent être certains d’une chose, les droits des femmes sont protégés. Elle a aussi mentionné que dans tous les événements, comme la parade de la fierté gaie, son parti est présent.

Selon Nicole Charette, le PVC est inclusif et pour réaliser ses projets, il a besoin de tout le monde. Elle a également tenu à souligner que ce ne sera pas Maxime Bernier qui va dire le nombre de semaines pour l’avortement, c’est une décision qui revient aux femmes.

Priscilla Corbeil a signifié que le BQ prévoit bonifier la stratégie pour les femmes en entrepreneuriat. Son parti est pro-choix et défendra sans condition le droit des femmes à interrompre de façon volontaire leur grossesse.

Immigration et diversité culturelle

Nicole Charette a déclaré que dans un environnement de pénurie de main-d’œuvre, l’immigration a toute son importance.

Selon Isabelle Grégoire, l’immigration est très importante pour le PLC, notamment pour la pénurie de main-d’œuvre.

Priscilla Corbeil a dit que le BQ s’engage à demander la connaissance du français comme condition au Québec afin de devenir citoyen canadien.

Luc Berthold a affirmé que trop souvent les gens de l’extérieur sont vus comme des travailleurs étrangers ou des étudiants qui viennent gonfler le nombre d’inscriptions. Il pense qu’il faut les voir comme des personnes qui aspirent à vivre ici et à améliorer leur quotidien.

Marie-Claude Lauzier a soutenu que la politique de son parti est de réduire le nombre d’immigrants entre 100 000 et 150 000 par année et d’augmenter les ressources du Service canadien du renseignement de sécurité, de la Gendarmerie royale du Canada, ainsi que celles d’Immigration et Citoyenneté Canada.

La place du Canada dans le monde

Marie-Claude Lauzier a mentionné que la politique de son parti sera notamment de continuer de travailler en étroite collaboration avec les alliés du Canada, donner la priorité à ses relations avec son principal partenaire commercial et de défense, soit les États-Unis, et se retirer de toutes les ententes sous l’égide de l’Organisation des Nations unies (ONU).

Pour Isabelle Grégoire, le Canada est déjà une terre d’accueil pour bon nombre d’immigrants et possède une bonne réputation internationale. Elle trouve également désolante l’annonce du PCC de diminuer l’aide internationale de 25 % s’il est porté au pouvoir.

Luc Berthold a souligné que le bilan à l’international du présent gouvernement est pitoyable. La priorité du PCC est de redonner une crédibilité au pays.

Priscilla Corbeil a affirmé que le gouvernement devrait travailler en collaboration avec les nations les plus proactives en matière de protection de l’environnement et mettre la pression sur celles qui négligent de participer à l’effort collectif.

Nicole Charette veut que le pays continue d’être une terre d’accueil, mais selon elle il pourrait être plus que ça, dont un leader en énergie verte.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des