Victoriaville souhaite le respect de l’engagement de 16 M $

Par Andrée-Anne Fréchette
Victoriaville souhaite le respect de l’engagement de 16 M $
André Bellavance (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

En août, le gouvernement fédéral annonçait participer à la réfection du réservoir Beaudet, principale source d’eau potable à Victoriaville, en injectant 16 M $. Invité à se prononcer au sujet de ses attentes quant aux candidats à l’élection fédérale, le maire André Bellavance indique d’abord que, peu importe l’issue du scrutin du 21 octobre, il souhaite que cet engagement soit respecté.

L’an dernier, la Ville de Victoriaville avait demandé aux candidats à l’élection provinciale de s’engager dans le dossier du réservoir Beaudet (https://bit.ly/2mF4MYM). Un an plus tard, grâce à une somme provenant du Fonds d’atténuation et d’adaptation en matière de catastrophes, le fédéral a répondu à l’appel. «On revient à la charge avec cette demande, car même si nous avons eu l’annonce, je m’attends à ce que chacun des candidats dans Richmond-Arthabaska, s’il est élu, travaille avec nous pour avoir ce 16 M $.

On veut que notre député soit là, pour nous», commence-t-il. Des discussions et travaux ont lieu présentement, avec le gouvernement du Québec, de qui l’on espère aussi obtenir 16 M $ pour compléter le financement du projet de 40 M $. «On ne veut pas retourner en arrière», indique le premier magistrat. Sans nourrir de crainte particulière à ce sujet, il souhaite que les candidats qui se présentent dans le comté sachent qu’il s’agit d’un enjeu primordial.

Mobilité durable

La Ville de Victoriaville dévoilait récemment un projet de système intégré en transport collectif (https://bit.ly/2lIXAKY). «Ce qu’on constate, c’est que les grandes Villes, je suis content pour elles, ont la chance d’avoir des annonces sur leurs territoires à propos de mobilité durable. Nous, les villes moyennes, on a des petits programmes et ce n’est jamais clair à savoir si on est admissible ou non», observe M. Bellavance.

Il espère plus d’équité, car plusieurs Villes ont des réalisations à mener à bien. «Il faut que le gouvernement s’occupe aussi de nous.» Le maire suggère, par exemple, une augmentation des retours de taxes sur l’essence afin de développer davantage de projets liés à la mobilité durable.

Main-d’œuvre

La pénurie d’employés touche plusieurs régions et Victoriaville n’est pas épargnée. L’immigration et l’émission des visas pour les travailleurs relèvent du gouvernement fédéral, souligne M. Bellavance. «Déjà, s’il y avait une harmonisation entre les systèmes d’immigration du Québec et d’Ottawa, ça donnerait un coup de main à toutes les municipalités.»

La Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région (CDEVR), dont André Bellavance assure la présidence, a créé un comité pour mettre de l’avant des solutions à cette rareté. «On y parle d’immigration, mais aussi d’autres mesures. Le fédéral peut jouer un rôle par des mesures fiscales pour encourager les travailleurs retraités qui auraient le goût de passer quelques heures sur le marché du travail», note-t-il.

Infrastructures

Les Municipalités doivent avoir accès à des programmes qui répondent à leurs besoins pour mener à bien leurs projets. Là encore, on a l’impression que les aides s’avèrent conçues pour les grandes agglomérations, observe le maire. «On a besoin que nos élus nous appuient et fassent les pressions nécessaires, que ce soit sur leur gouvernement ou celui de l’opposition», dit-il.

Environnement

Les changements climatiques touchent tout le monde et Victoriaville a des investissements à faire, signale André Bellavance. «Les Municipalités ont été reconnues par Québec comme des gouvernements de proximité, mais on ne peut pas demander à nos contribuables d’être ceux qui ont toujours la main dans la poche. Il faut que les autres gouvernements soient avec nous», constate-t-il. Selon lui, les élus municipaux se trouvent les premiers interpellés par les citoyens pour faire face aux enjeux environnementaux. «Le gouvernement doit répondre présent, avec des programmes et de l’argent sonnant.»

Aéroport

À Victoriaville, on espère que de nouveaux programmes voient le jour pour supporter les petits aéroports régionaux. Le maire Bellavance a siégé sur un comité de l’Union des municipalités du Québec qui a adressé des demandes aux deux autres ordres de gouvernement. «Québec a fait des gestes, en remettant en place des programmes ou en en créant. Mais nous avons aussi des demandes pour le fédéral, pour améliorer la sécurité notamment. On a apporté des améliorations à l’aéroport, mais il y a encore des choses à faire», conclut-il.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des