L’année des Sags?

Par Matthew Vachon
L’année des Sags?
Est-ce l'année des Sags? (Photo : Denis Morin)

Encore une fois cette année, la majorité des aspirants à la coupe du Président se retrouvent dans l’Association de l’Est. La lutte sera corsée et la division des Maritimes promet d’être un véritable champ de bataille avec trois puissances qui y sont regroupées. Les Saguenéens de Chicoutimi, avec une attaque diversifiée, sauront toutefois profiter de la situation pour se faufiler au sommet de l’Est. 

#1 Saguenéens de Chicoutimi

Rafaël Harvey-Pinard, Hendrix Lapierre, Théo Rochette, Samuel Houde et Ethan Crossman, voilà un quintet offensif qui a de quoi faire frémir les défensives adverses. En fait, l’attaque saguenéenne mise sur une grande profondeur qui la rendra menaçante sur les trois premiers trios. Défensivement, il y a cependant place à l’amélioration, surtout si le défenseur de 20 ans Jérémy Groleau demeure pour de bon chez les professionnels. Il y aura donc beaucoup de responsabilités sur les épaules du Russe Artemi Knyazev, leur général à la ligne bleue. Derrière, Alexis Shank sera l’un des meilleurs portiers de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Si quelque chose ne tourne pas rond, Yanick Jean saura faire les ajustements ou les transactions nécessaires. Il a les munitions pour bouger avec, notamment, trois choix de premier tour 2020 en banque.

#2 Wildcats de Moncton

À l’instar des Saguenéens, les Wildcats misent sur une force de frappe offensive impressionnante avec des joueurs comme Jakob Pelletier, premier choix des Flames de Calgary, Alexander Khovanov et Mika Cyr. Leur nouveau gardien partant, Olivier Rodrigue, espoir des Oilers d’Edmonton, est quant à lui voué à un brillant avenir et il devra livrer la marchandise si Moncton veut se rendre au sommet. Défensivement, comme dans le cas de Chicoutimi, c’est un petit peu plus mince. La troupe de John Torchetti comptera sur Jordan Spence et Jonathan Aspirot pour mener la troupe.

#3 Mooseheads de Halifax

Certes, il y a eu de nombreux départs d’importance dans les rangs des Mooseheads lors de la dernière saison morte. Cela dit, il y a encore un noyau très intéressant en place. Les attaquants Benoît-Olivier Groulx, Raphaël Lavoie et Maxim Trépanier prendront plus de responsabilités sur leurs épaules. De jeunes joueurs comme Samuel Dubé, Marcel Barinka et Senna Peeters devront quant à eux offrir un rendement à la hauteur afin de bien les épauler. La principale force des Mooseheads sera cependant à la ligne bleue alors que le nouvel entraîneur-chef Jean-Jacques Daigneault misera sur une excellente défensive. Son top 4, composé de Jared McIsaac (blessé jusqu’au mois de décembre), Justin Barron, Patrick Kyte et Walter Flower, sera assurément l’un des meilleurs du circuit Courteau. Cela facilitera certainement le travail du gardien Alexis Gravel, lui qui a fait des pas de géant dans sa progression l’an dernier. À moins d’un revirement spectaculaire, ça ne devrait pas être l’année où les Mooseheads liquideront.

#4 Eagles du Cap-Breton

Nouveau nom et nouvel entraîneur-chef (Jake Grimes) au Cap-Breton. L’équipe, qui a atteint le second tour éliminatoire l’an dernier, croyait que Marc-André Dumont n’était plus l’homme de la situation pour mener la troupe néo-écossaise à la terre promise. Cette saison, le Cap-Breton mise sur un mélange attrayant entre expérience et jeunesse. Devant le filet, Kevin Mandolese tentera de construire sur ses excellentes séries éliminatoires pour connaître la meilleure saison de sa carrière. Il sera défendu par un groupe défensif homogène qui aura pour quart-arrière Adam McCormick. Offensivement, les Eagles possèdent une intéressante diversité. Mathias Laferrière, Shawn Boudrias, Egor Sokolov et Derek Gentile en seront les principaux moteurs. Sans être excellents dans un aspect particulier, les Eagles sont solides à tous les niveaux.

