Les Sentiers équestres ajoutent 30 km à Notre-Dame-de-Ham

Par Andrée-Anne Fréchette
Les Sentiers équestres ajoutent 30 km à Notre-Dame-de-Ham
Martin Brousseau, vice-président de Cheval-Québec, Luce Périard, mairesse de Notre-Dame-de-Ham, André Duplessis, président des Sentiers équestres aux mille collines et Steeve Gagné, de la CDEVR (Photo : www.lanouvelle.net)

Le projet des Sentiers équestres aux mille collines (SEAMC) se peaufine depuis des années. En faisant passer officiellement sa proposition de 30 à 60 km, on espère attirer les amateurs de randonnées équestres et participer à l’offre touristique de Victoriaville et sa région.

À Notre-Dame-de-Ham, les sentiers se dessinent lentement, mais sûrement. «Nous voulions améliorer notre offre de services en y ajoutant 30 km de sentiers, trois portes d’entrée qui servent aussi de stationnement, en plus d’une halte aménagée. On souhaitait que l’expérience soit des plus agréables dans nos sentiers balisés», a commencé André Duplessis, président de SEAMC, à la faveur de l’inauguration des nouveaux tracés.

M. Duplessis a rappelé qu’entre le moment où l’idée d’ouvrir des sentiers germe et l’ouverture officielle de ceux-là, ils s’écoulent plusieurs années. «Nous devons rencontrer des propriétaires pour leur présenter le projet, signer des droits de passage, avoir le soutien de la Municipalité, obtenir la permission du ministère des Transports si l’on traverse des routes lui appartenant et monter un dossier pour la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). Ce n’est qu’ensuite qu’on peut débuter les travaux», a-t-il exposé. Une somme de travail colossale qui porte heureusement ses fruits.

Les SEAMC comptent 44 membres, même si l’adhésion ne s’avère pas obligatoire pour profiter des parcours. Tout un chacun peut acquérir un droit d’accès en téléphonant au 819 350-2107, a souligné M. Duplessis. L’été dernier, plus d’une cinquantaine de cavaliers de l’extérieur de la région ont découvert les paysages de Notre-Dame-de-Ham.

La mairesse de la municipalité, Luce Périard, a parlé d’une grande fierté pour les membres du conseil. «L’ouverture des sentiers équestres est excellente pour notre apport touristique à la région», a-t-elle observé. Pour y arriver, des subventions ont été nécessaires, dont un 5000 $ de la Caisse Desjardins et 7600 $ du Fonds de développement des territoires (FDT). Au total, quelque 26 000 $ ont été injectés pour créer cette nouvelle boucle de 30 km, baliser les sentiers, aménager la halte et les entrées. André Duplessis a souligné que des investissements équivalents proviennent du bénévolat consenti par son organisation ainsi que par la communauté.

Retombées importantes

Pour Steeve Gagné, de la Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région, les Sentiers équestres aux mille collines participent pleinement à «l’occupation du territoire avec des projets issus des communautés», qui permettent de dynamiser les milieux de vie de la région. Il indique que les amateurs bougent et visitent les régions qui présentent des sentiers.

Martin Brousseau, vice-président chez Cheval Québec, a remercié la dizaine de propriétaires qui ont accordé des droits de passage, rendant possible cette réalisation. «Nous nous réjouissons de l’ouverture de ce sentier, qui s’ajoute à un réseau provincial de plus de 3000 km de sentiers équestres», a-t-il commencé. Selon lui, les gens voyagent de plus en plus vers les régions et cette proposition a des avantages. «Quand un camion, une remorque et des chevaux se déplacent dans une région, on peut compter en moyenne entre 250 et 500 $ en retombées économiques, par cheval. Il y a l’essence, les repas, le matériel manquant, etc.», résume-t-il.

Enfin, les SEAMC espèrent charmer les amateurs de randonnée équestre afin de les attirer ici et, ultimement, les voir tomber en amour avec leur réseau.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des