#5 Océanic de Rimouski

Tant qu’Alexis Lafrenière ira, tout ira chez l’Océanic. Moins bien entouré que l’an dernier, le numéro 11 aura toutefois fort à faire pour préserver la place de Rimouski parmi les formations de tête de l’Est. Adam Raska, D’Artagnan Joly et Jeffrey Durocher seront là pour l’appuyer offensivement. Toujours à l’attaque, la situation de Dmitry Zavgorodniy sera à surveiller. Repêché par les Flames en 2018, il pourrait faire le saut dans la Ligue américaine de hockey (LAH) dès cette saison en raison de son statut d’Européen. S’il devait revenir, il sera un allier de taille pour Lafrenière. Défensivement, le talentueux gardien Colten Ellis tiendra le fort même si le groupe de défenseurs devant lui n’est pas le plus talentueux.

#6 Islanders de Charlottetown

Fidèles à leurs habitudes, les Islanders seront coriaces à chaque match. Il leur manque toutefois un petit peu de punch pour espérer s’immiscer parmi les meneurs de l’Est, surtout que la lutte dans les Maritimes sera des plus coriaces. Le vétéran de 20 ans Matthew Welsh demeure l’un des bons gardiens du circuit, ce qui permettra à la troupe de Jim Hulton de voler quelques points ici et là. La campagne 2019-2020 devrait notamment permettre au défenseur Lukas Cormier de briller au sein d’un corps défensif efficace. L’espoir des Blues de St-Louis Nikita Alexandrov, appuyé par Cédric Desruisseaux, Brett Budgell et Kevin Gursoy, sera quant à lui le fer de lance à l’attaque. Avec l’excellence du système de Hulton, cette équipe pourrait surprendre malgré un alignement un peu moins talentueux.

#7 Sea Dogs de Saint John

La formation de l’avenir de la LHJMQ prendra du galon cette année. Les Sea Dogs n’alignent rien de moins qu’une dizaine de joueurs de 16 et 17 ans. Joshua Roy, premier choix du dernier repêchage, aura un impact immédiat à l’attaque. Il se joint à un groupe prometteur qui compte sur Josh Lawrence, Maxim Cajkovic, Brady Burns et Alex Drover. Le vétéran Nicolas Guay sera là pour encadrer ces belles promesses. Défensivement, Jérémie Poirier, William Villeneuve, Charlie DesRoches et Joona Lehmus forment l’un des quatuors les plus prometteurs des dernières années. Il sera très intéressant de voir comment leur progression se poursuivra. Zachary Bouthillier encadrera pour sa part le gardien d’avenir de l’équipe Noah Patenaude. Les Sea Dogs risquent de démontrer de beaux flashs ici et là cette année. C’est cependant l’an prochain qu’ils devraient se battre avec les meilleurs.

#8 Remparts de Québec

Après plusieurs années à tourner en rond, les Remparts sont maintenant en droit d’espérer de belles choses avec les jeunes James Malatesta, Nathan Gaucher, Jacob Melanson et Charle Truchon qui se joignent à l’équipe dès l’âge de 16 ans. Avec un entraîneur comme Patrick Roy, il est d’ores et déjà assuré que Québec travaillera d’arrache-pied chaque soir. Malgré leur bon vouloir, la saison devrait être encore un petit peu difficile. Ce sera cependant la dernière avant que les Diables rouges amorcent leur véritable ascension vers le haut du classement.

9 Drakkar de Baie-Comeau

À la suite du douloureux échec de la dernière campagne, le Drakkar a fait peau neuve. Il reste encore de beaux morceaux, tels que Gabriel Fortier, Nathan Légaré, Xavier Bouchard et Christopher Mérisier-Ortiz, qui permettront à cette équipe d’amasser de précieux points en première moitié de saison. Avec le Drakkar vraisemblablement dans le camp des vendeurs, le visage de l’équipe changera passablement lors de la prochaine période de transactions.

#10 Titan d’Acadie-Bathurst

Le lendemain de veille a été tout sauf facile pour les champions 2018 de la coupe Memorial, eux qui ont signé huit petites victoires. Certes, le Titan a ajouté des vétérans de qualité avec Shawn Element, Yan Aucoin et Tristan Bérubé, eux qui aideront ce club à être plus compétitif. Ça prendra plus que ça afin que le Titan quitte les bas-fonds du classement.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des